Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le fléau du vol de voitures est tel au Canada que le gouvernement organisera un sommet en février

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Brendan Mcaleer publié le 22 janvier 2024 sur le site Car and Driver.

Le Canada n’est normalement pas un pays que l’on associe à la criminalité, à moins qu’il ne s’agisse de la fois où des voleurs ont dérobé pour près de 20 millions de dollars de sirop d’érable dans la réserve stratégique du Québec. Mais le Nord n’est pas qu’un paradis pour les élans et les joueurs de hockey, et certaines grandes villes canadiennes sont confrontées à une montée en flèche des vols de voitures. La situation a tellement empiré que le gouvernement canadien vient d’annoncer la tenue d’un sommet national sur la lutte contre le vol de voitures, qui aura lieu en février.

Il ne s’agit pas d’un cas où Doug aurait accidentellement laissé les clés dans la Zamboni. Rien qu’à Toronto, en 2022, quelque 9 600 véhicules ont été déclarés volés. Selon les statistiques publiées par le gouvernement canadien, il s’agit d’une augmentation de 300 % depuis 2015. D’une année sur l’autre, de 2021 à 2022, les provinces du Québec et de l’Ontario ont chacune connu une augmentation de 50 % des vols de voitures, les taux augmentant également, mais plus lentement, dans les provinces de l’Ouest. Plus inquiétant encore, le nombre de vols de voitures signalés par la police de Toronto a doublé.

À l’automne dernier, la CBC a publié un reportage sur cette vague de criminalité, les journalistes suivant à la trace une cache de véhicules canadiens volés jusqu’au Ghana. Les voleurs ne pouvaient pas être plus effrontés : dans un convoi de la division ghanéenne de lutte contre le crime organisé (EOCO), les journalistes disent avoir vu passer une Honda CR-V avec des plaques d’immatriculation du Québec encore attachées. Tabarnouche !

L’une des façons dont les voitures volées passent d’une banlieue froide de Montréal à l’Afrique de l’Ouest ou au-delà a été racontée par une victime manifestement frustrée du vol à Toronto et rapportée par la CBC. Après s’être déjà fait voler un GMC, Andrew (dont le nom réel n’a pas été révélé par la CBC) a installé des dispositifs de repérage Apple sur son nouveau camion. Lorsqu’il a découvert que le GMC Yukon XL 2022 avait disparu, il a contacté la police, puis lui a envoyé la position des AirTags. Un agent a localisé la position dans une cour de triage remplie de conteneurs, mais a demandé à Andrew de contacter le service de police privé du chemin de fer, qui était habilité à effectuer des recherches.

Dans l’intervalle, le conteneur contenant le Yukon a quitté la cour, et Andrew n’a pu que regarder ses traceurs GPS émettre des signaux dans le port de Montréal, puis en Belgique, et enfin aux Émirats arabes unis. Les journalistes de la CBC ont réussi à retrouver le Yukon dans un garage de voitures d’occasion, où il se trouvait encore lundi dernier.

Les vols de voitures aux États-Unis sont également en hausse, et les difficultés rencontrées par le gouvernement canadien sont probablement un avertissement. Les vols commis au nord de la frontière montrent à quel point une bande de voleurs transnationale peut être efficace et comment une équipe rapide et organisée peut facilement garder une longueur d’avance sur la loi, en la faisant trébucher sur des problèmes de juridiction.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables