Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La politique d’immigration des libéraux contribue à la crise du logement, pas à sa solution

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Lorne Gunter publié le 21 octobre 2023 sur le site du Toronto Sun.

Ce n’est pas du racisme ou de la xénophobie, c’est simplement des mathématiques.

Alors que le gouvernement Trudeau a augmenté l’immigration à des niveaux records, l’offre de logements au pays n’a pas réussi à suivre. Des centaines de milliers de nouveaux Canadiens arrivent au pays chaque année, alors que le nombre de nouveaux logements construits n’est même pas aussi élevé que dans les années 1970.

Dans ces circonstances, il est facile de comprendre ce qui se passera ensuite.

Selon les statistiques compilées par l’Institut Fraser de Vancouver, au cours des cinq dernières années, la population du Canada a augmenté en moyenne de 553 568 personnes par an. Pendant ce temps, le nombre moyen de nouveaux logements (maisons, appartements, condos, maisons en rangée, maisons en rangée, etc.) n’a augmenté que de 205 762 par année.

Il s’agit du plus grand « déficit de logement » de notre histoire.

Songez qu’au cours des années 1970, il y avait en moyenne 300 000 nouveaux Canadiens par an, alors que le nombre de nouvelles maisons construites était d’environ 240 000. Cela signifie que les niveaux d’immigration sont 86 % supérieurs aux niveaux des années 70, tandis que la construction de logements est inférieure de 14 %.

Bien entendu, lorsque la demande est bien supérieure à l’offre, les prix augmentent.

Ce n’est pas entièrement la faute de l’expansion de l’immigration des libéraux. La plupart des années, au Canada, il y a environ 40 000 à 50 000 naissances de plus que les décès. Cela signifie qu’entre 7 et 9 % de notre croissance démographique annuelle moyenne est naturelle.

Cependant, une grande partie des pressions exercées sur les marchés immobiliers proviennent de l’immigration.

Notez que j’ai dit « immigration » et non « immigrants ». Je ne blâme pas les immigrants pour la crise du logement au Canada. Le gouvernement fédéral contrôle les niveaux d’immigration.

Si le gouvernement fédéral vous offre la chance de déménager ici, saisissez-la. C’est la faute d’Ottawa s’il accueille les nouveaux arrivants bien plus rapidement que les logements où ils peuvent vivre ne sont construits.

Risiblement, le premier ministre Justin Trudeau a insisté en août sur le fait que l’immigration était la « solution », et non le problème. Le Canada, a-t-il affirmé, avait besoin de « plus de charpentiers, de travailleurs plus qualifiés, de plus de gens… pour construire les maisons dont nous avons besoin pour répondre à la croissance économique que nous avons partout au pays ».

Premièrement, l’économie du Canada est parmi les pays développés dont la croissance est la plus lente. Et cela devrait rester ainsi pendant plus d’une décennie grâce aux politiques anti-entreprises, d’impôts et d’intérêts élevés des libéraux. Il est donc douteux de prétendre que la crise du logement est due à une économie en croissance rapide alors qu’elle est clairement due à une immigration en croissance rapide dans une économie à croissance lente.

Mais jouons un instant au jeu du Premier ministre. Si nous avons besoin de plus de gens de métier qualifiés pour résoudre notre pénurie de logements, quel pourcentage de nos nouveaux arrivants correspond à cette norme ? Les dernières statistiques montrent que seulement 12 % environ des immigrants possèdent un métier proche d’un métier de construction de maisons.

Même si nous avons besoin de plus d’immigrants pour construire les 1,5 millions de nouveaux logements nécessaires pour résoudre notre crise, les libéraux ne recrutent ni n’admettent les bons types d’immigrants.

Il y a bien sûr d’autres raisons pour lesquelles le logement est devenu si inabordable sous le gouvernement Trudeau. Par exemple, en 2016, les libéraux ont augmenté à 20 % le montant que les acheteurs de maison devaient épargner pour une mise de fonds. Et la politique de taux d’intérêt élevés des libéraux a obligé les acheteurs à démontrer des revenus considérablement plus élevés pour être admissibles à un prêt hypothécaire, même pour des maisons dont le prix était à des niveaux auxquels ils auraient pu prétendre il y a deux ou trois ans.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables