• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Opinion | Poutine fait exploser l’agenda de neutralité carbonique et la réinitialisation écologique

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Il ne peut y avoir de plus grande démonstration de l’échec massif – et des contradictions et déconnexions paralysantes – révélé cette semaine entre deux branches des Nations Unies qui servent prétendument à protéger et assurer la paix et la prospérité dans le monde. L’une des branches est le Conseil de sécurité des Nations unies, prétendument dédié à la paix et à la sécurité internationales. L’autre branche des Nations unies est le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui a été créé pour “fournir aux décideurs politiques des évaluations scientifiques régulières sur le changement climatique, ses implications et les risques potentiels futurs, ainsi que pour proposer des options d’adaptation et d’atténuation”.

Alors que Vladimir Poutine larguait des bombes sur l’Ukraine et envahissait ses villes, le Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que l’Assemblée générale de l’ONU, ont sombré dans la paralysie et le débat, sans être préparés et sans vouloir ou simplement incapables de susciter une opposition sérieuse à l’opération militaire russe. Lundi, le GIEC a présenté son dernier rapport, “Climate Change 2022”, sous-titré “Impacts, Adaptation & Vulnérabilité”. Ce document monumental de 3675 pages, rempli de données scientifiques incompréhensibles et d’un jargon géopolitique dénué de sens, explique comment la fixation mondiale sur la politique climatique et les objectifs “zéro carbone” ont préparé le terrain pour l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

Lundi, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a personnifié le dédoublement de la personnalité de l’ONU en déclarant que le rapport du GIEC démontrait que “lorsque les effets du climat s’aggraveront – et ils le feront – il sera essentiel d’augmenter les investissements pour survivre… Tout retard signifie la mort”. Puis, à propos de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Guterres a déclaré que les “morts civiles” étaient totalement inacceptables. “Cela doit cesser maintenant”.

Mais les avertissements de Guterres ne reconnaissent pas les liens entre climat et invasion. Sans la croisade climatique menée par l’ONU, il est très peu probable que Poutine aurait été en mesure de lancer l’invasion de l’Ukraine.

Le GIEC, ainsi que les dirigeants politiques et les militants du monde entier, ont dépeint la guerre du XXIe siècle contre le carbone comme une croisade bienfaisante visant à éviter ce qu’ils appellent les “risques” liés au changement climatique. Ce que les guerriers du climat de l’ONU n’ont pas compris, ce sont les risques réels associés aux acteurs politiques qui contrôlent les gouvernements engagés dans l’entreprise apparemment bénigne de protection du monde contre le désastre climatique. Poutine, après tout, s’était engagé à atteindre un niveau net zéro d’ici 2060.

Le premier chapitre du nouveau rapport, un “résumé à l’intention des décideurs”, commence par une mention fugace des risques et une mise en garde contre un “conflit violent” sur les questions climatiques, mais ne mentionne pas d’invasions ou de conflits militaires interétatiques. Au lieu de cela, il se perd dans les méandres d’une affirmation selon laquelle le GIEC “reconnaît l’interdépendance du climat, des écosystèmes et de la biodiversité, ainsi que des sociétés humaines, et intègre davantage les connaissances des sciences naturelles, écologiques, sociales et économiques que les évaluations précédentes du GIEC. L’évaluation des impacts et des risques liés au changement climatique, ainsi que de l’adaptation, s’inscrit dans le cadre de tendances mondiales non climatiques qui se développent simultanément, telles que la perte de biodiversité, la consommation globale non durable des ressources naturelles, la dégradation des terres et des écosystèmes, l’urbanisation rapide, les changements démographiques, les inégalités sociales et économiques et une pandémie”.

Aucune mention d’éventuelles invasions ou attaques militaires. Le langage est celui du géobabillage climatique classique de l’ONU. Le rapport poursuit en affirmant que “le sujet du risque est central” dans le rapport du GIEC, qui “reconnaît la valeur de diverses formes de connaissances telles que les connaissances scientifiques, ainsi que les connaissances autochtones et locales, pour comprendre et évaluer les processus d’adaptation au climat et les actions visant à réduire les risques liés au changement climatique d’origine humaine.”

La perspective d’un “conflit violent” est mentionnée 55 fois dans le rapport de 3675 pages du GIEC, y compris un avertissement selon lequel “le changement climatique peut accroître la susceptibilité aux conflits violents, principalement les conflits intra-étatiques, en renforçant les facteurs de conflit sensibles au climat”. Le GIEC considère surtout que les conflits violents pourraient survenir dans des régions où le changement climatique pourrait inciter les populations locales à réagir aux inondations, aux incendies et aux conditions météorologiques extrêmes.

Personne n’a vu venir Poutine, sur le dos de l’Allemagne et d’autres nations européennes qui tentaient de remodeler leurs systèmes énergétiques pour se conformer aux programmes de décarbonisation du GIEC. L’Allemagne a cherché à faire entrer davantage de gaz russe pour compenser ses plans visant à éliminer le charbon de son réseau énergétique. À la suite de l’invasion, l’Allemagne a refusé d’approuver le gazoduc Nord Stream 2 et a commencé à remanier sa stratégie énergétique pour y inclure l’utilisation continue du charbon.

Les nations du monde entier, y compris le Canada et les États-Unis, subissent aujourd’hui des pressions économiques et stratégiques pour repenser la croisade climatique du GIEC vers NetZero 2050. Il arrive un moment où la poursuite banale de la science excessivement compliquée du changement climatique devient la source de risques géopolitiques et militaires sérieux. Grâce à Poutine, l’énergie fossile est sur le point de faire un retour en force en tant que source d’énergie sûre, relativement bon marché et facilement accessible.

Ni le Premier ministre Trudeau ni le Président Joe Biden ne peuvent, dans le sillage de la perturbation du système énergétique et politique mondial par Poutine, continuer à régurgiter les slogans Build Back Better et Green New Deal qui ont dominé leurs déclarations ces deux dernières années. L’ère des bloqueurs de pipelines est terminée.

Le mouvement Great Reset du Forum économique mondial, dirigé par Klaus Schwab, touche peut-être aussi à sa fin. Accompagné de Vladimir Poutine et d’autres membres de l’organisation du WEF à Davos, Schwab envisageait d’utiliser la crise climatique et la pandémie de COVID-19 comme tremplin pour un nouveau système politique mondial qui changerait la façon dont le monde est gouverné. Il a fallu à Schwab plusieurs jours après l’intervention de Poutine en Ukraine pour annoncer que le WEF “condamne profondément” l’agression.

Il est peut-être trop tard. Le mal est fait ; la réinitialisation verte et la grande marche vers NetZero 2050 sont maintenant en déroute, réduites en pièces par Vladimir Poutine.

Traduction libre de “Terence Corcoran: Putin blows up NetZero and the green reset“, tiré du Financial Post.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Lettres à l'éditeur