• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La police d’Ottawa arrête maintenant les personnes qui fournissent de l’essence au camionneurs du convoi

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Jonathan Bradley

La police d’Ottawa a annoncé dimanche qu’elle avait commencé à arrêter les personnes qui fournissent aux manifestants du Convoi de la liberté des articles de soutien tels que du carburant et d’autres matériaux non spécifiés.

Cette décision intervient alors que le maire d’Ottawa, Jim Watson, a déclaré l’état d’urgence plus tôt dans la journée.

“Toute personne qui tente d’apporter des soutiens matériels (essence, etc.) aux manifestants pourrait faire l’objet d’une arrestation”, a déclaré la police d’Ottawa dans un tweet dimanche. “L’application de la loi est en cours”.

La police a publié un communiqué de presse plus tard dimanche soir confirmant qu’elle avait arrêté sept personnes et émis 100 contraventions dans le cadre de “l’application de la loi liée à la manifestation.” Le communiqué indiquait également que le parc de la Confédération, que les manifestants avaient utilisé comme centre de distribution, “a été entièrement dégagé et clôturé.”

Les manifestants avaient utilisé des véhicules, des chariots et des traîneaux pour transporter des bidons d’essence et des bidons de propane vers des camions stationnés près de la colline du Parlement.

Le chef adjoint de la police d’Ottawa, Steve Bell, a déclaré à CTV News que les arrestations font partie de leurs efforts pour mettre fin à la manifestation.

“Regardez comment nous limitons les choses qui entrent et sortent de la zone de protestation”, a déclaré Bell. “Nous nous sommes vraiment concentrés et ciblés sur l’élimination de l’accès de l’essence à la zone et nous avons eu plusieurs saisies et plusieurs arrestations liées à cela.”

La police a déclaré qu’elle a travaillé tout au long de la journée de samedi pour réduire les effets de l’occupation du centre-ville par les manifestants.

“Pendant la nuit, les manifestants ont eu un comportement extrêmement perturbateur et illégal, ce qui a présenté des risques pour la sécurité publique et une détresse inacceptable pour les résidents d’Ottawa”, a déclaré le service de police dans un communiqué de presse dimanche. “Nous continuons de conseiller aux manifestants de ne pas entrer à Ottawa et de rentrer chez eux”.

La police a déclaré qu’elle avait répondu à plus de 650 appels depuis le début du convoi de la liberté. Plus de 450 contraventions avaient été émises depuis samedi pour des accusations telles que le bruit excessif, l’utilisation de feux d’artifice et le défaut de conduire dans les voies balisées.

On ne sait pas encore si ces nouvelles arrestations s’inscrivent dans le cadre de l’état d’urgence récemment déclaré par Ottawa.

“La déclaration de l’état d’urgence reflète le grave danger et la menace pour la sécurité des résidents que représentent les manifestations en cours et souligne la nécessité d’un soutien de la part des autres juridictions et niveaux de gouvernement”, a déclaré la ville d’Ottawa dans un communiqué de presse.

Cet état d’urgence, selon la ville, offre “une plus grande souplesse au sein de l’administration municipale pour permettre à la Ville d’Ottawa de gérer la continuité des activités pour les services essentiels à ses résidents et permet un processus d’approvisionnement plus souple.”

Le convoi de la liberté est entré dans son 15e jour dimanche, et a été soutenu par des manifestations continues de convois contre les restrictions du COVID dans des villes à travers le Canada, notamment à Québec et à Toronto.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC