• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le gouvernement fédéral a testé la reconnaissance faciale sur des voyageurs canadiens sans leur consentement

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Harrison Faulkner

Le gouvernement fédéral a testé la technologie de reconnaissance faciale sur des millions de voyageurs à l’aéroport international Pearson de Toronto en 2016 – sans le consentement des voyageurs.

Dans un document obtenu par le Globe and Mail grâce à une demande de liberté d’information, l’initiative visait à identifier les personnes que l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) soupçonnait d’entrer au Canada avec de fausses pièces d’identité.

Cette initiative de six mois est le plus grand déploiement gouvernemental connu de la technologie de reconnaissance faciale au Canada à ce jour.

La technologie de reconnaissance faciale est très controversée et a fait l’objet d’un examen approfondi au cours des dernières années. Des experts, tels que l’organisme de surveillance de la vie privée de l’Union européenne, ont averti que cette technologie présentait des risques extrêmement élevés d’intrusion dans la vie privée des personnes.

Selon le document gouvernemental obtenu par le Globe, la technologie controversée a été mise en œuvre au terminal 3 de l’aéroport Pearson, où les voyageurs traversent la zone de contrôle frontalier des arrivées internationales.

Trente et une caméras ont été utilisées pour capturer les images des visages des voyageurs. Si le système obtenait une correspondance avec une liste de personnes expulsées auparavant, un agent frontalier examinait la correspondance et transmettait les renseignements sur le voyageur à un agent de l’aérogare pour qu’il le soumette à une inspection secondaire.

Le projet a été baptisé “Faces on the Move” et le gouvernement a engagé l’entrepreneur Face4 Systems Inc. d’Ottawa pour mener à bien cette initiative.

Selon une présentation de Face4 Systems, la reconnaissance faciale était utilisée sur 15 000 à 20 000 voyageurs par jour. L’ASFC a déclaré au Globe que 2 951 540 voyageurs sont passés par le contrôle frontalier à l’aérogare 3 de Pearson entre juillet et décembre 2016, alors que le projet pilote était en cours.

On ne sait pas si des voyageurs ont été expulsés à la suite de correspondances de reconnaissance faciale. Toutefois, selon Face4 Systems Inc, 47 “résultats réels” ont résulté du projet pilote.

Dans une déclaration envoyée par courriel, Jacqueline Callin, porte-parole de l’ASFC, a déclaré que l’agence gouvernementale “prend au sérieux la question des renseignements personnels et de la vie privée.”

“L’ASFC a exploré la capacité et l’utilisation de caméras pour capturer des images de voyageurs qui ont été comparées à une base de données opérationnelle établie de personnes à haut risque connues pour être inadmissibles au Canada”, a-t-elle déclaré.

L’ASFC affirme qu’une évaluation des facteurs relatifs à la vie privée a été réalisée et soumise à l’examen du Commissariat à la protection de la vie privée et que l’agence n’a pas l’intention d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale ” à un autre titre “.

La technologie de reconnaissance faciale a depuis été retirée de l’aéroport Pearson et les images des voyageurs ont été effacées, selon l’ASFC.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC