• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Jamie Sarkonak : S’il y avait un moment pour définancer les étudiants révolutionnaires, ce serait maintenant

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Texte de Jamie Sarkonak publié le 16b octobre 2023 sur le site du National Post.

L’Université de York, l’un des plus petits établissements d’enseignement supérieur de Toronto, compte environ 50 000 étudiants de premier cycle. Ils versent environ 2 millions de dollars par an à la York Federation of Students (YFS).

Ce sont donc les étudiants qui, en fin de compte, ont payé pour la déclaration délirante publiée par la YFS cette semaine en réponse aux attaques du groupe terroriste Hamas contre Israël.

« Récemment, dans un acte fort de résistance, le peuple palestinien a démoli et franchi la barrière frontalière illégitime érigée par l’État colonial d’apartheid du soi-disant Israël », a écrit le YFS dans une déclaration exaspérante de deux pages, qualifiant un acte de terrorisme contre un État légitime et allié – qui comprenait le viol, le meurtre et l’enlèvement tortionnaire d’innocents – de bienfait objectif.

« De l’île de la Tortue à la Palestine, en passant par toutes les terres occupées, ces événements nous rappellent que la résistance à la violence coloniale est justifiée et nécessaire », poursuit la déclaration. « C’est la ‘décolonisation’ et le ‘retour à la terre’ effectifs, alors que nous continuons à voir le peuple palestinien résister fermement à ses oppresseurs ».

La « décolonisation » est un mouvement qui considère que les peuples sont soit « indigènes » et bons, soit « colonisateurs » et mauvais. Les fanatiques de la décolonisation ont tendance à mépriser la civilisation occidentale et les peuples qui en sont les héritiers.

La « restitution des terres » est un mouvement vaguement défini qui vise à rendre aux populations autochtones (au Canada et ailleurs) soit les droits décisionnels relatifs à la terre, soit les avantages financiers découlant de la terre, soit un ensemble de droits fonciers, soit la terre dans son intégralité. Au Canada, la « restitution des terres » repose souvent sur l’idée fausse que les peuples autochtones sont des nations souveraines à part entière et que, fondamentalement, ils possèdent toutes les terres canadiennes.

Alors oui, c’est un gros problème si les étudiants canadiens adhèrent à l’idée que la violence brutale est une réponse acceptable – justifiée et moralement juste, même – à l' »occupation ». Pour plus de clarté, cela inclut le Canada, que les révolutionnaires de la SJF appellent « l’île de la Tortue » ou « le soi-disant Canada ».

[…]

York est probablement l’un des cas les plus extrêmes. Peu d’associations étudiantes ont, à l’heure actuelle, applaudi les brutalités subies par les Israéliens le 7 octobre. L’adhésion à la décolonisation, à l' »équité » et au sentiment anti-israélien qui sous-tend le sentiment des étudiants de York peut être trouvée ailleurs, cependant.

En 2022, les associations étudiantes de l’Université Simon Fraser, de l’Université de Toronto, de l’Université Concordia, de l’Université McGill et de l’Université de la Colombie-Britannique ont toutes pris des positions s’engageant à un certain niveau de résistance anticoloniale contre Israël.

La plupart des étudiants ne sont pas en train d’aboyer aux portes du colonialisme, attendant avec ferveur que tout s’écroule – pour la plupart, ils veulent obtenir leurs diplômes et partir.

Les associations étudiantes décolonisatrices, soutenues par l’argent des étudiants, restent un problème. Ce sont eux qui rencontrent les politiciens pour infléchir la politique ; ce sont eux qui ont le pouvoir de dépenser à tort et à travers les budgets des étudiants ; et ce sont eux qui finissent par remplir les bureaux des politiciens (généralement progressistes) dans tout le pays.

[…]

Le YFS, financé par les étudiants, organise des conférences sur « la résistance indigène à la violence de l’État », « l’abolition et les alternatives au maintien de l’ordre » et « l’État dit ‘canadien' ». Elle propose une « formation anti-oppression » et s’engage à lutter pour l’équité – et non pour l’égalité. Elle pourrait toujours faire ces choses sans prélever de frais d’inscription, mais elle serait considérablement affaiblie.

C’est pourquoi la réponse à la radicalisation étudiante passe probablement par la fermeture des robinets, car les associations étudiantes sont financées par les frais d’inscription obligatoires. En 2019, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a failli avoir la bonne idée : il a proposé une politique appelée « Initiative de choix de l’étudiant », qui était censée rendre ces frais obligatoires facultatifs.

Cette initiative représentait une menace sérieuse pour les syndicats étudiants, qui utilisent leur taxe fiable pour financer des investissements à long terme et des projets d’investissement, et pour mettre en œuvre des initiatives radicales en matière de politique sociale, notamment en s’attaquant à Israël.

« Je pense que nous savons tous à quel genre d’absurdité marxiste les syndicats étudiants se livrent », a écrit M. Ford dans un courriel de collecte de fonds des progressistes-conservateurs en 2019.

Pour lire le texte original, cliquez ici!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Québec, ville d’un seul projet

Nous apprenions dans les derniers jours que la ville de Québec enregistrait une décroissance économique pour la première fois en 20 ans. En effet, selon

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles