Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le chef d’Élections Canada n’est pas au courant des allégations d’ingérence électorale chinoise

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le principal responsable des élections au Canada affirme qu’il n’était pas au courant des allégations d’ingérence chinoise dans l’élection de 2019 avant d’en voir les reportages aux informations.

Témoignant devant le Comité permanent de la procédure et des affaires internes de la Chambre des communes, mardi, le directeur général des élections d’Élections Canada, Stéphane Perrault, a déclaré aux membres du comité qu’il n’avait pas entendu parler des allégations – formulées le mois dernier dans un rapport de Global News – avant d’en prendre connaissance.

« Je ne suis au courant d’aucun détail concernant les campagnes d’ingérence de Pékin autre que ce que j’ai lu dans l’article de presse « , a-t-il dit en réponse à une question du député Michael Cooper, qui avait demandé si le premier ministre ou quelqu’un de son bureau avait signalé une prétendue ingérence à Élections Canada.

Lorsque M. Cooper a demandé si la réponse à sa question était négative, M. Perrault a rappelé de manière quelque peu provocante à la présidente du comité, Bardish Chagger, les différences de mandat entre Élections Canada et le commissaire aux élections fédérales – deux organismes distincts et indépendants.

« J’aimerais rappeler au comité que le mandat du commissaire aux élections fédérales, contrairement à celui de moi-même et à mon propre mandat, est d’enquêter sur les cas de non-conformité », a-t-il dit.

« S’il existe des preuves à l’appui d’une enquête concernant une infraction à la Loi électorale du Canada, alors cette plainte doit être adressée au commissaire aux élections fédérales. »

La commissaire aux élections fédérales, Caroline Simard, est chargée d’enquêter et d’assurer le respect de la Loi électorale du Canada et de la Loi référendaire, tandis qu’Élections Canada est chargé de mener et de superviser les élections fédérales.

Les questions visant à savoir si et quand Justin Trudeau a été mis au courant des allégations ont tourbillonné sur la colline du Parlement depuis que Global News a rapporté lundi dernier que les responsables du renseignement canadien avaient averti le Premier ministre que Pékin aurait tenté de s’ingérer dans l’élection fédérale de 2019 en finançant au moins 11 candidats.

Bien que des sources aient dit à Global News que Trudeau avait été mis au courant des allégations il y a 10 mois, le PM a déclaré lors d’une conférence de presse le week-end dernier qu’il n’avait pas non plus appris ces allégations avant de les lire dans les nouvelles.

Lundi, le député du Bloc Québécois Alain Therrien a contesté les affirmations d’ignorance du PM, en demandant pourquoi il aurait discuté de la question avec le président chinois Xi Jinping au sommet du G20 la semaine dernière en Indonésie.

Lorsque M. Cooper a demandé à M. Perrault s’il pouvait savoir si le commissaire était informé, M. Perrault a répondu que c’était au commissaire Simard d’en parler.

M. Perrault n’a pas non plus pu dire si le commissaire avait ouvert une enquête sur ces allégations.

M. Cooper a fait référence à une note d’information reçue par les membres de la commission lundi, qui met en évidence 10 allégations distinctes d’ingérence étrangère portées à la connaissance du bureau de M. Simard, et a demandé à M. Perrault si l’une d’entre elles impliquait le Parti communiste chinois.

M. Perrault a répondu qu’il ne pouvait parler d’aucune d’entre elles, répétant que le travail du bureau du commissaire est effectué de manière indépendante et confidentielle.

Dans son discours d’ouverture, M. Perrault a déclaré d’emblée qu’il n’était pas en mesure de commenter l’article de Global, mais il a affirmé que l’ingérence étrangère dans les élections n’était certainement pas une nouvelle préoccupation pour les fonctionnaires.

« Il y avait des préoccupations avant l’élection de 2019 concernant les risques d’ingérence étrangère par divers moyens, a-t-il dit.

Cela a incité les organismes de sécurité nationale à rencontrer les partis politiques, avec l’aide d’Élections Canada, pour les sensibiliser.

« La sécurité des élections est un sport d’équipe, a-t-il dit.

Des protocoles sont en place entre les fonctionnaires, les services de renseignements et les organismes d’application de la loi pour permettre un meilleur partage de l’information, a-t-il dit – ce qui permet au commissaire aux élections fédérales d’enquêter immédiatement sur les allégations d’argent étranger et d’influence sur la souveraineté du Canada.

Lorsqu’un membre du comité, Ryan Turnbull, lui a demandé si les élections fédérales de 2019 et 2021 étaient « justes et libres », M. Perrault a répondu qu’il n’avait aucune raison de croire qu’elles ne l’étaient pas.

Il a ajouté qu’il n’avait connaissance d’aucun « renseignement ou preuve spécifique » indiquant que les deux élections avaient été interférées par des acteurs étrangers.

« Nous sommes conscients, et nous l’étions avant les deux élections, qu’il s’agissait d’une zone de risque et que certains pays étaient intéressés à mener diverses formes de perturbation ou d’ingérence dans les élections », a déclaré M. Perrault.

Les cas de violations possibles sont transmis au commissaire aux élections fédérales, a-t-il ajouté.

M. Perrault a également déclaré qu’il faudrait plus que de simples rapports des médias pour lancer des enquêtes sur l’ingérence électorale.

« On ne dit pas vraiment que l’argent a été versé à la campagne des candidats, l’article ne le dit pas », a déclaré Perrault en français, en réponse à une question de Luc Berthold, membre du comité.

« On prétend que l’article dit ça, mais on ne sait pas où est allé l’argent ni à quelles fins il a servi, donc on parle ici de tentatives de corruption, d’essayer d’acheter de l’influence si vous voulez, pas nécessairement d’essayer d’influencer les élections. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Les Québécois appuient GNL-Québec

Malgré une campagne de propagande sans limites contre le projet GNL Québec, un sondage révèle que 53% des Québécois sont encore en faveur du projet.