• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Jordan Peterson : Le pire est à venir avec les Libéraux

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

J’ai eu le grand privilège de voyager dans 40 villes américaines dans à peu près autant d’États et dans 15 pays européens au cours des quatre derniers mois, dans les derniers jours de la grande panique du COVID, et j’ai appris beaucoup de choses sur notre grand et notre moi -nation consciente.

Premièrement: je n’ai voyagé nulle part ailleurs où les citoyens et le gouvernement sont plus «préoccupés» par la pandémie. Cela a peut-être échappé aux Canadiens, mais pratiquement nulle part ailleurs dans le monde développé, il n’est désormais obligatoire de porter un masque, comme c’est encore obligatoire dans de nombreux aéroports du Canada et sur les vols en provenance de notre pays aveuglé. Il n’y a absolument aucune excuse à cela, si ce n’est l’autosatisfaction punitive des libéraux de Trudeau. Cependant, que pouvez-vous attendre d’autre d’un gouvernement qui comprend également Chrystia Freeland, une vice-première ministre qui s’est vantée de la performance économique épouvantable de ses collègues, affirmant qu’il est en fait bon pour les Canadiens de vider leur portefeuille à la pompe à essence, parce que de ses implications dans la lutte contre « l’urgence climatique ». Je ne peux tout simplement pas croire que cet échec absolu de la politique économique est maintenant claironné comme une réalisation positive. Voici un indice pour vous les saints progressistes : si vous vous souciez des pauvres (les vrais pauvres, pas les hypothétiques pauvres que vous économiserez hypothétiquement à l’avenir), vous chercheriez à faire baisser le coût de l’énergie – une énergie qui équivaut précisément au travail et, par conséquent, à la richesse qui améliore la pauvreté.

Deuxièmement : il est presque impossible d’exagérer à quel point la réputation internationale du Canada a été endommagée par le premier ministre Justin Trudeau. Les Américains à qui j’ai parlé (y compris des gens très bien placés politiquement sur les fronts démocrate et républicain) écoutent avec incrédulité quand je raconte l’affirmation des libéraux de Trudeau : que le camionneur Freedom Convoy a été financé par des Américains déterminés à provoquant une insurrection de style 6 janvier à Ottawa. Qui en profiterait, même en principe? Même si les Américains (de type républicain MAGA, disons) se souciaient de nous – ce qu’ils ne font pas – pourquoi diable voudraient-ils déstabiliser la démocratie canadienne ? Quel est le mobile, pour justifier le crime ? Il n’y en a pas. Même les démocrates américains pensent que cette idée est insensée.

Et une proportion non négligeable de Canadiens semblaient disposés à acheter l’histoire, malgré sa fausseté et son absurdité démontrables, parce que l’alternative était la réalisation vraiment douloureuse que les institutions gouvernementales (et certains membres spécifiques des médias, en particulier la CBC) sont maintenant devenus fondamentalement incompétent. Il est plus facile pour trop de nordistes suffisants et aveugles d’avaler la ligne au lieu que les fous de Trumpistes MAGA veulent déstabiliser ce qui est après tout leur plus grand partenaire commercial et leur allié le plus stable et le plus fiable ; à croire que les camionneurs admiratifs des Confédérés (et y en a-t-il plus d’un ?) travaillent de concert avec le démon diabolique aux cheveux orange qui régnait autrefois sur les États-Unis.

Et, pire encore : le premier ministre Trudeau est-il tellement trompé qu’il n’a pas remarqué que ces mêmes « terroristes de la MAGA » vont complètement bombarder les malheureux démocrates cet automne et prendre la présidence en 2024 et que nous devrons alors parler, échanger et autrement s’associer avec eux, car ils sont l’éternel éléphant à notre porte, et que brûler tous les ponts dans cette direction avec une dérogation occasionnelle pourrait ne pas être particulièrement politique ? La réponse malheureuse à cette question est : « Clairement, oui ! Trudeau est ce prétentieux, présomptueux, négligent et mal informé. Mais, après tout, il ne s’embarrasse pas de futilités comme la politique monétaire.

Troisièmement : sur le plan international, j’ai eu de longues discussions avec des personnalités politiques et culturelles au Royaume-Uni, en Suède, en Norvège, au Danemark, en Roumanie, en Hongrie, en Estonie, en Albanie, en Autriche, en Croatie, en Slovénie, en Pologne et en Serbie, et je sais de première main que le Canada s’est gravement blessé sur le plan de la réputation avec le renvoi par dérision du convoi de camionneurs (qui a engendré des mouvements similaires dans d’autres pays, notamment aux États-Unis et aux Pays-Bas), avec l’imposition de la Loi sur les mesures d’urgence et, surtout, avec le gel des comptes bancaires privés sans procédure régulière (ou tout processus embêtant du tout). Peut-être que les Canadiens essaient de minimiser l’importance de tout cela, parce que nous sommes dans un état de choc après toute la portée excessive de la COVID, que nous n’avons pas encore éliminée. (Et sur cette note : dans tous mes voyages, je n’ai jamais vu de gens plus terrifiés par leur gouvernement que les Torontois, sauf peut-être à Vancouver. Et cela inclut les habitants des États presque aussi réveillés que le Canada de New York et de Californie. .) Tout le monde à l’extérieur demande : qu’est-ce qui se passe dans le Grand Nord Blanc ? Et non sans un vrai chagrin. Notre pays a été pendant de nombreuses années un phare à la fois de possibilité et de stabilité, un exemple remarquable de ce que pourrait être une démocratie moderne tolérante, un endroit où des personnes de cultures multiples pouvaient prospérer, et un endroit posé, sobre mais aussi sporadiquement intéressant et créatif.

Et parce que trois catastrophes ne suffisent pas, voici une sélection supplémentaire, entrecoupée de quelques questions : Comment les Canadiens n’ont-ils pas réalisé que notre gouvernement les méprise ? Que Trudeau croit que sa mission donnée par Dieu est d’élever la conscience de ses citoyens, au lieu de servir leurs intérêts, économiquement et pratiquement ? Que les libéraux de Trudeau sont parfaitement disposés à nous rendre tous pauvres, misérables et démoralisés juste pour échouer complètement dans leurs efforts pour sauver la planète ? Que les agents de ce parti et de ce gouvernement sont, comme dit précédemment, parfaitement disposés et désireux de claironner cet objectif, qui peut être facilement atteint grâce à la misérable combinaison d’incompétence et de machiavélisme moral qui caractérise les trudédiens, comme un accomplissement moral ? Que nous pourrions être le pays le plus libre, le plus riche et le plus propre du monde, mais nous efforcer de n’être aucun de ces trois ? Que nous nous divisons selon des lignes plus pertinentes sur le plan racial aux États-Unis, juste pour imiter les radicaux très progressistes dont les politiques condamnent les démocrates à ce qui semble être leur pire défaite électorale en au moins 50 ans ? Que toutes les données sur le front environnemental indiquent que le moyen le plus rapide d’améliorer les écosystèmes dont nous dépendons tous est de rendre les gens plus riches et non plus pauvres (et de le faire avec le bon vieux capitalisme) afin qu’ils aient le luxe de penser à long terme et vivre pour leurs enfants?

Et je n’ai rien dit sur d’autres questions telles que le projet de loi C-11, qui est peut-être la législation la plus épouvantable actuellement en vigueur (et c’est une rude concurrence), qui soumet pratiquement tous les fournisseurs de contenu Internet dans le monde aux règles qui ne devrait même pas encore régir Radio-Canada et CTV (malgré leur utilisation des rares ondes publiques), et qui fera des règles régissant le net au Canada parmi les plus absurdes et les plus restrictives du monde libre (et au-delà). Ou que nous poursuivons une politique énergétique générée par des idéologues qui va non seulement appauvrir notre population en rendant l’énergie déraisonnablement chère (avez-vous remarqué, Canadiens, quand vous remplissez vos véhicules inutiles à la pompe ?) mais qui ne fera qu’augmenter la probabilité que des pays comme la Chine devront compter sur le charbon pour produire de l’électricité au lieu d’accéder, par exemple, à notre abondant gaz naturel. Et cela augmentera donc la charge de CO2 supportée par l’atmosphère au lieu de la diminuer. Et, pas plus tard que la semaine dernière (et à la suite des protestations des agriculteurs néerlandais), nous essayons de réduire les niveaux absolus d’oxyde nitreux, un gaz à effet de serre, produit par ceux qui cultivent notre nourriture, quelle que soit la quantité de ces cultures produites en conséquence. Et que nous le faisons par la menace et la force – des nuances de la politique COVID – au lieu de travailler avec les agriculteurs pour trouver des solutions économiques et environnementales mutuellement acceptables et véritablement durables.

Ou l’insistance incompréhensible du chef du NPD Jagmeet Singh, ennemi juré du vrai travailleur, que le rôle propre du NPD «socialiste» est de soutenir indéfiniment le gouvernement Trudeau, malgré le fait qu’il ne semble rien y avoir pour le parti de Singh du tout – pas même le poste ministériel qu’un négociateur compétent aurait pu au moins obtenir en compensation du sacrifice de son âme.

Ou le fait que notre système judiciaire doit maintenant être composé de personnes qui jurent fidélité à l’idéologie de la diversité, de l’inclusion et de l’équité (DIE) qui a dévasté les universités et se fraye maintenant un chemin à travers de nombreuses entreprises négligentes. Que nous produisons une génération de juges militants qui usurpent ce qui devrait être une action législative afin qu’ils puissent “améliorer” le monde plus efficacement que le simple Parlement, avec son manque d’efficacité du Parti communiste chinois, pourrait le faire. Ou le fait que l’OCDE a prédit que le Canada aura les pires perspectives de croissance des grandes sociétés industrielles pour les QUATRE PROCHAINES DÉCENNIES (veuillez excuser les majuscules agacées, mais bon Dieu — les pires ? Et pendant quatre décennies ?).

Je crois que les libéraux fédéraux ont dirigé l’administration la plus incompétente de l’histoire du Canada; qu’ils n’ont pas encore fait tous les dégâts terribles qu’ils vont faire ; que les Canadiens ne prendront pas conscience de la réalité de la situation parce qu’un réveil à ce niveau nécessite un niveau de restructuration conceptuelle et un traumatisme émotionnel conséquent que nous n’avons jamais été appelés à manifester auparavant ; et que la combinaison idiosyncrasique de Trudeau d’ignorance délibérément aveugle, de prétention morale et d’autoglorification narcissique est toxique. Singh pourrait, au contraire, être pire.

Le gouvernement Trudeau a été ravagé par des scandales, chacun suffisamment grave pour justifier la dissolution du Parlement dans des conditions normales, si nombreux qu’il est presque impossible de se remettre du choc d’une inconduite révélée assez rapidement pour traiter la suivante. Et nous pourrions en avoir encore quatre ans, en particulier si Singh continue de marcher miraculeusement sans colonne vertébrale, ce qui est physiologiquement impossible mais apparemment simultanément possible sur le plan politique et conceptuel.

Ce n’est pas bon, Canadiens. Non seulement nous ressemblons à des imbéciles pour nos grands alliés américains et internationaux (et les imbéciles particulièrement pharisaïques que seuls les Canadiens peuvent être), nous sommes en fait des imbéciles, dirigés par le roi des imbéciles, et nous allons payer pour cela . Et nos enfants et petits-enfants aussi. Ce gouvernement doit partir, et le plus tôt sera le mieux. Et j’espère – si Dieu le veut – que nous aurons la chance de trouver des adultes compétents pour nous diriger. Conservateurs : l’avez-vous en vous ? Pierre Poilievre, Jean Charest, Leslyn Lewis, Roman Baber, Scott Aitchison : pouvez-vous vous débarrasser de la culpabilité générée par la foule et de la timidité morale qui en découle qui a si efficacement paralysé les opposants aux radicaux de gauche au cours des 15 (ou 40) dernières années et vous tenir franchement pour les valeurs traditionnelles de la famille, de l’économie, de la culture et même de l’environnement ? Pouvez-vous servir de véritables gardiens de la classe ouvrière et moyenne (et des entrepreneurs et hommes d’affaires riches et prospères, d’ailleurs) et proposer une vision positive et attrayante qui soit plus qu’une simple réaction à la portée excessive de la gauche utopique ? Résisterez-vous à la tentation de détruire votre parti par des querelles internes ou de vous contenter en septembre d’un candidat qui ne déplaît à personne mais ne satisfait véritablement personne comme vous l’avez fait trop souvent par le passé ?

Des temps difficiles arrivent, avec les conséquences en cascade des pénuries d’énergie, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, de la guerre en Ukraine et (dernier mais non des moindres) des pénuries graves et imminentes de nourriture et d’engrais. Les libéraux et le NPD sont partis, partis, partis dans les nuages ​​utopiques. Je prie pour que nous ayons au Canada quelque chose en réserve qui soit meilleur – bien qu’il soit vraiment difficile de voir comment quelque chose de différent de ce que nous avons maintenant pourrait être pire.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

La GRC dans les téléphones cellulaires

La GRC affirme avoir obtenu des mandats pour utiliser des outils qui collectent des messages texte et des courriels et peuvent allumer à distance des