• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les libéraux veulent obliger Google et Facebook à payer Radio-Canada et les médias traditionnels

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Noah Jarvis

Dans un autre effort pour sauver les médias traditionnels non rentables de la faillite, le gouvernement Trudeau a déposé le projet de loi C-18, un projet de loi qui obligerait les ” plateformes de communication en ligne ” à verser des revenus publicitaires pour les nouvelles apparaissant sur leurs fils.

La législation exempterait les sociétés d’information de la Loi sur la concurrence et des lois antitrust, obligeant les plateformes de médias sociaux et les moteurs de recherche comme Facebook et Google à payer les médias d’information à partir des revenus publicitaires générés par le contenu des nouvelles.

Comme le rapporte Blacklock’s Reporter, la CBC serait le plus grand bénéficiaire du projet de loi, avec un partage des revenus publicitaires basé sur les parts de marché existantes, et le radiodiffuseur public ayant la plus grande part du trafic de nouvelles numériques de toutes les sociétés de presse canadiennes. La CBC estime que les revenus publicitaires numériques internes valent 54,8 millions de dollars par an.

Si le projet de loi C-18 est adopté, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), géré par le gouvernement, aura le pouvoir de décider quelles organisations médiatiques sont admissibles. Ces organisations pourront alors obliger les “plateformes de communication en ligne” à négocier un accord avec elles par l’intermédiaire d’un conseil de surveillance du CRTC.

Le groupe de pression des médias traditionnels, News Media Canada, qui représente le Globe and Mail, Postmedia, le Toronto Star, Le Devoir et bien d’autres, a fait pression sur le gouvernement Trudeau pour qu’il introduise cette législation dans le but de sauver de nombreux journaux en voie de disparition au Canada.

“Nous remercions Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien, et ses fonctionnaires d’avoir travaillé avec diligence et rapidité pour présenter un projet de loi qui garantira l’existence d’un secteur de l’édition d’information farouchement indépendant et commercialement viable, où les nouvelles communautaires locales prospèrent parallèlement à un Web ouvert et dynamique “, a déclaré Paul Deegan, président et chef de la direction de News Media Canada.

Le projet de loi s’inspire d’une législation similaire adoptée en Australie, qui a donné lieu à des versements de plus de 190 millions de dollars, dont la plupart ont profité aux anciens médias du pays.

Malgré la forte opposition de Google à la version australienne de la loi, celle-ci a été adoptée en 2021.

L’un des plus grands gagnants de l’adoption de cette loi sera certainement la CBC et d’autres organisations médiatiques traditionnelles. “Cette loi est une étape importante pour assurer une juste rémunération du contenu d’information produit par CBC/Radio-Canada et soutenu par les Canadiens”, a déclaré Leon Mar, porte-parole de l’entreprise pour CBC.

Les détracteurs du projet de loi ont dénoncé les menaces qu’il fait peser sur la concurrence et la liberté de la presse, ainsi que sa dépendance à l’égard des grandes entreprises technologiques pour maintenir les médias canadiens à flot.

Le professeur de droit de l’Université d’Ottawa, Michael Geist, a soupesé les problèmes liés à la création d’un système de “subventions d’extorsion” dans un billet de blogue du 5 avril, avertissant que le projet de loi minimise la liberté de la presse.

“L’établissement d’un modèle de subvention interindustriel fondé sur le fait qu’un secteur est plus rentable que l’autre ne fait qu’accentuer la dépendance à l’égard des grandes technologies”, a déclaré M. Geist.

Geist a noté comment la législation compromet les libertés de la presse et même comment le processus de lobbying oblige les organisations de médias à donner une couverture favorable au gouvernement.

“Je connais des cas où des articles d’opinion ont été épinglés par des médias grand public parce qu’ils critiquaient le précédent ministre du patrimoine à un moment où il faisait l’objet d’un lobbying actif sur un projet de loi potentiel sur les médias.”

Rodriguez a affirmé que depuis 2008, plus de 450 médias ont fermé leurs portes, et qu’un emploi de journaliste sur trois a disparu. Ces pertes, selon lui, sont dues au fait que les Canadiens abandonnent les services de câblodistribution et les journaux par abonnement et choisissent plutôt d’obtenir leurs nouvelles sur Internet.

L’ancien président de News Media Canada et milliardaire néo-brunswickois Jamie Irving s’est plaint que Facebook et Google ne partageaient pas suffisamment leurs revenus publicitaires.

“Les éditeurs de presse canadiens sont confrontés à une menace existentielle, Google et Facebook s’emparant désormais d’environ 90 % des recettes publicitaires en ligne”, a déclaré M. Irving.

“Les revenus publicitaires ont diminué de 35 pour cent en 2020. Plus de quarante journaux ont fermé définitivement depuis le début de la pandémie.”

Cependant, les critiques ont souligné que des dizaines d’organismes de presse canadiens ont pu prospérer en ligne, et que la législation vise à isoler les médias traditionnels de la concurrence.

“Une politique qui favorise les anciennes entreprises qui ont eu du mal à s’adapter à l’environnement en ligne est une approche qui nuira à la concurrence et rendra encore plus difficile la transition vers des médias numériques et indépendants”, a déclaré M. Geist.

Au moment de la publication de cet article, le projet de loi C-18 est actuellement en deuxième lecture.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC