• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La grande majorité des canadiens rejette les pronoms Woke

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

La grande majorité des Canadiens n’ajoutent pas leurs pronoms de genre aux courriels ou ne les partagent pas lors de réunions, et ils ne croient pas non plus que l’ajout de pronoms devrait être obligatoire, selon un nouveau sondage.

Le sondage, réalisé par l’Association d’études canadiennes (AEC), intervient à un moment où il y a une sensibilité et une discussion considérables sur la façon dont les gens discutent du genre et de la race, et les données suggèrent qu’il existe des différences substantielles dans l’acceptation de ces changements selon les groupes d’âge.

Il a révélé, par exemple, que 84,9 % des Canadiens n’ajoutent pas leurs pronoms à leurs courriels. Un sondage distinct, également réalisé par ACS, a révélé que les personnes qui tentent de comprendre le langage plus modernisé autour de la race ne sont pas non plus sûres des attentes sociales.

Jack Jedwab, président et chef de la direction de l’ACS, a déclaré que les Canadiens ont besoin de plus de conseils de la part des universitaires et des décideurs sur les changements de langage, y compris des informations sur la signification de ces termes et pourquoi il est important de comprendre leur utilisation. (Note éditoriale : ils ont surtout besoin de se faire sacrer patience !!!)

Le fait de partager des pronoms de genre – dans les signatures d’e-mails, lors de réunions et sur les réseaux sociaux, par exemple – est devenu plus courant au sein du gouvernement, des entreprises et de la société civile. Partager les pronoms de genre en identifiant si quelqu’un préfère, par exemple, les pronoms elle ou ils/eux, est destiné à aider à prévenir la stigmatisation et à atténuer les tensions qui pourraient découler d’un abus de genre.

Alors que certaines organisations demandent ou exigent le partage des pronoms, d’autres pensent que cela peut mettre certaines personnes mal à l’aise, en particulier celles qui se demandent ce qu’elles identifient et ne sont pas prêtes à partager.

Parmi les personnes interrogées, 84,9 % déclarent ne pas ajouter de pronoms de genre aux e-mails ou partager lors de réunions et 15,1 % déclarent le faire. De même, la majorité des Canadiens (85,4 %) ne croient pas que l’ajout de pronoms devrait être obligatoire.

Les Canadiens qui ajoutent leurs pronoms aux courriels et partagent lors de réunions pensent que cela devrait être obligatoire : 58,8 % de ceux qui partagent ont déclaré que cela devrait être obligatoire. (De bons totalitaires…)

“Beaucoup de gens qui utilisent des pronoms de genre sont très convaincus de la nécessité de les utiliser aussi largement que possible”, a déclaré Jedwab.

Lorsqu’on parle de race, il y a un décalage entre les termes que les Canadiens utilisent actuellement et les termes que les décideurs veulent que les Canadiens utilisent.

Au sein du gouvernement fédéral, la Loi sur l’équité en matière d’emploi (LEE), qui vise à promouvoir l’équité en milieu de travail, et Statistique Canada utilisent le terme « minorités visibles » pour définir « les personnes, autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race blanche ». ou de couleur non blanche. (Encore de l’argent bien dépensé…)

En juillet 2021, le gouvernement libéral a créé un groupe de travail pour revoir l’utilisation du terme « minorité visible » dans l’EEE et déterminer s’il devrait être remplacé. En Ontario, la Commission ontarienne des droits de la personne a recommandé « personne racialisée » ou « groupe racialisé » comme alternative lorsqu’il est nécessaire de décrire les personnes collectivement parce que ces termes expriment « la race comme une construction sociale plutôt que comme une description basée sur des traits biologiques perçus. ”

Pourtant, selon un autre sondage de l’ACS, le terme « racialisé » ne résonne pas parmi les Canadiens.

De tous les répondants, 43,6 % pensent que le terme « personnes de couleur » a le plus de sens lorsqu’il s’agit de personnes noires ou asiatiques. Environ 30 % des répondants ont dit que les « minorités visibles » sont les meilleures, 10,7 % ont dit « non-blancs », 8,6 % ont dit « groupes racialisés » et 7 % ont dit « groupes raciaux ».

Les Canadiens qui s’identifient comme Noirs préfèrent les « minorités visibles », 44,3 % d’entre eux affirmant que ce terme a le plus de sens, tandis que 11,3 % des répondants s’identifiant comme Noirs ont déclaré que les « groupes racialisés » sont les meilleurs.

De même, 51,8 % des répondants qui s’identifient comme asiatiques disent que les « minorités visibles » sont les meilleures. Seulement 3,5 % des répondants qui s’identifient comme asiatiques disent que les « groupes racialisés » sont les plus logiques.

Ce que le sondage suggère, a déclaré Jedwab, c’est qu’il y a un décalage entre les termes que les universitaires et les décideurs veulent que les Canadiens utilisent et les termes qui résonnent avec eux. Il se peut que “racisé” soit meilleur, mais le sondage suggère que ce n’est pas celui que les gens utilisent actuellement.

De plus, « racialisé » peut être un mot déroutant, a expliqué Jedwab, car si la race est une construction sociale, c’est-à-dire qu’elle a été créée par des personnes dans la société plutôt qu’une cause de quelque chose, alors pourquoi est-elle intégrée dans le mot ?

Il existe également une déconnexion générationnelle dans le langage utilisé pour décrire nos identités, dans le cas du sexe et de la race. (Noooooon !!!)

Les personnes âgées de 18 à 24 ans sont les plus susceptibles de partager leurs pronoms, 29,9 % affirmant qu’elles le font et 27,4 % affirmant que cela devrait être obligatoire.

Après l’âge de 44 ans, cependant, il devient beaucoup moins probable pour quelqu’un d’ajouter ses pronoms à un e-mail ou de partager lors de réunions, avec seulement 12,5% entre 45 et 54 ans disant qu’ils le font. Et après l’âge de 35 ans, il devient moins probable qu’une personne pense qu’il devrait être obligatoire de partager ses pronoms, 16,5 % affirmant que cela devrait être obligatoire.

De même, le terme «groupes racialisés» pour désigner les Noirs ou les Asiatiques réussit mieux parmi les 18 à 24 ans, 24% affirmant que cela a le plus de sens. Seulement 5,2 % des personnes âgées de 45 à 54 ans disent que c’est le mieux.

Jedwab a déclaré que s’il était important d’ajouter des pronoms de genre aux signatures électroniques et d’utiliser “groupe racialisé” au lieu de “minorités visibles”, leur utilisation doit être expliquée plus en détail au public.

“Peut-être que la vraie question pour les universitaires et les décideurs qui emploient ces termes est de savoir dans quelle mesure ils estiment qu’il est important que le public comprenne ce qu’ils signifient”, a-t-il déclaré. “Parce qu’en ce moment, il y a une déconnexion entre ceux qui ont une vision commune de la façon dont les questions d’identité devraient être articulées et le grand public.”

Ces deux sondages ont sondé 1 764 Canadiens entre le 8 et le 10 juillet. Ils n’ont pas de marge d’erreur, cependant, à des fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 1 764 répondants aurait une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Moins d’impôts? Moins de dépenses!

Un texte de Nicolas Gagnon, Directeur Québec à la Fédération Canadienne des Contribuables La campagne électorale n’est peut-être pas terminée, mais il est clair que