Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Pierre Poilievre tente une nouvelle fois de faire plier Justin Trudeau sur la question de la taxe carbone.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article de Brian Lilley publié le 13 novembre 2023 sur le site du Toronto Sun.

Lundi, le chef des conservateurs s’est engagé à supprimer la taxe carbone sur les aliments et a demandé aux Canadiens de l’aider.

M. Poilievre lance une campagne en faveur du projet de loi C-234, qui a été adopté par la Chambre des communes en mars, le Bloc Québécois et le NPD ayant voté avec les conservateurs. Ce projet de loi, présenté à l’origine par le député conservateur ontarien Ben Lobb, est maintenant devant le Sénat et a des chances d’être adopté.

Le texte du projet de loi ne compte que deux pages, mais son impact pourrait être considérable.

S’il est adopté par le Sénat, puis promulgué par le gouvernement, le projet de loi élargira la définition des machines agricoles et des carburants agricoles exemptés de la taxe sur le carbone. Cela inclurait le diesel et l’essence pour les tracteurs et les moissonneuses-batteuses, ainsi que le gaz naturel pour le séchage des céréales.

« Lorsque vous taxez l’agriculteur qui cultive la nourriture et le camionneur qui l’expédie, vous taxez les gens qui achètent la nourriture », a déclaré M. Poilievre.

Le chef conservateur a déclaré que la taxe de M. Trudeau s’appliquait au chauffage des granges et au séchage des céréales, ce qui signifie que les agriculteurs doivent facturer davantage. « J’ai une champignonnière dans ma circonscription qui paie des dizaines de milliers de dollars rien qu’en taxes sur le carbone. Cela doit se répercuter sur le prix des champignons que vous achetez à l’épicerie ».

Il a décrit comment une serre de tomates de sa circonscription doit payer la taxe carbone sur le CO2 qu’elle émet dans la serre et qui est absorbé par les plantes, ce qui n’est pas le cas des tomates mexicaines importées qui se trouvent sur l’étagère de l’épicerie, car elles sont expédiées à travers le continent.

« Comment cela se justifie-t-il ? a demandé M. Poilievre, soulignant que la politique de M. Trudeau rend les tomates mexicaines moins chères que les tomates canadiennes cultivées localement ».

Sur ce, M. Poilievre a déclaré qu’il lançait une campagne pour soutenir le projet de loi C-234 et qu’il demandait aux Canadiens d’appeler les députés et les sénateurs libéraux pour leur demander de faire en sorte que le projet de loi soit adopté par le Sénat. Le ministre de l’environnement de M. Trudeau, Steven Guilbeault, se trouverait alors dans une situation délicate.

Un mois avant que les libéraux de Trudeau n’abandonnent la taxe carbone sur le mazout domestique pour sauver des voix dans le Canada atlantique, M. Guilbeault avait déclaré qu’il ne devrait pas y avoir d’exemptions basées sur les besoins régionaux. Après que cette mesure soit devenue une politique gouvernementale, M. Guilbeault a déclaré à la Presse canadienne qu’il n’y aurait plus d’exemptions.

« Tant que je serai ministre de l’Environnement, il n’y aura plus d’exemptions à la tarification du carbone », a déclaré Mme Guilbeault.

« Ce n’est certainement pas l’idéal et, dans un monde parfait, nous n’aurions pas à le faire, mais malheureusement, nous ne vivons pas dans un monde parfait ».

Nous ne vivons pas dans un monde parfait, mais maintenant, une partie de la raison pour laquelle cela pourrait être adopté est due aux changements que Trudeau a apportés au Sénat pour le rendre plus indépendant. Autrefois, M. Trudeau aurait pu simplement faire voter le Sénat de la même manière qu’il fait voter la Chambre des communes.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Éclipse à l’ère des outrages numériques

Comme beaucoup, j’ai été choqué de la décision de fermer certaines écoles en raison de l’éclipse qui a lieu aujourd’hui, et comme beaucoup, j’ai trouvé

  • Nouvelles semblables