Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les libéraux n’osent pas s’attaquer au fond du problème avec la crise du logement

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Sabrina Maddeaux publié le 25 novembre 2023 sur le site du National Post.

Les annonces des libéraux fédéraux en matière de logement sont tout à fait prévisibles. Elles sont souvent précédées d’une cérémonie en grande pompe, mais le résultat est inévitablement décevant.

Voir : l’ancien ministre du logement Ahmed Hussen, qui avait l’habitude de programmer des événements de presse pour dévoiler des projets de construction de quelques dizaines de nouveaux logements dans un pays où le déficit de logements dépasse largement les cinq millions d’unités.

Voir aussi : la retraite d’été des libéraux, au cours de laquelle l’actuel ministre du logement, Sean Fraser, a laissé entrevoir des mesures sans précédent en matière de logement, qui se sont avérées non seulement tout à fait antérieures, mais aussi une répétition d’une ancienne annonce.

Aujourd’hui, après avoir passé des jours à présenter l’énoncé économique d’automne de la ministre des Finances Chrystia Freeland comme un tour de force en matière de logement, il s’avère une fois de plus que les libéraux ne s’intéressent pas au logement ou n’y connaissent pas grand-chose.

Si, heureusement, les nouvelles mesures n’étaient pas une nouvelle annonce ou une nouvelle ré-annonce, elles étaient malheureusement tout à fait décevantes et inadéquates pour résoudre la crise actuelle.

Parmi elles : 15 milliards de dollars de prêts pour stimuler la construction d’appartements, 1 milliard de dollars supplémentaire pour l’offre de logements abordables et une proposition de charte hypothécaire canadienne qui assouplirait le test de résistance et faciliterait les renouvellements pour les personnes ayant déjà un prêt hypothécaire. Cette charte obligerait également les banques à fournir des mesures d’aide aux détenteurs d’hypothèques à risque et leur interdirait de facturer des frais à cet effet.

[…]

Alors que Mme Freeland a tweeté : « Nous avons interdit les investissements étrangers dans le logement canadien et nous veillons à ce que les accapareurs de biens immobiliers paient leur juste part », les failles béantes de la soi-disant interdiction des acheteurs étrangers par les libéraux n’ont pas été comblées, ce qui en fait à peine plus qu’un sujet de discussion commode.

[…]

Plus important encore, il n’y a toujours pas de plan pour résoudre l’un des problèmes les plus importants ayant un impact sur la disponibilité et les prix des logements dans tout le pays : la croissance non plafonnée du nombre d’étudiants étrangers et de travailleurs étrangers temporaires. Les libéraux donnent une fois de plus la priorité à la main-d’œuvre à bas salaire pour les employeurs riches plutôt qu’aux locataires et aux acheteurs d’un premier logement. Chaque fois qu’ils ont le choix entre soutenir les intérêts de l’élite ou aider les jeunes Canadiens, ils choisissent systématiquement la première option.

Lorsque les libéraux ont annoncé, plus tôt cet automne, qu’ils supprimeraient la TPS sur les nouvelles constructions locatives, il y a eu une lueur d’espoir que le parti prenne enfin le logement au sérieux. Il semble maintenant que cette décision politique intelligente était une aberration, et non une nouvelle norme audacieuse.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables