Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’athlétisme mondial renforce les règles concernant les athlètes transgenres

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Ben Morse publié le 24 mars 2023 sur le site de CNN.

World Athletics (WA) a annoncé jeudi de nouvelles règles concernant les athlètes transgenres, interdisant à certaines d’entre elles de participer aux épreuves féminines d’athlétisme.

La réglementation annoncée, qui entrera en vigueur le 31 mars, interdit aux athlètes qui sont passés par ce que la WA appelle la « puberté masculine » de participer aux compétitions féminines du classement mondial. La WA a déclaré que l’exclusion s’appliquerait aux « athlètes transgenres homme-femme qui ont subi une puberté masculine ».

« Les décisions sont toujours difficiles à prendre lorsqu’elles impliquent des besoins et des droits contradictoires entre différents groupes, mais nous continuons à penser que nous devons maintenir l’équité pour les athlètes féminines avant toute autre considération », a déclaré le président de World Athletics, Sebastian Coe, dans un communiqué.

« Nous serons guidés en cela par la science concernant la performance physique et l’avantage masculin, qui se développera inévitablement au cours des prochaines années. Au fur et à mesure que de nouvelles preuves seront disponibles, nous reverrons notre position, mais nous pensons que l’intégrité de la catégorie féminine dans l’athlétisme est primordiale ».

M. Coe a déclaré que la décision avait été prise après délibération avec des groupes comprenant les fédérations membres de World Athletics, l’Académie des entraîneurs et la Commission des athlètes de Global Athletics et le CIO, ainsi que des groupes représentant les transsexuels et les droits de l’homme.

Il a expliqué que World Athletics – l’organe directeur mondial de l’athlétisme – mettrait en place un groupe de travail chargé d’évaluer la question de l’inclusion des transgenres au cours des 12 prochains mois.

« Nous ne disons pas non pour toujours », a-t-il déclaré.

Toutefois, certains groupes de défense des droits des personnes LGBTQ ont critiqué cette décision qu’ils jugent discriminatoire.

« Nous sommes absolument dévastés de voir World Athletics succomber aux pressions politiques plutôt qu’aux principes fondamentaux d’inclusion, d’équité et de non-discrimination pour les athlètes transgenres et les athlètes présentant des variations intersexuelles », a déclaré Hudson Taylor, fondateur et directeur exécutif du groupe de défense Athlete Ally.

M. Taylor a ajouté qu’il pensait que la nouvelle réglementation « ne fait rien pour répondre à ce que nous savons être les menaces réelles et avérées qui pèsent sur le sport féminin : l’inégalité des salaires, les abus et le harcèlement sexuels endémiques, le manque de femmes aux postes de direction et les inégalités en matière de ressources pour les athlètes féminines ».

De son côté, Stonewall, une organisation caritative britannique de défense des droits des gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels, a qualifié de « décevantes » les nouvelles règles de la WA qui excluent les femmes transsexuelles des compétitions à venir.

« Il est très décevant de voir World Athletics annoncer une interdiction unilatérale des femmes transgenres dans les épreuves d’athlétisme », a déclaré Stonewall dans un communiqué. « Leur propre déclaration reconnaît qu’il n’y a pas de femmes transgenres qui concourent au niveau international et qu’ils n’ont aucune preuve spécifique pour justifier l’interdiction. Nous sommes aux côtés des personnes transgenres qui se voient désormais refuser la possibilité de participer à des compétitions sportives au niveau international ».

Ces dernières années, certains opposants à la participation des femmes et des filles transgenres au sport ont fait de cette question un sujet politique brûlant. En janvier, un petit groupe de manifestants s’est rassemblé devant la convention de la NCAA à San Antonio pour protester contre l’inclusion des athlètes transgenres dans les sports universitaires féminins.

Les partisans de l’interdiction des femmes transgenres dans le sport féminin ont fait valoir que les femmes transgenres ont un avantage physique sur les femmes cisgenres dans le sport.

[…]

Le débat au sein de la communauté scientifique sur la question de savoir si les hormones androgènes comme la testostérone sont des marqueurs utiles de l’avantage athlétique se poursuit.

Un document de World Athletics obtenu par CNN au début de l’année indique que les femmes transgenres « conservent un avantage en termes de masse musculaire, de volume et de force par rapport aux femmes cis » après 12 mois de traitement hormonal d’affirmation du genre, tout en reconnaissant qu’il existe « peu de données expérimentales existantes » sur la question.

Dans son communiqué de jeudi, World Athletics a déclaré : Il est devenu évident qu’il y avait peu de données expérimentales existantes sur le sujet : « Il est devenu évident qu’il y avait peu de soutien au sein du sport pour l’option qui a d’abord été présentée aux parties prenantes, qui exigeait que les athlètes transgenres maintiennent leur taux de testostérone en dessous de 2,5nmol/L pendant 24 mois pour être éligibles à la compétition internationale dans la catégorie féminine ».

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Éclipse à l’ère des outrages numériques

Comme beaucoup, j’ai été choqué de la décision de fermer certaines écoles en raison de l’éclipse qui a lieu aujourd’hui, et comme beaucoup, j’ai trouvé

  • Nouvelles semblables