Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’intelligence artificielle et les réseaux sociaux : vers un monde sans humanité?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

2023 fut sans l’ombre d’un doute l’année de l’intelligence artificielle. ChatGPT d’Open AI a pris tout le monde par surprise. Qu’est-ce que cette application qui permet de générer instantanément du texte ou des images réalistes sur demande? Le temps est passé que la passion pour ça s’est un peu estompé. Par contre, depuis, sur Facebook, Instagram, YouTube et même dans les médias, nous assistons à une utilisation abusive de ces outils. Est-ce que nous perdons notre humanité en générant du contenu instantanément au lieu de le créer? Et que dire de la qualité? Voyons voir ça de plus près.

ChatGPT a surpris le monde entier, en permettant d’une simple phrase de générer un texte, un poème, selon ses propres critères comme un nombre de mots précis. Au début, l’IA semblait très honnête dans ses réponses sur des enjeux de société. Son but n’était pas de faire plaisir, mais d’être froidement factuelle. Or, ce qui était destiné à arriver arriva. Des militants ont dénoncé une création « raciste, transphobe, homophobe, capacitiste », ce qui a poussé Open AI à revoir l’algorithme de sa machine.

Ce qui était un vent de fraîcheur est vite devenu lisse, politiquement correct, voire même moralisateur. Quant à la qualité des réponses, on peut repasser. Joseph Facal dans le Journal de Montréal avait fait l’expérience de demander au générateur de texte qui était Joseph Facal. Le texte a sorti quelque chose qui semblait se tenir, comme quoi Facal est né à Montréal et qu’il fut professeur aux HEC. Or, Facal n’est pas né au Québec, mais à Montevideo en Uruguay. C’est comme ça pour beaucoup de demandes sur ChatGPT.

Maintenant, la folie ChatGPT est un peu derrière nous. On a bien vu qu’il s’agissait d’un simple gadget qui plagie du contenu déjà écrit par des humains sur Internet. Présentement, c’est la vague des images générées. Sur simple demande, on peut générer n’importe quelle image. Des images fantaisistes comme réalistes. Mais cela est dénoncé par des artistes qui estiment à juste titre que leur travail est volé par ces IA. Plusieurs groupes, des animaux aux voyages, sont envahis par des centaines d’images générées qui sont froides et sans vie. On peut tout de suite reconnaître qu’un visage humain est généré artificiellement (c’est parfois bluffant) avec l’absence totale de vie dans son regard.

Ce qui fait se poser la question de l’avenir de l’humanité sur les réseaux sociaux. Déjà qu’ils ont réduit les relations sociales dans la vraie vie, est-ce que l’IA marquera le glas de la créativité et de la débrouillardise des humains? À quoi bon faire une toile ou un poème quand un générateur peut le faire à notre place instantanément? Bien sûr, il y aura toujours des artistes qui travailleront de leurs mains, mais il est aussi probable que plusieurs vont s’appauvrir avec la diminution du nombre de contrats.

Quant aux réseaux sociaux, on assiste lentement mais sûrement à leur décomposition. Le contenu longuement travaillé n’est plus valorisé. Tik Tok ayant ouvert le bal, nous sommes témoins d’une baisse généralisée de la qualité des contenus créés. Les vidéos longues et travaillées ont fait la place à des « short », des « stories » ou des « reels ». De très courtes vidéos oubliées immédiatement. Celles-ci peuvent atteindre rapidement les millions de vues. Mélangez avec ça l’intelligence artificielle, et voilà que vous aurez du contenu médiocre consommé comme du fast food pour être oublié ensuite.

Les GAFAM furent une révolution dans nos vies. Ils ont changé pour toujours notre monde moderne. Mais force de constater que maintenant, nous assistons à l’usure d’un monde. Un monde sans créativité, qui a peur de se salir les mains, qui préfèrent générer du contenu instantané sur ChatGPT ou Dall-E. Nous n’avons plus aucun effort à faire, seulement écrire quelques lignes de texte. Des films comme Idiocracy ou Wall-E nous ont avertis des dangers de l’oisiveté liée à la technologie. Est-ce que nous saurons écouter ces avertissements? Malheureusement ça serait surprenant que les gens remettent ce modèle en question, car ils ont déjà les deux pieds dedans.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables