• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un pédophile s’échappe pour la troisième fois en six ans

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

La police d’Edmonton avertit le public de rester vigilant après la libération, pour la troisième fois en six ans, d’un délinquant sexuel pédophile reconnu coupable.

En début de semaine, la police a annoncé que Cyle Larsen, 29 ans, était libéré à Edmonton en probation. Selon la police, l’agresseur sexuel d’enfants en série risque de récidiver.

“Larsen est considéré comme un délinquant sexuel d’enfants ayant des intérêts pédophiles envers les enfants des deux sexes. Larsen a un passé de délinquance opportuniste contre des enfants qu’il connaît ; et il a montré qu’il préparera et/ou attirera ses victimes si on lui en donne l’occasion”, a écrit le service de police d’Edmonton dans une déclaration.

Larsen a été condamné pour la première fois en 2008 pour des contacts sexuels avec un enfant de six ans et a récidivé à plusieurs reprises. La police a émis des avertissements similaires lorsqu’il a été libéré en 2015 et 2018.

Indépendamment du risque que Larsen représente pour la communauté, la loi sur les services correctionnels et la libération conditionnelle stipule que tous les délinquants doivent être pris en considération pour une libération conditionnelle à un moment donné de leur peine. Le Service correctionnel du Canada affirme que la sécurité publique a été prise en compte lors de l’octroi de la libération conditionnelle de Larsen.

Le député de St. Albert-Edmonton, Michael Cooper, affirme que la loi doit être renforcée pour garantir que les délinquants à risque comme Larsen ne puissent pas obtenir facilement une libération conditionnelle.

“Cela continue parce que, malheureusement, nos lois ne gardent pas les criminels dangereux derrière les barreaux – c’est vraiment le fond du problème. C’est une porte tournante”, a déclaré M. Cooper.

“A moins d’être désigné comme délinquant dangereux ou d’être soumis à une ordonnance de surveillance de longue durée, le fait est que beaucoup trop d’individus dangereux sont laissés dans la rue”.

Cooper dit que selon les lois actuelles, le non-respect de la libération conditionnelle n’est pas un délit selon le Code pénal. Modifier la loi et mieux utiliser la désignation de délinquant dangereux permettrait de mieux garder les criminels en prison.

“J’entends beaucoup de frustration de la part du public qui voit cela comme une porte tournante, et à juste titre. Tout délinquant qui s’en prend à un enfant est une menace pour tous les enfants de notre communauté, et cela montre la nécessité de renforcer notre système de justice pénale pour que ces types de délinquants soient tenus pour responsables”, a déclaré M. Cooper.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC