• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’ingérence de la Chine montre que Trudeau ne peut pas diriger un gouvernement fonctionnel

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Traduit de l’anglais. Éditorial du National Post publié le 4 mars 2023.

Lorsque les provinces se sont réunies dans la Confédération, l’une des principales raisons de l’établissement d’un gouvernement national était de sécuriser la frontière afin d’éviter d’être absorbé par les États-Unis, les Britanniques s’intéressant de moins en moins à leurs colonies nord-américaines. En 2023, en voyant le gouvernement libéral se moquer de l’idée même de sécurité nationale avec sa réponse ouvertement partisane et dédaigneuse à l’ingérence électorale chinoise, il n’est pas évident que le gouvernement fédéral soit capable de maintenir un pays qui fonctionne correctement.

Les Canadiens qui espéraient que les libéraux prennent au sérieux les allégations d’ingérence électorale étrangère ont toujours été déçus, semble-t-il. Cependant, pour ceux qui espéraient voir les députés libéraux boire allègrement l’eau de leur propre bain, tout en étant complètement inconscients de leur apparence, la réunion du Comité de la procédure et des affaires de la Chambre de jeudi leur a donné ce qu’ils voulaient.

Lorsqu’il a interrogé le chef du SCRS au sujet des allégations selon lesquelles la Chine s’est ingérée dans plusieurs circonscriptions, le député libéral Greg Fergus a laissé entendre que les reportages dans les médias sont les véritables exemples d’«ingérence étrangère». Fergus a présenté sa question comme une «hypothèse», mais son intention était claire.

«Est-il possible, selon vous, que des fuites non vérifiées, ou non confirmées, provenant de sources secrètes, qui peuvent ou non provenir de sources officielles, puissent représenter en soi une forme d’ingérence étrangère ?» a demandé Fergus.

Le fait d’impliquer que les journalistes d’un pays démocratique qui rapportent des informations d’intérêt public font en quelque sorte partie de l’ingérence de la Chine est, à tout le moins, un nouvel argument. Mais c’était la dernière gifle au visage de tous ceux qui ont voté libéral en 2015 en raison des promesses d’honnêteté et de transparence.

Les libéraux ont à peine reconnu l’existence d’une ingérence étrangère, rejetant les préoccupations comme étant motivées par le «racisme», des motifs «partisans» ou comme n’étant pas pertinentes puisque le résultat global du vote n’a pas été affecté. Ils répètent ces lignes depuis des jours et n’ont pas expliqué pourquoi ils n’ont pas fait davantage pour lutter contre l’ingérence étrangère, ni pourquoi le public n’a pas été informé des tentatives de la Chine de subvertir les votes en 2019 et 2021.

Jeudi également, le député libéral Mark Gerretsen a suggéré que – surprise, surprise – Stephen Harper était à blâmer. Gerretsen faisait référence aux rapports selon lesquels la Chine aurait tenté d’influencer Justin Trudeau par le biais de dons à la fondation Trudeau en 2014, alors que les conservateurs étaient au pouvoir.

«Alors que Stephen Harper était premier ministre, le gouvernement chinois a tenté d’influencer le chef d’un parti politique national dans l’année précédant les élections», a-t-il déclaré.

Lorsqu’on cherche quelqu’un à blâmer pour les tentatives de la Chine d’influencer les libéraux, le coupable évident est, apparemment, Stephen Harper. Il est vraiment toujours à l’affût.

De sérieuses questions doivent être abordées pour savoir qui, au sein du gouvernement, était au courant des avertissements du SCRS concernant l’intention de la Chine de s’ingérer dans les élections, avertissements qui remontent au moins à 2017, et si et quand ces préoccupations ont été transmises au premier ministre.

Il y a des questions, issues des documents du SCRS qui ont fait l’objet de fuites, sur, comme le dit Global News, «les dirigeants communautaires et les membres du personnel politique «cooptés»» qui servent d’«intermédiaires» entre la Chine et «les politiciens que Pékin cherchait à influencer». Et il y a des questions sur au moins un député en exercice qui est soupçonné d’avoir participé volontairement aux stratagèmes de la Chine.

Mais les libéraux ne s’intéressent pas à ces questions.

Tout cela met en évidence le manque de sérieux du Canada en tant que pays. Alors que la peur des Américains est en partie à l’origine de l’existence du Canada, ce pays a manifestement fini par dépendre de la superpuissance du sud, ce qui a permis aux gouvernements canadiens successifs de se complaire dans l’idée que des responsabilités essentielles comme la défense nationale sont en quelque sorte indignes de nous.

L’année dernière, il est devenu douloureusement clair que le gouvernement fédéral est incapable de fonctionner à un niveau de compétence minimal. Pendant les manifestations du convoi de la liberté, le contrôle de plusieurs postes frontaliers a été cédé aux manifestants sans presque aucune résistance. Ensuite, les différents niveaux de gouvernement ont passé des jours à se chamailler pour savoir qui était réellement en charge de la frontière.

En 2022, il fallait attendre des mois pour obtenir un passeport et l’arriéré des demandes d’immigration s’élève maintenant à des dizaines de milliers.

Le Canada n’a pas pu envoyer plus d’une poignée de chars pour soutenir l’Ukraine, non pas parce que les chars n’existent pas, mais parce que ceux qui existent ont été laissés à la rouille. Et c’est un gouvernement qui a été élu en promettant d’abandonner l’achat d’avions de chasse F-35, pour finalement, sept ans plus tard, accepter de les acheter.

Les libéraux ont passé une grande partie de leur mandat à dégrader l’histoire et l’identité nationale du Canada. Il n’est donc pas surprenant qu’ils proposent maintenant de rendre facultatives les cérémonies de citoyenneté en personne. Si le projet est adopté, les nouveaux Canadiens pourront prêter le serment de citoyenneté à distance.

[…]

Le gouvernement échoue dans ses fonctions essentielles. Non seulement il échoue, mais il se moque de l’idée même qu’il devrait être responsable d’éléments fondamentaux comme la sécurité nationale et l’intégrité des élections. Un syndicat du secteur public a récemment menacé de «fermer» le gouvernement, mais on ne peut pas fermer quelque chose qui ne fonctionne pas dès le départ.

Pour lire l’article dans sa forme originale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Dernière heure! Le patron du SCRS démissionne!

Les raisons de cette démission n’ont pas encore été transmises dans les communiqués, mais il est certain que dans le contexte du scandale des ingérences