• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les Canadiens se souviennent du sixième anniversaire de l’attaque terroriste sur la Colline du Parlement

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

À l’occasion du sixième anniversaire de l’attaque terroriste de la colline du Parlement, les Canadiens se rappellent la bravoure des militaires canadiens et le spectre du terrorisme qui menace notre société.

Le 22 octobre 2014, un tireur isolé est arrivé et a tiré deux balles dans le dos du caporal Nathan Cirillo, alors que ce dernier était de garde à la Tombe du Soldat inconnu sur la Colline du Parlement. Cirillo est mort plus tard des suites de ses blessures.

Le terroriste s’est ensuite rendu sur la Colline du Parlement et a pénétré de force dans l’édifice du Centre, tirant sur le gendarme Samearn Son. Alors qu’il était poursuivi à travers l’édifice du Centre, le tireur est passé devant des salles où le caucus conservateur et le NPD se réunissaient. Une balle a traversé la porte de la salle du caucus du NPD.

Le tireur s’est caché dans les couloirs de la Bibliothèque du Parlement. Le sergent d’armes Kevin Vickers a localisé le tireur et a ouvert le feu. Le tireur est mort de sa confrontation avec Vickers et la GRC.

Le tireur, Michael Zehaf-Bibeau, 32 ans, était un musulman converti né au Canada qui s’est radicalisé avant l’incident. Zehaf-Bibeau avait également des antécédents de consommation de drogue et d’instabilité mentale.

Avant son attaque, Zehaf-Bibeau a déclaré que l’attaque était une réponse à l’engagement du Canada dans les missions de paix au Moyen-Orient.

Deux jours auparavant, un autre attentat terroriste inspiré par ISIS avait eu lieu sur le sol canadien. Martin Couture-Rouleau, un partisan québécois d’ISIS âgé de 25 ans, a utilisé sa voiture pour écraser deux soldats avant d’être abattu par la police. L’adjudant Patrice Vincent est mort de ses blessures.

Le caporal Nathan Cirillo et l’adjudant Patrice Vincent ont été pleurés dans tout le Canada. On se souvient d’eux comme des membres courageux des Forces armées canadiennes.

À l’époque, le premier ministre Stephen Harper avait déclaré que les Canadiens devaient être conscients de la menace que le terrorisme fait peser sur notre société.

“Les événements de cette semaine nous rappellent sinistrement que le Canada n’est pas à l’abri des types d’attaques terroristes que nous avons vues ailleurs dans le monde”, a déclaré M. Harper.

“Nous nous rappelons également que les attaques contre notre personnel de sécurité et nos institutions gouvernementales sont par nature des attaques contre notre pays, nos valeurs, notre société, contre nous, Canadiens, en tant que peuple libre et démocratique qui embrasse la dignité humaine pour tous”.

Depuis la fusillade de la colline du Parlement, les terroristes ont continué à prendre le Canada pour cible et le terrorisme islamiste reste une menace très réelle pour la société canadienne.

Le 30 septembre 2017, Abdulahi Sharif a frappé l’agent Michael Chernyk avec sa voiture, puis l’a attaqué avec un couteau alors qu’il était à terre en le poignardant sur le côté de la tête.

Sharif s’est ensuite dirigé vers un camion U-Haul et a poursuivi quatre piétons. Un drapeau ISIS a ensuite été trouvé dans son véhicule.

En 2019, Rehab Dughmosh est entré dans un Canadian Tire à Scarborough, avec l’intention de “blesser et tuer des gens” pour l’ISIS. Avant son attaque, Dughmosh a tenté de quitter le Canada en 2016 pour rejoindre le groupe terroriste à l’étranger.

En février, Mme Dughmosh a écrit à son agent de libération conditionnelle que si elle est libérée, elle a l’intention de perpétrer un autre attentat terroriste contre des Canadiens.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables

Les antifas sont-ils des terroristes?

Depuis une semaine, les États-Unis s’embrasent, et ce depuis la mort de l’afro-américain George Floyd, décédé pour le simple méfait d’avoir payé avec un faux

  • Autres articles de Fil de Presse TNC