• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Folie des bonis à Ottawa

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

OTTAWA – Le gouvernement fédéral a versé plus de 171 millions de dollars en primes aux cadres et aux fonctionnaires pour 2019-2020, bien que les ministères aient atteint moins de la moitié de leurs objectifs de rendement globaux la même année.

Les derniers chiffres du Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) sont contenus dans des documents déposés récemment au Parlement à la suite d’une question des conservateurs.

“C’est payer pour l’échec”, a déclaré la députée conservatrice Kelly McCauley.

Dans les documents, le SCT a noté que des primes ont été distribuées à 89 % des cadres du secteur public, soit 7 232 personnes, en 2020-2021.

Des primes ont également été versées à 2,7 % des fonctionnaires qui se classent en dessous de la classe des cadres, soit un peu plus de 7 800 personnes. Mais les fonctionnaires sont dans la plupart des cas autorisés à réclamer une rémunération pour les heures supplémentaires, contrairement aux cadres.

Bien que les primes aient été versées au milieu de la pandémie de COVID-19, le gouvernement a déclaré qu’elles étaient principalement liées aux performances de l’année précédente (2019-2020).

Les documents ne fournissent pas de ventilation de la part des 171 millions de dollars qui est allée spécifiquement aux dirigeants, ce qui comprend à la fois les primes de performance et la «rémunération à risque».

« La rémunération au rendement est un élément important de la rémunération totale des dirigeants, mais elle doit être regagnée chaque année. La nature à risque de la rémunération au rendement aide à tenir les cadres responsables de l’obtention de résultats et de l’excellence en leadership », a déclaré le porte-parole du SCT, Alain Belle-Isle, par courriel.

Pour être éligibles, dit-il, les cadres doivent respecter ou dépasser les engagements contenus dans leurs accords de performance annuels respectifs et faire preuve de six compétences en leadership : “Créer une vision et une stratégie, mobiliser les gens, maintenir l’intégrité et le respect, collaborer avec les partenaires et les parties prenantes, obtenir des résultats et promouvoir l’innovation et guider le changement.


Mais cette année-là, une base de données du gouvernement fédéral montre que les ministères ont atteint collectivement à peine 48 % des 2 777 objectifs fixés dans la somme de leurs rapports annuels individuels sur les résultats ministériels.

Cette année-là, les ministères n’ont collectivement pas atteint leurs objectifs dans 20,4 % des indicateurs supplémentaires, alors que 15,5 % des objectifs n’avaient « aucun résultat disponible » et 15,8 % des objectifs seraient atteints « à l’avenir », mais sans date fixe. .

“Ainsi, 89% des dirigeants ont reçu des primes basées sur leur échec plus de 50% du temps à atteindre leurs objectifs”, a déclaré McCauley. “Et puis vous avez les vrais travailleurs qui font le travail et seulement 5% d’entre eux ont reçu une prime.”

“Je peux vous dire que lorsque je travaillais dans le secteur privé, 48,3 % signifieraient qu’on vous montre la porte, pas Google Maps et comment vous rendre à la banque pour déposer votre bonus”, a-t-il ajouté.

Selon les documents, Justice Canada a dépensé la plus grosse somme en primes, distribuant près de 16 millions de dollars à 98 % (286) de ses cadres et 1 409 employés non cadres.

Selon le tableau de bord du gouvernement, Justice Canada a atteint huit de ses 45 cibles annuelles (18 %) dans son rapport ministériel sur le rendement 2019-2020, la majeure partie (22) devant être atteinte « dans le futur ».

La deuxième somme la plus élevée a été versée par l’Agence du revenu du Canada — 13,5 millions de dollars à 97 % (471) de ses cadres et à près de 2 000 non-cadres — et la troisième a été versée par Affaires mondiales Canada — 10,6 millions de dollars à 97,5 % (576) de ses ses cadres et 55 non-cadres.

L’ARC a atteint 55 % de ses 40 objectifs de rendement annuels cette année-là, et AMC a atteint 44 % de ses 118 indicateurs.

«C’était l’année où les libéraux ont dit:« nous n’allons pas tenir notre promesse d’avoir de l’eau potable dans les réserves ». Pourtant, les primes ont été versées. Phoenix n’est pas réparé? Primes versées. Catastrophe au MDN à cause du harcèlement sexuel et des agressions? Primes versées. Vous ne pouvez que secouer la tête », a déclaré McCauley.

« J’appelle cela un prix de participation très coûteux. Que vous échouiez ou non, vous l’obtenez », a-t-il ajouté.

Les cadres ont droit à deux types de primes : la « rémunération à risque », qui est un montant variable qu’ils doivent gagner chaque année, et une prime de rendement fixe lorsqu’ils « dépassent les attentes ».

Les cadres supérieurs peuvent gagner jusqu’à 20 % de leur salaire de base en rémunération à risque et jusqu’à 6 % en primes de rendement. Ces montants grimpent à 30 % et 9 % respectivement pour les sous-ministres, les chefs d’organismes et les autres personnes nommées par le gouverneur en conseil.

« Les cadres dont le rendement ne répond pas aux attentes ou ne peuvent être évalués ne sont pas admissibles à la rémunération au rendement », a déclaré Belle-Isle.

L’Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada (APEX en anglais) a refusé de commenter cette histoire, renvoyant les questions au SCT.

Mais Carl Trottier, PDG de l’APEX, a écrit une lettre à la ministre du SCT, Mona Fortier, en février, affirmant que le salaire de base des cadres devait être revu puisqu’il n’avait pas été augmenté depuis 2017.

Il a noté qu’un récent sondage de l’APEX a révélé que 75 pour cent des cadres se sentaient épuisés et qu’un nombre record s’informait même des implications d’une demande de rétrogradation.

“Beaucoup d’entre vous ont communiqué avec l’APEX indiquant qu’à un moment où les dirigeants travaillent le plus dur face à l’adversité et à l’ambiguïté accrues provoquées par la pandémie, l’absence d’un système de rémunération opportun, juste et impartial apporte un sentiment de manque de reconnaissance et de respect entraînant un désengagement envers le travail et l’organisation », a déclaré Trottier dans sa note publiée sur le site Web de l’APEX.

Source : National Post

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Les pompiers pyromanes de Radio-Canada

Il y a quatre jours, on apprenait que le CRTC avait émis un blâme envers Radio-Canada pour une mention en 2020 du titre du livre

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de

Occident à risque : le piège ukrainien

Avec l’annonce d’une bonification de l’aide canadienne à l’Ukraine et du renforcement de la présence de l’OTAN en Europe de l’est ces derniers jours, notre

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de