Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Manifestations en Chine : à qui la faute?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Ces nouvelles venant de Chine ont fait le tour du monde. On parle d’émeutes dans plusieurs villes du pays, de campus universitaires en révolte et d’affrontements violents avec des policiers. Un pays à bout qui pourtant il y a quelques années faisait rêver nos entrepreneurs. Jadis, plusieurs ‘’rêvaient’’ à la Chine et à son immense bassin de consommateurs potentiels. On a mis de l’avant dans les médias les ‘’réussites’’ du régime en matière d’infrastructures. Ou bien ses ambitions internationales tels que l’Initiative ceinture et route (Belt and road initiative, BRI), qui vise à construire des infrastructures le long de la mythique route de la soie, qui reliait jadis l’Empire du Milieu à l’Europe, en passant par l’Asie centrale, le Moyen-Orient et même l’Afrique.

Maintenant, ce qu’on voit de la Chine, ce ne sont plus ses thés hors de prix ou son goût immodéré pour les voitures de luxe : on voit des gens qui souhaitent fuir à tout prix le pays avec leurs capitaux. On voit des confinements aux conséquences absolument désastreuses, une population à bout. Du feu, du sang et des larmes. Comment expliquer un tel gâchis?

Cela va faire bientôt trois ans que les Chinois, sont soumis à des contrôles particulièrement draconiens. Il faut comprendre comment fonctionne le pays : le gouvernement émet une politique vague et irréaliste (par exemple zéro covid) et c’est aux administrations locales, au niveau des villes, et même des comités de quartier de l’appliquer avec plus ou moins de zèle. Or, en Chine, il faut être un administrateur zélé pour se faire remarquer par le comité central à Pékin et espérer une promotion. D’où une surenchère choquante qui tue carrément des gens.

Car oui, en Chine, être confiné, c’est carrément risquer d’y laisser sa vie. Parlez-en aux habitants du Sichuan qui ont vécu récemment un tremblement de terre. Plusieurs personnes n’ont pu fuir leur résidence car les portes étaient barrées au nom de la protection contre le virus. À travers le pays, des personnes sont mortes sans soins dans leurs appartements, d’autres de faim. Des gens se sont enlevés la vie car étant confinés parfois pendant des mois sans pouvoir sortir, ont fait faillite, ont perdu leur emploi, leur commerce.

En Chine, il n’y a pas de compensations pour les confinements, comme nous avons pu avoir au Canada avec la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Des enfants sont arrachés à leurs parents pour être envoyés dans des camps de quarantaine surpeuplés où il manque de tout : d’eau, de nourriture, d’hygiène, d’espace privé.

Maintenant, la marmite qui était en ébullition est en train d’exploser au visage du Parti-État. Tout ça suite à deux événements. Le premier concerne une usine Foxconn à Zhengzhou, sous-traitant d’Apple. La plus grande usine de production d’iPhone au monde a exigé de ses employés d’être confinés au sein du complexe avec des gens malades de la covid tout en étant obligés de travailler. L’émeute a éclaté. On a pu voir des milliers de travailleurs en colère en train de détruire les barrières, tout en affrontant des forces de l’ordre visiblement débordées. Il est aussi question d’une prime à l’embauche. Le sous-traitant a promis 3000 yuans (environ 600$ canadiens) alors que seulement 30 yuans ont été versés. Alors que les propagandistes du régime, dont des occidentaux, affirment qu’il s’agit seulement d’un incident isolé, le feu embrase la Chine au complet.

Un autre incident a carrément fait exploser le couvercle : un incendie mortel à Ürümqi, capitale du Turkestan oriental ou Xinjiang (nord-ouest de la Chine). Province où se déroule depuis des années la persécution du peuple Ouïghour (musulmans de langue turque). Un incendie s’est déclaré dans un immeuble résidentiel, et a tué officiellement 10 personnes, dont 3 enfants. Le bilan réel est possiblement plus lourd. Les Chinois savent que ces gens étaient isolés dans leurs appartements, qu’il n’y avait rien à faire. Que les portes étaient barrées. Et probablement soudées. Ça aurait pu être n’importe qui. À Chongqing, à Chengdu ou à Tianjin. On blâme aussi le retard des pompiers qui n’ont pu intervenir à temps à cause des restrictions sanitaires.

Les images du brasier ont circulé sur les réseaux sociaux chinois. Fait rarissime, la censure n’est pas venue à bout des images devenues virales. Tout le pays est en colère et des habitants de Shanghai ont décidé de manifester contre l’intransigeance des autorités. Ils se sont rassemblés sur la rue Ürümqi, le centre de Shanghai portant des noms de rues des grandes villes du pays. Les gens ont crié ‘’à bas le traître dictateur Xi Jinping’’ ‘’nous voulons la liberté’’. Le lendemain, des ouvriers ont été aperçus en train de retirer les pancartes de la rue Ürümqi, ce qui n’a pas manqué à l’œil d’un citoyen attentif, qui a mis l’image en ligne, et qui est devenue virale à travers le pays. Faisant même l’objet de memes.

Un meme se moque des autorités chinoises qui sont allées jusqu’à retirer les pancartes de la rue Ürümqi, à Shangaï.

D’autres villes se révoltent : Xi’An, Wuhan (épicentre du coronavirus), Guangzhou, Ürümqi, même Beijing est touchée. Dans cette capitale ultra-surveillée, des gens sont venus manifester autour du pont Sitong, près de la Place Tiananmen. Ce pont est devenu un endroit symbolique, car durant le dernier congrès du Parti communiste chinois (PCC), un homme a fait brûler des pneus avec une bannière au ton explicite :

Nous ne voulons pas de tests nucléiques, nous voulons manger;

Nous ne voulons pas de confinements, nous voulons la liberté;

Nous ne voulons pas de mensonges, nous voulons la dignité;

Nous ne voulons pas de révolution culturelle, nous voulons des réformes;

Nous ne voulons pas de dirigeants dictatoriaux, nous voulons des élections;

Nous ne voulons pas être des esclaves, nous voulons être des citoyens;

Allez en grève à l’école et au travail, renversons le traître national et dictateur Xi Jinping!

On parle déjà du mouvement des feuilles blanches, car comme en Russie suite à l’invasion de l’Ukraine, le gouvernement musèle toute liberté d’expression. C’est donc avec ce symbole de protestation que des manifestants chinois sortent dans la rue et se tiennent debout sans bouger. Il s’agit des événements les plus chauds en Chine depuis le massacre de la Place Tiananmen en 1989. Cependant, contrairement aux événements de 1989, il n’y a cette fois-ci pas de têtes dirigeantes, et la spontanéité du mouvement a pris tout le monde par surprise.

À l’époque, le Parti mettait de l’avant des réformes économiques, mais pas de réformes politiques. Maintenant que le Parti communiste renverse à un rythme effréné les réformes entreprises sous les successeurs de Mao Zedong, est-ce que les Chinois vont aller jusqu’au bout pour exiger des réformes politiques? Car on connaît la nature du régime; il sera prêt à tout pour garder son pouvoir, car plus de 90 millions de Chinois bénéficient du privilège d’être membres du Parti communiste. Le Parti a peur de son peuple, un comble dans un régime communiste qui a pour slogan ‘’Servir le peuple’’. Et il faut garder en tête que ces mouvements concernent des milliers de personnes, mais sur plus d’un milliard d’habitants, c’est peu. Ceci dit, un tabou vient d’être brisé, car on conteste désormais ouvertement la légitimité du président Xi Jinping. La parole s’est libérée. Mais va-t-elle déplacer les montagnes? L’histoire nous le dira.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Anthony Tremblay