• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La vague de dépenses déficitaire d’Ottawa ne résoudra pas nos problèmes économiques

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par : Franco Terrazzano et Jay Goldberg

C’est une chose de sortir la carte de crédit pour payer de nouveaux bardeaux afin de réparer un toit qui fuit pendant une tempête. C’en est une autre de sortir cette carte de crédit pour acheter un nouveau grand écran avant même que la pluie ne s’arrête.

C’est ce que fait Ottawa en accumulant de nouvelles dépenses de programmes en plus de sa dette de 1 billion de dollars. Pire encore, le gouvernement fédéral tente de présenter son grand écran financé par la dette comme un bon investissement.

Après des dépenses gouvernementales record en 2020, de nombreux économistes ont mis en garde contre les dangers d’un endettement accru.

“Le Canada ne peut pas continuer à accumuler la dette publique plus rapidement que le PIB sans risquer une crise budgétaire”, a déclaré Jack Mintz, de l’Université de Calgary.

Le Premier ministre Justin Trudeau et la ministre des Finances Chrystia Freeland n’écoutent pas.

En quelques années à peine, le gouvernement Trudeau aura presque doublé la dette nationale du Canada, grâce au budget 2021.

Le ratio dette-PIB se maintiendra à environ la moitié de l’ensemble de l’économie canadienne au cours des prochaines années, ce qui est nettement supérieur aux niveaux pré-pandémiques. Et le seul point d’ancrage fiscal que le budget offre est un engagement de canard boiteux à dénouer “les déficits liés au COVID et à réduire la dette fédérale en tant que part de l’économie à moyen terme”.

William Watson, professeur d’économie à l’Université McGill, a également quelques réflexions qui donnent à réfléchir.

“Nous devons comprendre que ce que nous venons de vivre était une urgence”, a déclaré Watson. “Le gouvernement fédéral soutenant des millions de Canadiens n’était pas et ne devrait pas devenir normal.”

Mais faire de la hausse des dépenses gouvernementales la nouvelle normalité est exactement ce que fait le budget 2021. D’ici 2026, Freeland aura augmenté les dépenses permanentes du gouvernement fédéral de 100 milliards de dollars. Au lieu de restreindre les dépenses après une urgence temporaire, le gouvernement utilise la couverture de COVID-19 pour se lancer dans une frénésie de dépenses alimentée par la dette.

“La situation financière dans laquelle nous nous trouvons est que le gouvernement ne peut tout simplement pas se permettre de nouveaux programmes de dépenses importants”, a déclaré Philip Cross, ancien analyste économique en chef de Statistique Canada.

Les nouveaux programmes fédéraux coûteux ont occupé le devant de la scène dans le budget fédéral, le gouvernement insistant sur le fait qu’il peut maintenant se permettre de dépenser 30 milliards de dollars pour un programme national de garde d’enfants. Pour être clair, nous ne pouvions pas nous permettre cela avant la pandémie et avec la dette du gouvernement qui a franchi le plafond de 1 billion de dollars, nous ne pouvons certainement pas nous le permettre maintenant.

Et même si les nouvelles dépenses en matière de garde d’enfants financées par le déficit peuvent permettre aux parents d’économiser un peu d’argent aujourd’hui, Ottawa les force essentiellement à se décharger des coûts sur leurs enfants et petits-enfants.

Le budget 2021 alimenté par la dette effraie Davis Rosenberg, vétéran de Bay Street, économiste en chef et stratège chez Rosenberg Research.

“En tant qu’économiste, je donnerais probablement un ‘D’ au budget, et je pourrais être charitable sur ce point”, a déclaré M. Rosenberg à BNN Bloomberg.

“Je pense que nous sommes définitivement en train d’hypothéquer notre avenir avec cette augmentation extrême de la dette”.

Le gouvernement Trudeau adopte la mauvaise approche pour une reprise post-pandémique. Des experts comme M. Cross insistent sur le fait que “l’économie n’a pas besoin de plus de mesures de relance budgétaire” et soulignent que les chiffres de l’emploi de février et mars montrent qu’une reprise post-pandémique se déroulera tout naturellement, à mesure que les confinements prendront fin et que les restrictions seront levées.

Si le gouvernement fédéral veut aider les Canadiens, il devrait mettre de côté son approche unique de dépenser et d’emprunter pour adopter une approche qui nous permette de conserver une plus grande partie de notre propre argent.

Pour moins que le coût du nouveau programme de relance du gouvernement, le gouvernement fédéral pourrait éliminer la TPS pendant deux ans ou réduire de moitié son prélèvement d’impôt sur le revenu pour 2021. C’est un soutien qui peut aider les familles immédiatement, contrairement à de nombreux programmes gouvernementaux coûteux.

Le gouvernement fédéral a décidé d’emprunter des dizaines de milliards de dollars pour financer un programme de relance dont nous n’avons pas besoin et de nouveaux programmes que les contribuables ne peuvent pas se permettre. Trudeau et Freeland devraient écouter les conseils des experts économiques et commencer à redresser l’état des finances publiques du Canada.

Franco Terrazzano est le directeur fédéral et Jay Goldberg est le directeur intérimaire pour l’Ontario de la Fédération canadienne des contribuables.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC