• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Une députée libérale qualifie Antifa d’organisation “d’extrême-gauche” lors d’une réunion de comité

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Cosmin Dzsurdzsa

La députée libérale Hedy Fry a cité le collectif anarchiste violent connu internationalement sous le nom d’Antifa comme un exemple d’organisation d’extrême gauche lors d’une réunion du Comité des affaires étrangères la semaine dernière.

Mme Fry a fait ces commentaires à l’appui d’un amendement du député conservateur Michael Chong à une motion sur une étude des violations des droits de l’homme commises par des extrémistes contre des minorités, la communauté LGBT et autres.

L’amendement de Chong visait à modifier le libellé de la motion en remplaçant la référence exclusive aux “extrémistes de droite” par le simple terme “extrémistes”, suivant ainsi l’avis du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) dans son rapport public de 2019.

“Il y a une partie de la motion qui, selon moi, devrait être modifiée, et je propose un amendement à la motion visant à supprimer les deux mots “d’extrême droite” pour qu’on puisse simplement lire “les abus des extrémistes”, et ainsi de suite”, a déclaré Chong.

“La raison pour laquelle je propose cet amendement est double. Tout d’abord, l’extrémisme peut provenir aussi bien de l’extrême droite que de l’extrême gauche… Plus important encore, je pense que nous devrions suivre les conseils du SCRS, qui a évité d’utiliser les termes ‘extrémisme de droite’ et ‘extrémisme de gauche'”.

En réponse, Fry a insisté sur le fait qu’elle était d’accord avec l’amendement de Chong et a fait référence à Antifa comme un exemple d’organisation d’extrême gauche.

“En fait, je suis d’accord avec l’amendement de M. Chong. Je pense que si vous voulez faire un bon travail sur une étude, vous voulez éviter d’être trop subjectif ou d’utiliser trop d’adjectifs pour décrire ce qu’est votre idéologie”, a déclaré Fry.

“Je pense que le mot ‘extrémisme’… Quand vous regardez la Biélorussie, la Russie, la Chine, le Venezuela et des organisations non gouvernementales comme Antifa, etc, nous avons des extrémistes de gauche et des extrémistes de droite. J’ai entendu l’argument du CSIS. C’est un bon argument, alors supprimons ce langage fleuri et parlons simplement de l’extrémisme, quelle que soit sa forme. En tant qu’auteur de la motion, je suis heureux d’appuyer l’amendement de Michael.”

Selon le rapport du SCRS, la “violence anarchiste” est citée comme un exemple d’extrémisme violent à motivation idéologique, aux côtés de la violence ethno-nationaliste, du mouvement incel et de la violence anti-LGBTQ.

Comme cela a été rapporté récemment, des groupes anarchistes et Antifa ont participé à des manifestations anti-austérité à Montréal, qui ont récemment donné lieu à des violences et des affrontements avec la police.

Alors qu’Antifa est un réseau décentralisé d’anarchistes et d’autres sympathisants d’extrême gauche, un réseau de sites web au Canada diffuse fréquemment des communications et des guides mettant en avant la violence anarchiste.

Parmi ce réseau, on trouve des plateformes telles que Contrepoints qui se décrit comme une plateforme “révolutionnaire”. Comme l’a rapporté en exclusivité True North, le site Web a récemment publié des instructions sur la terreur domestique, y compris des informations détaillées sur la façon de saboter les chemins de fer et de créer le matériau industriel hautement inflammable qu’est le thermite.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC