• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les chefs et leaders autochtones dénoncent les incendies et le vandalisme dans les églises

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Cosmin Dzsurdzsa

Les chefs, les aînés et les dirigeants des Premières nations du Canada s’élèvent contre une vague d’incendies d’églises qui serait due aux dernières annonces concernant les pensionnats.

À ce jour, plus de 30 églises ont été incendiées ou ont été la cible de vandales depuis que la Première Nation Cowessess et la Première Nation Tk̓emlúps te Secwépemc ont annoncé la découverte apparente de sites de sépulture dans d’anciens pensionnats situés respectivement en Colombie-Britannique et en Saskatchewan.

Les dirigeants des organisations et des bandes des Premières Nations fédérales et locales appellent au calme et à la fin des activités criminelles. Des survivants des pensionnats se sont également joints à eux.

True North a rassemblé ci-dessous toutes les déclarations publiques faites par les dirigeants autochtones sur les attaques d’églises au cours des dernières semaines.

Perry Bellegarde, chef national de l’Assemblée des Premières Nations

“Je peux comprendre la frustration, la colère, la douleur et la souffrance, c’est indéniable, mais ce n’est pas notre façon de faire que de brûler les choses. Notre façon est de construire des relations et de se rassembler. “

Ellis Ross, député provincial et candidat au poste de chef du Parti libéral de la Colombie-Britannique

“Je condamne de tout cœur ces actes de violence insensés. En cette période difficile, les Britanno-Colombiens et les Canadiens doivent rester calmes.”

“Mon cœur va à tous ceux qui ont été touchés par cet acte insensé – autochtones et non autochtones. Maintenant plus que jamais, nous devons nous rappeler que nous sommes tous des Britanno-Colombiens, et que nous sommes tous des Canadiens.”

Présidente de la Nation métisse de l’Alberta Audrey Poitras

“Certains de nos citoyens s’y sont mariés. Certains ont laissé des chaussures sur les marches pour commémorer les enfants dont la vie a été perdue dans les pensionnats. La violence et la destruction ne sont pas la voie à suivre en ces temps difficiles.”

Sandra Larin, chef élue de la bande de Gitwangak

“Que nous croyions ou non à une religion formalisée ou que nous croyions au créateur ou que nous croyions aux deux, ce n’est pas la voie à suivre. Engendrer la violence par la violence ne nous mènera nulle part. La guérison commence par le pardon, et c’est ce que je vais demander aux gens.”

Chef de la nation Siksika Ouray Crowfoot

“Il n’y a pas beaucoup d’endroits à Siksika qui ne soient pas sacrés. Si quelqu’un a l’impression qu’il peut venir sur la nation Siksika et faire n’importe quel type de dommage ou de vandalisme, il sera sous surveillance.”

La bande de Lower Similkameen

“Ces églises représentent des lieux de culte pour les membres de la communauté ainsi que des espaces de rassemblement pour beaucoup pour diverses célébrations et moments de perte. Cela sera ressenti profondément pour ceux qui cherchaient le confort et le réconfort dans l’église.”

Chef de la bande de Lower Similkameen Keith Crow

“Je ne tolère pas du tout cela. Je soutiens tous mes membres, quelle que soit leur religion et leurs croyances. J’espère qu’à long terme, ces individus se feront prendre. C’est inacceptable.”

Clarence Louie, chef de la bande indienne d’Osoyoos

“Beaucoup de survivants des pensionnats détestent l’église avec passion – mais je n’ai jamais entendu aucun d’entre eux suggérer que les gens se tournent vers cela … Je parle à beaucoup de survivants des pensionnats et, bien sûr, il y a beaucoup de haine, d’amertume et de colère – mais cela ne signifie toujours pas que vous allez faire un incendie criminel.”

“Il y a une façon appropriée de manifester sa colère. Je veux dire, je suis en colère à ce sujet. Je parle à beaucoup de survivants des pensionnats et c’est sûr qu’il y a beaucoup de haine, d’amertume et de colère – mais ça ne veut pas dire qu’on va faire un incendie criminel. Nous pensons que c’est le même groupe de punks qui les a tous brûlés. Et les jeunes qui ont brûlé ces églises ne sont jamais allés dans les pensionnats.”

Fille d’un survivant des pensionnats, Jenn Allan-Riley

“Nous ne répandons pas la haine, nous aimons les gens, nous ne détruisons pas les lieux de religion des autres. Nous demandons aux gens qui allument ces feux d’arrêter maintenant.”

“Nous comprenons que certaines personnes croient qu’elles sont solidaires avec nous, les autochtones, alors que nous trouvons plus de tombes à travers le Canada. Brûler des églises n’est pas une solidarité avec nous, les Autochtones.”

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC