Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le plan des libéraux d’interdire les voitures à essence d’ici 2035 est impossible à réaliser

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Leonard Waverman publié le 26 novembre 2023 sur le site du Globe and Mail.

Le gouvernement libéral fédéral a décidé qu’en 2035, soit dans 12 ans, aucune voiture ou camionnette à moteur à combustion interne ne pourra être vendue au Canada. Cette interdiction doit se faire progressivement, en commençant par 20 % de véhicules électriques vendus en 2026, soit dans un peu plus de deux ans.

Or, en 2021, seuls 66 800 véhicules entièrement électriques ont été vendus au Canada, soit un minuscule 0,04 % du parc automobile. Et le nombre de ventes de véhicules électriques a stagné tant au Canada qu’aux États-Unis. Ford reporte l’investissement de 12 milliards de dollars dans des installations de production de véhicules électriques. Volkswagen a arrêté la production de deux de ses véhicules électriques. Tesla Inc. TSLA-Q ne cesse de réduire ses prix de vente pour écouler ses stocks. General Motors retarde d’un an la production de camions électriques dans son usine du Michigan.

Toute nouvelle technologie peut démarrer rapidement parce qu’il y a des adeptes précoces, c’est-à-dire des personnes qui se précipitent pour acheter quelque chose de nouveau, comme un véhicule électrique. Toutefois, ces premiers adeptes ne sont généralement pas représentatifs de la population dans son ensemble.

De nombreuses technologies ont connu un essor rapide avant de s’essouffler ou de chuter – par exemple, les casques de réalité virtuelle ont connu un grand succès il y a deux ans. Qui en entend parler aujourd’hui ? Plusieurs observateurs considèrent ces premières ventes comme les prémices d’une adoption à long terme, mais ce n’est pas nécessairement le cas.

De nombreuses nouvelles technologies arrivent sur le marché pour répondre à un besoin non satisfait – les casques de réalité virtuelle, les machines à laver, les télécopieurs, les téléphones portables, par exemple. Si les VE répondent à un désir abstrait de la part du consommateur soucieux de l’environnement, ils ne répondent à aucun besoin tangible non satisfait ; ils vous emmènent d’un point A à un point B, comme le font les véhicules à essence existants.

C’est pourquoi ces mandats ne fonctionneront pas – les VE doivent supplanter les utilisations existantes, ce qui n’est pas le cas actuellement, malgré toutes les avancées technologiques.

En fait, les VE sont coûteux et gênants. Les premiers adeptes des VE semblent se soucier moins du prix des VE (82 000 $ en moyenne au Canada avant les remises gouvernementales) et de l’absence d’infrastructure de recharge que l’acheteur potentiel moyen de VE.

Lorsque vous achetez un véhicule à moteur à combustion interne, vous ne vous souciez pas de savoir s’il y aura une station d’essence à proximité pour recharger votre réservoir. Mais l’absence d’un plan cohérent pour installer des chargeurs rapides de VE dans de nombreux endroits empêche de vendre davantage de véhicules.

Par ailleurs, il n’existe pas de port standard pour les stations de recharge, et Tesla Inc, Ford et GM se battent contre un groupe d’autres fabricants pour établir ce port standard. Tant que cette question ne sera pas réglée (Tesla Inc. est en train de gagner) et que les stations de recharge ne seront pas omniprésentes, les ventes de VE stagneront.

En outre, les VE sont nouveaux, puisqu’ils ne sont sur le marché que depuis quelques années. Nous ne voyons pas encore beaucoup d’histoires de personnes qui doivent payer entre 5 000 et 15 000 dollars pour remplacer la batterie de leur véhicule électrique.

Certes, il est désormais moins coûteux de faire rouler un véhicule électrique qu’un véhicule à combustion interne standard. Mais cela ne suffit pas à compenser tous leurs défauts. En outre, lorsque le monde comptera moins de véhicules standard et plus de véhicules électriques, ces derniers deviendront plus coûteux à utiliser qu’aujourd’hui. En effet, la taxe routière actuelle, qui est intégrée au prix de l’essence, devra être transférée d’une manière ou d’une autre aux véhicules électriques. Les véhicules électriques causent les mêmes dommages aux routes que les véhicules standard et devront donc payer pour les réparations et les dommages causés aux routes.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables