• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le gouvernement Trudeau a rencontré les lobbyistes de WE 43 fois avant de leur octroyer le contrat

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Sur les 43 réunions, 38 ont eu lieu entre le début de l’épidémie de coronavirus, le 11 mars, et le 5 mai.

WE Charity s’est engagé dans un vaste lobbying avant d’obtenir un contrat fédéral de 912 millions de dollars.

Des documents obtenus par le National Post ont révélé que WE Charity a fait du lobbying auprès du gouvernement libéral 43 fois avant d’obtenir le contrat d’administration de la bourse canadienne pour services aux étudiants.

Parmi les efforts de lobbying de WE, on peut citer trois réunions avec le Conseil privé et huit réunions avec les collaborateurs du ministre des finances Bill Morneau.

Sur les 43 réunions, 38 ont eu lieu entre le début de l’épidémie de coronavirus, le 11 mars, et le 5 mai.

En juillet, il a été révélé que des membres de la famille Trudeau avaient reçu 564 846 dollars pour des conférences avec l’organisation caritative.

Grâce au contrat d’administration de la bourse canadienne de services aux étudiants, WE aurait pu gagner jusqu’à 43,5 millions de dollars. Depuis, WE s’est retiré du contrat fédéral après que le marché ait été soumis à l’examen du public.

Mercredi, Dalal Al-Waheidi, directeur exécutif de l’organisation caritative WE, a déclaré à la commission des finances de la Chambre des communes que WE respecte enfin la loi sur le lobbying.

“Je voudrais partager le fait que nous nous sommes enregistrés en tant que lobbyistes, mais je veux aussi fournir un contexte qui, je pense, est vraiment important”, a-t-elle déclaré.

“Au cours de l’année dernière, notre engagement auprès du gouvernement représentait environ un à trois pour cent de notre budget global. A l’époque, nous pensions que c’était minime. Si je pensais que l’enregistrement était obligatoire, nous l’aurions fait”.

Le député conservateur Pierre Poilievre a fait remarquer que nous aurions dû nous enregistrer pour faire du lobbying bien avant qu’ils ne tiennent des réunions. Les conservateurs avaient déjà déposé une plainte auprès du commissaire au lobbying pour les pratiques de WE.

“C’est une incroyable coïncidence que votre organisation se soit soudainement enregistrée pour faire du lobbying, tous ces mois après que tout le lobbying ait eu lieu”, a-t-il déclaré.

La loi sur le lobbying exige que les groupes qui ont des employés “dont les fonctions sont de communiquer avec les titulaires de charges publiques” soient tenus de s’enregistrer en tant que lobbyistes.

Le non-respect de la loi sur le lobbying peut entraîner des amendes allant jusqu’à 200 000 dollars ou jusqu’à deux ans de prison.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC