• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La « fraude » de l’énergie verte pourrait nuire au rétablissement de l’économie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Dans un texte bien documenté pour le Financial Post, Bjørn Lomborg, auteur et expert en climat, affirme sans équivoque que le faux discours entourant les « énergies vertes » pourrait nuire au rétablissement de l’économie.

Dans son documentaire publié plus tôt cette année, Michael Moore démontrait que l’industrie des énergies renouvelables était en réalité « une fraude »

« La pandémie de coronavirus a entraîné la perte de centaines de milliers de vies et a provoqué des perturbations généralisées. Selon le FMI, les pertes pourraient facilement dépasser les 20 000 milliards de dollars (27 000 milliards de dollars) cette année et l’année prochaine. Cela représente 20 billions de dollars de nourriture, de soins de santé et de possibilités pour les personnes du monde entier que nous ne pouvons plus nous permettre », affirme Lomborg dans sa lettre.

Au Canada et au Québec, les dommages économiques du coronavirus chinois sont encore visibles. Le Canada est le pays du G7 avec le plus haut taux de chômage.

« Aujourd’hui, les nations vont emprunter des billions pour aider à soulager les souffrances actuelles. Et on nous dit qu’une reprise verte peut rapidement créer beaucoup d’emplois et de croissance économique, tout en réglant le problème encore plus grave du changement climatique. Cette affirmation est en grande partie fausse. »

Le changement climatique est un problème important pour l’humanité, et nous devons nous y attaquer de manière intelligente. Mais les politiques climatiques ont aussi un coût énorme. Malheureusement, la plupart des politiques climatiques actuelles coûtent plus cher que les avantages qu’elles procurent.

L’accord de Paris sur le climat est un gaspillage, puisqu’il coûtera de 1 à 2 000 milliards de dollars par an, mais ne réduira les dommages causés au climat que d’un dixième de son coût. Il ne réparera pas le climat, mais réduira les températures de fin de siècle d’une valeur presque incommensurable de 0,2 C. De plus, des études montrent qu’il augmentera la pauvreté et quadruplera les prix de l’électricité en Europe. »

Lomborg n’est pas un novice dans le domaine de l’environnement. Il œuvre dans divers organismes pour la préservation et pour l’environnement depuis 2002, suite à la publication de son livre désormais classique « L’environnementaliste sceptique (The Skeptical environmentalist) ».

« De plus, les dépenses écologiques sont lentes et ne créent presque pas d’emplois à court terme, au moment où les emplois sont les plus nécessaires. Elles n’aident pas non plus ceux qui sont les plus touchés. Elles génèrent des emplois verts dans la construction et l’industrie manufacturière, alors que la plupart des pertes d’emplois dues au coronavirus ont eu lieu dans le secteur des services.

Enfin, les emplois subventionnés issus des accords verts devront être financés par des taxes plus élevées, ce qui entraînera une diminution des emplois ailleurs. Comme le conclut le Bureau national américain de la recherche économique dans une nouvelle étude, les effets globaux des politiques environnementales sur l’emploi “seront probablement faibles, surtout à long terme”.

Il est parfois suggéré que le fait de passer au vert nous rendra en fait plus riches. Non seulement cette affirmation échoue au test du rire, mais elle est également contredite par la littérature économique sur le climat : l’énergie est le principal moteur de la croissance économique, donc la rendre moins efficace, moins fiable et plus coûteuse a un coût réel. »

Lomborg termine finalement en avisant les gouvernements d’éviter le signalement de vertu et la dépense des fonds publics dans des technologies qui ne sont pas à point :

« Pour lutter contre le climat, nous devons consacrer moins de ressources à l’accélération des investissements verts afin d’innover et de faire baisser le prix de l’énergie verte en dessous de celui des combustibles fossiles.

Mais aujourd’hui, nous devons consacrer la plupart de nos maigres ressources aux besoins urgents : investissements dans les soins de santé pour résorber l’énorme retard accumulé et accroître la résistance aux futures épidémies ; remise sur les rails et scolarisation des enfants ; et aide aux milliards de personnes dans le monde qui ont moins de nourriture, moins de revenus et plus d’insécurité.

Alors que nous commençons à sortir de la dépression du coronavirus, nous ne devrions pas commencer par laisser de mauvais accords verts nous appauvrir, aider peu le climat et ignorer les nombreux autres besoins urgents du monde. »

Pour en lire davantage: https://financialpost.com/opinion/bjorn-lomborg-as-we-begin-our-global-climb-out-of-the-coronavirus-depression-we-shouldnt-start-by-letting-bad-green-deals-make-us-poorer

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le conservatisme économique et identitaire au Québec

Dans ce texte, je vais me concentrer sur le deuxième point. Je suis un nationaliste québécois et voici des politiques nationalistes que Québec devrait mettre en place pour renforcer le nationalisme québécois : la défense de la langue française, une vraie laïcité et la protection notre patrimoine culturel.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles