• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Tucker Carlson n’est pas le seul à dénoncer les camps d’internement de Justin Trudeau

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Candice Malcolm

“Et si votre voisin d’à côté devenait soudainement dangereusement fou et commençait à prendre des gens en otage dans sa maison ?”. A demandé Tucker Carlson lors de son émission du soir mercredi – l’émission politique la plus regardée à la télévision.

Il parlait de notre vieux pays ennuyeux, le Canada, et de la façon dont, sous la direction de Justin Trudeau, “le Canada a fait un pas spectaculaire vers un autoritarisme légitimement dangereux.”

Il faisait référence à un décret publié par Trudeau lundi, décrivant la dernière partie de la loi martiale imposée aux Canadiens.

“Ce n’est pas le moment de voyager. Si vous avez des plans pour vous rendre quelque part pour le long week-end, annulez-les”, a ordonné Trudeau.

“Pour ceux qui doivent voyager, prenez note des mesures mises en place à votre retour au Canada : Si vous revenez au pays par avion, vous devrez présenter un résultat négatif au test PCR avant de monter dans l’avion. À l’atterrissage, vous devrez subir un autre test PCR. Vous devrez ensuite attendre dans un hôtel agréé, et à vos frais, que vos résultats vous soient communiqués.”

“Hôtel agréé”, semble-t-il, est le dernier euphémisme de Trudeau pour ce que Carlson décrit plus précisément comme des “camps d’internement”.

Des camps d’internement où VOUS payez la facture.

Trudeau poursuit : “Si vos résultats sont négatifs pour le COVID-19, vous pourrez rentrer chez vous et y terminer votre quarantaine obligatoire. Si vos résultats sont positifs, vous devrez immédiatement être mis en quarantaine dans des installations gouvernementales désignées. Ceci n’est pas optionnel.”

Un séjour non optionnel dans une installation gouvernementale… ça ressemble beaucoup à un camp d’internement. La réaction sur Twitter est devenue encore plus sombre, où des humoristes et des athlètes de haut niveau ont comparé les “hôtels” à des goulags et des camps de concentration.

Heureusement pour Trudeau, il dispose de sa propre machine de propagande pour couvrir ses attaques contre nos droits et libertés.

En octobre dernier, la CBC a assuré aux Canadiens que toute discussion sur les “camps d’internement” était fausse.

“Une campagne de désinformation suggère faussement que les Canadiens seront envoyés de force dans des sites de quarantaine”, titrait la CBC.

Selon les vérificateurs de faits du radiodiffuseur d’État, qui citent un spécialiste de la communication libérale anonyme pour étayer leur rapport, le gouvernement fédéral ne fait que fournir des “sites de quarantaine volontaires”, qui ne seront utilisés que par les sans-abri et les voyageurs internationaux qui n’ont nulle part où aller.

Volontaire, hein ?

L’histoire de la CBC n’a pas été mise à jour ou corrigée lundi lorsque Trudeau a contredit leur rapport en informant les Canadiens que les séjours forcés dans ces sites de quarantaine n’étaient “pas facultatifs”.

“Soudainement, le Canada est un violateur flagrant des droits humains les plus fondamentaux. Échouez à un test de dépistage COVID et ils vous enferment sans procès”, a déclaré Tucker Carlson.

Pourquoi faut-il que l’animateur d’une émission d’information câblée américaine dise ce que les journalistes et les militants canadiens devraient dénoncer dans les journaux et sur les ondes ?

La classe des commentateurs canadiens est trop occupée à réfléchir à une éventuelle élection au printemps pour remarquer ou se soucier de l’usurpation de l’habeas corpus.

Heureusement pour les Canadiens, tout le monde ne fait pas l’autruche. Je me suis entretenu avec les avocats du Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF), qui ont exposé les nombreuses façons dont les ordonnances de Trudeau sont en fait inconstitutionnelles, et comment ils se défendent.

Le président de la JCCF, John Carpay, a expliqué que cet ordre pourrait violer l’article 7 de la Charte – le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne.

Carpay a expliqué qu’un gouvernement qui enferme des personnes contre leur gré, sans procédure régulière, sans présomption d’innocence et en l’absence d’un procès en temps utile devant un tribunal indépendant et impartial, sont autant de signaux d’alarme.

Il m’a dit que son organisation se défendait et engageait “une action en justice contre ces hôtels-prisons”.

Jay Cameron, l’un des avocats de la JCCF dans cette affaire, a qualifié cette situation d'”essence de l’autoritarisme” et s’est inquiété du fait que “le Parlement n’a pas examiné ni voté l’internement forcé de Canadiens.”

De même, Sayed Hassan, l’autre avocat de la JCCF sur cette affaire, a souligné que l’emplacement de ces hôtels de quarantaine forcée est inconnu.

“Il ne devrait pas y avoir de place dans une société libre et démocratique pour des installations fédérales secrètes, a-t-il déclaré.

C’est le Canada de Justin Trudeau.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC