Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les syndicats du Québec rejettent les plans obligeant les enseignants à aider à nettoyer les dents des élèves

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

MONTRÉAL — Les enseignants du Québec disent qu’ils n’ont pas le temps de surveiller les enfants qui se brossent les dents tous les jours.

Les syndicats d’enseignants disent que leurs membres ont une charge de travail suffisamment élevée et que ce n’est pas le moment de leur confier la responsabilité de s’assurer que la bouche de leurs élèves est propre.

Les syndicats réagissent à un programme qui se déploie lentement dans toute la province, dans lequel les enseignants sont tenus de s’assurer que les élèves se brossent les dents pendant deux minutes chaque jour.

Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, qui représente 87 000 enseignants, dit que le programme est une bonne idée mais tout à fait irréaliste.

Un autre syndicat, la Fédération autonome de l’enseignement, qui compte plus de 60 000 membres, affirme que les exigences du programme sont complètement déconnectées de la réalité des écoles.

Le programme – pour les garderies et les écoles primaires – a été élaboré par le ministère de la Santé en 2017 mais a été lent à être mis en œuvre en raison de la pandémie de COVID-19.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,