Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Voici pourquoi « l’approvisionnement sûr » en opioïdes n’est pas la réponse aux toxicomanes en détresse

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Article éditorial publié le 10 février 2024 sur le site du National Post.

Pendant près d’un an, les défenseurs de la réduction des risques et leurs alliés au sein du gouvernement libéral ont assuré au public que l’expérience canadienne de « l’approvisionnement plus sûr » se déroulait à merveille. Ils ont insisté, souvent de manière assez agressive, sur le fait que la distribution gratuite de médicaments pour assurer la sécurité des toxicomanes était une stratégie « fondée sur des preuves » et que toutes les préoccupations soulevées par les critiques, telles que la revente massive (« détournement ») de ces médicaments sur le marché noir, n’étaient que de la « désinformation ».

Il s’avère, sans surprise, qu’ils avaient tort. L’échec de l’approvisionnement plus sûr est avéré et il convient d’y remédier, ou de l’abolir, dès que possible.

Au printemps dernier, le gouvernement de la Colombie-Britannique a demandé à la responsable provinciale de la santé, Bonnie Henry, de rédiger un rapport sur l’approvisionnement plus sûr, à la suite d’un article du chroniqueur du National Post, Adam Zivo. M. Zivo a expliqué en détail comment ces programmes étaient largement fraudés, inondant les communautés d’opioïdes détournés et alimentant les rechutes et les nouvelles dépendances, y compris chez les jeunes.

Lorsque ces informations sont apparues, beaucoup les ont qualifiées de « désinformation » et d’ « alarmisme ». Par exemple, après que le leader conservateur Pierre Poilievre les a mises en lumière et a fait pression pour défaire l’approvisionnement plus sûr, le ministère fédéral de la santé mentale et des toxicomanies a déclaré à CBC News qu’il était « incroyablement irresponsable » de « donner des informations fausses sur l’approvisionnement plus sûr ».

Pourtant, personne n’a fourni de preuves crédibles suggérant qu’il y avait quelque chose d’inexact dans notre reportage, et cela a suffi à inciter le gouvernement de la Colombie-Britannique à enquêter plus avant, ce qui a impliqué d’interroger des cliniciens et des consommateurs de drogues dans toute la province. Cette enquête s’est poursuivie pendant des mois au cours de la seconde moitié de 2023, et a abouti au rapport qui a été achevé en décembre, mais publié la semaine dernière.

Non seulement le rapport corrobore le fait que le détournement d’un approvisionnement plus sûr est un « phénomène courant » qui a causé une « détresse morale » parmi les cliniciens de la province, mais il confirme également que les toxicomanes abandonnent les traitements fondés sur des preuves, tels que la méthadone, pour accéder à un approvisionnement plus sûr et gratuit en médicaments. La fourniture gratuite d’opioïdes semble faire dérailler le processus de rétablissement de certains patients, ce qui amène certains prescripteurs à se demander si leurs actions ne font pas plus de mal que de bien.

Les cliniciens ont également signalé que les femmes vulnérables subissaient « une pression énorme » de la part de leurs partenaires romantiques abusifs ou violents pour obtenir un approvisionnement plus sûr, ce qui a conduit à « un sentiment de paralysie, où toute action ou inaction de la part des prescripteurs peut causer des dommages ». Certains craignent même que des pharmacies exploitent les programmes d’approvisionnement plus sûr à des fins lucratives.

Comme l’explique le rapport, les médecins se sentaient souvent mal à l’aise à l’idée de prescrire des médicaments plus sûrs, mais pensaient que le gouvernement faisait pression sur eux pour qu’ils le fassent. Les problèmes liés au programme étaient si graves que de nombreux médecins, en particulier dans le centre de Vancouver, ont néanmoins décidé de l’abandonner.

Bien que la province ait reconnu publiquement la baisse des prescriptions de médicaments à moindre risque dès septembre dernier, les militants de la réduction des risques ont affirmé à l’époque que cette baisse était due à des « mythes et des idées fausses » (ce récit a bien sûr été amplifié par CBC News). Le rapport du Dr Henry a confirmé qu’il n’y avait pas de mythes ni d’idées fausses en jeu – les médecins réagissaient simplement aux horreurs qu’ils observaient directement.

Le seul préjudice majeur allégué que le rapport n’a pas pu corroborer était de savoir si l’approvisionnement plus sûr détourné était consommé par les jeunes – mais la province n’a fait aucun effort apparent pour s’engager auprès des jeunes, bien qu’elle ait passé des mois à faire des recherches sur cette question, ce qui est préoccupant.

Malgré tous ces préjudices qu’elle a elle-même détaillés, le Dr Henry a inexplicablement recommandé que l’approvisionnement plus sûr soit étendu et rebaptisé « alternatives prescrites », ce que le gouvernement provincial a accepté de faire. Pour justifier cette décision, la ministre de la santé mentale et des dépendances de la Colombie-Britannique, Jennifer Whiteside, a cité les résultats d’une étude récente du B.C. Centre for Disease Control (BCCDC), qui suggère que l’approvisionnement plus sûr réduit la mortalité de 55 à 91 %.

Cependant, des médecins qui ne sont pas politiquement investis dans un approvisionnement plus sûr ont constaté que l’étude s’était appuyée sur des données sélectionnées et avait gonflé les résultats positifs. Lorsque les facteurs de confusion ont été éliminés, aucune réduction statistiquement significative de la mortalité n’a été constatée, ce qui suggère qu’un approvisionnement plus sûr ne permet pas, en fait, de sauver des vies.

Après la publication du rapport du Dr Henry, le ministre albertain de la santé mentale et des toxicomanies, Dan Williams, a adressé une lettre publique à ses homologues fédéraux pour leur demander de rendre l’approvisionnement en médicaments plus sûr traçable grâce à des emballages, des formes, des couleurs et des identifiants chimiques spéciaux. Selon M. Williams, une demi-douzaine d’experts ont confirmé à son équipe que la mise en œuvre de ces mesures serait techniquement possible, car elles sont déjà largement utilisées aux États-Unis pour lutter contre la contrefaçon de médicaments.

[…]

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables