• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les Kings de Los Angeles : mais sur quelle planète vit la CAQ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

En plein contexte de grève dans le secteur public, quand le gouvernement prétend ne pas avoir d’argent pour les demandes salariales des enseignants et des infirmières, voilà qu’il donnera 5 à 7 millions pour la venue des Kings de Los Angeles à Québec. Sur quelle planète vivent la CAQ et le premier ministre? Au-delà de la venue de cette équipe pour des matchs préparatoires, voyons de plus près le second mandat catastrophique de François Legault.

C’est comme un cheveu tombé dans la soupe : quelque chose d’inattendu comme de non-désiré. Le gouvernement donnera des millions pour que jouent les Kings de Los Angeles au centre Vidéotron. Évidemment, tout le monde est en colère, et avec raison. Le Canadien de Montréal a affirmé être prêt à jouer gratuitement à Québec. Mais bon, dans le monde imaginaire des bonzes de la CAQ, il faut think big et amener les États-Unis au Québec. Los Angeles, ça sonne glamour, avec Hollywood, Beverly Hills. Même si cette équipe a peu d’importance pour les Québécois. Pourquoi pas à la rigueur amener une équipe proche du Québec avec plusieurs joueurs québécois? Ou même mieux – profiter de la bonne volonté du CH – qui sont prêts à jouer gratuitement?

Au-delà de cette mauvaise décision, cela en dit long sur le second mandat de la CAQ et de son chef François Legault. Durant des années, Legault a prétendu vouloir faire un seul mandat pour « faire le ménage ». Or, ce mandat unique s’étire comme une mauvaise comédie politique. Le premier mandat a été marqué par le retour de lois identitaires, comme les lois 21 et 96. Même si certains prétendent que ce n’est pas suffisant, les réactions ont été extrêmes. François Legault avait réussi son pari. Et comme vous le savez, la pandémie est arrivée.

La pandémie a détruit des vies, non seulement des malades, mais aussi des commerçants qui ont été obligés de fermer, des enfants qui ont dû porter un masque à l’école pendant des mois, des travailleurs de la santé. Les mesures sanitaires au Québec ont été parmi les plus extrêmes de tout l’Occident. Plusieurs ont toujours au travers de la gorge les couvre-feux, le passeport vaccinal. Mais cela n’a pas empêché François Legault de remporter un second mandat éclatant. Mais le problème du premier ministre, après avoir mal géré la pandémie, c’est que ce second mandat, il ne sait pas quoi en faire.

Les décisions chaotiques se multiplient. On dirait que les politiques sont décidées en fonction des sondages. Maintenant, ce sont les Kings de Los Angeles. Le gouvernement n’a plus de projets qu’il souhaite laisser à la postérité. François Legault est pourtant celui qui a écrit (est-ce vrai lui?) un essai qui s’appelle le Projet Saint-Laurent, où il souhaite faire des rives de notre fleuve une Silicon Valley de l’innovation en protégeant l’environnement. Qu’est-ce qu’il reste maintenant de ce grand projet? Nous n’en avons jamais entendu parler.

François Legault par son super ministre Pierre Fitzgibbon donne des milliards pour une usine de batteries, et des millions pour la venue d’une équipe de hockey peu prisée des Québécois. Ses ministres, Bernard Drainville en premier lieu, a l’air sur le pilote automatique pour faire le minimum, en faire le moins possible. Or, dans un contexte de retour du tragique dans nos vies, avec l’inflation galopante, l’effondrement de nos services publics, que nous payons, il y aurait beaucoup de choses que pourraient faire le premier ministre et son équipe. Ça sera long d’attendre 2026 pour du changement.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Éclipse à l’ère des outrages numériques

Comme beaucoup, j’ai été choqué de la décision de fermer certaines écoles en raison de l’éclipse qui a lieu aujourd’hui, et comme beaucoup, j’ai trouvé

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Anthony Tremblay