• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

OPINION | Comment les compagnies pétrolières et gazières peuvent-elles créer une énergie rentable sans émissions de carbone ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Paul Stevers. Paul Stevers est un entrepreneur en série dans le domaine des cleantechs et du social, un ingénieur et un inventeur canadien. En 2014, Paul a fondé Think Renewables Group pour aider à coordonner les opérations de ses différentes entreprises et développer davantage les technologies et services du groupe. En 2018, il a cofondé le Climate Solutions Advancement Network (ClimateSAN), qui facilite les investissements dans les solutions climatiques et soutient les initiatives visant à encourager une action à grande échelle contre le changement climatique.

Une opportunité majeure est apparue pour générer une énergie fiable tout en capturant et en séquestrant le dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère et peut être mise en œuvre à l’échelle mondiale. Cela est désormais possible grâce aux progrès réalisés dans quatre domaines technologiques clés qui peuvent être combinés en un seul système plus vaste.

La production d’électricité à partir de combustibles fossiles avec piégeage du carbone, le piégeage direct dans l’air (DAC), le stockage de l’énergie et les énergies renouvelables peuvent être combinés pour fournir une alimentation fiable au réseau électrique et générer en même temps d’importantes émissions négatives de carbone. Outre le développement des énergies renouvelables, cette approche aidera le secteur pétrolier et gazier à passer à une économie à faible émission de carbone et à y participer. Si elle est mise en œuvre dans le monde entier, cette approche pourrait réduire les émissions de carbone de milliards de tonnes par an, tout en créant des opportunités économiques majeures.

De nombreuses entreprises se sont engagées à atteindre des objectifs nets zéro au cours des prochaines décennies. Par exemple, plus de 200 entreprises se sont engagées à atteindre un niveau net zéro d’ici à 2040 et 21 % des 2 000 plus grandes entreprises publiques du monde, représentant un chiffre d’affaires de près de 14 000 milliards de dollars, se sont maintenant engagées à atteindre un niveau net zéro d’ici à 2050. Ces entreprises devront acheter des crédits d’émission de carbone pour respecter leurs engagements respectifs. On peut donc s’attendre à ce que la demande de ces crédits augmente rapidement, ce qui peut générer des revenus importants pour les entreprises qui mettent en œuvre ces systèmes de production combinée d’électricité avec capture et stockage du carbone. Des revenus substantiels peuvent être gagnés par les entreprises qui produisent de l’électricité fiable et créent des émissions négatives en même temps en utilisant cette combinaison de technologies.

En plus d’être stocké dans le sol, le CO2 capturé par le captage et le stockage du carbone industriel peut être utilisé de plusieurs façons, notamment pour l’agriculture verticale, l’augmentation de la résistance du béton et la production de méthanol. La croissance rapide de l’utilisation du carbone ouvre des perspectives économiques majeures telles que la croissance des industries locales et l’expansion des marchés internationaux et des opportunités commerciales. On estime que les marchés de l’utilisation du carbone atteindront entre 800 et 1 100 milliards de dollars d’ici 2030 aux États-Unis, ce qui en fait un élément rentable de la transition énergétique. À mesure que des sources fiables de CO2 deviennent disponibles dans le monde, on peut s’attendre à ce que l’utilisation de cette ressource augmente.

En incluant des sources d’énergie renouvelables comme l’éolien et/ou le solaire dans la combinaison des technologies, on obtient une source rentable d’énergie inépuisable tout en créant de nouveaux emplois et des opportunités économiques. L’association des énergies renouvelables et du stockage de l’énergie à la production d’électricité avec captage du carbone et CDA permet de fournir une énergie fiable au réseau électrique même lorsque les parcs éoliens et/ou solaires ne produisent pas suffisamment d’énergie pendant plusieurs jours d’affilée. Le système DAC est utile à cet égard car il peut être réduit ou éteint lorsque cela est nécessaire pour permettre de fournir plus d’énergie au réseau. Il permet également de maximiser l’utilisation de l’énergie disponible, ce qui rend l’installation plus rentable.

Bien que le coût du CAD soit actuellement assez élevé, il devrait diminuer rapidement. Par exemple, le coût de la capture et de la séquestration d’une tonne métrique de CO2 dans la nouvelle usine de Climeworks en Islande serait de l’ordre de 600 à 800 dollars américains. Il y a maintenant plusieurs autres entreprises qui développent des technologies de DAC, dont certaines indiquent qu’elles peuvent capter le CO2 pour moins de 100 dollars par tonne lorsque leur technologie respective sera mise en œuvre à l’échelle commerciale.

Les installations qui permettent le stockage à long terme du carbone se sont rapidement développées et la disponibilité du financement climatique, tel que le financement des technologies du carbone, s’est accrue. Cette situation, combinée aux technologies mentionnées ci-dessus, a créé de nombreuses nouvelles opportunités commerciales dans le monde entier, qui peuvent contribuer à réduire considérablement les émissions mondiales de carbone, à créer des emplois et à favoriser la croissance économique dans le même temps.

Une caractéristique importante de cette combinaison de domaines technologiques est qu’elle ne dépend pas de la technologie d’une seule entreprise. Par conséquent, les organisations qui souhaitent mettre en œuvre cette combinaison de technologies ont de nombreux choix et peuvent et doivent choisir leurs meilleures options.

La Questerre Energy Corporation (QEC) est une entreprise très innovante qui a élaboré des plans pour un projet à grande échelle de type économie circulaire qui capturera et séquestrera tout le CO2 qu’elle produit. Le projet proposé produira de multiples produits, dont l’hydrogène, et sera situé dans les basses terres du Saint-Laurent, au Québec. En plus de créer plus de 6 000 emplois permanents, l’hydrogène créé serait utilisé pour remplacer une quantité considérable de combustible fossile. Par conséquent, il réduirait considérablement l’empreinte carbone du Québec. De plus, il peut être combiné à d’autres technologies qui réduiraient encore davantage l’empreinte carbone de la province. Par exemple, le CO2 produit par une gamme de technologies de CAD peut être séquestré à cet endroit. Par conséquent, si le gouvernement du Québec change de cap sur sa proposition de nouvelles réglementations provinciales connexes et approuve ce projet, lorsqu’il sera mis en œuvre, d’autres sous-projets complémentaires utilisant des technologies qui produisent des émissions négatives de carbone pourront être mis en œuvre à l’emplacement du projet initial ou à proximité, ce qui réduira davantage l’empreinte carbone de la province.

Les progrès peuvent être encore accélérés si les organisations prennent l’initiative de développer des projets en collaboration avec ces communautés technologiques pertinentes et accèdent au financement disponible. Cela permettrait d’accélérer le développement et la mise à l’échelle des technologies de réduction des émissions de carbone. Plusieurs sources de financement sont disponibles pour accélérer le développement et la mise à l’échelle des technologies, telles que le capital-risque, les subventions gouvernementales et les incitations connexes, les subventions privées, le financement par la foule et les prêts. Pour aider les entreprises à obtenir le capital nécessaire à la construction d’une installation, des plateformes en ligne comme Puro-Earth facilitent la conclusion d’accords d’achat à long terme pour le carbone qui devrait être capturé et stocké par cette installation. En outre, pour rendre les investissements dans ces projets importants plus attrayants pour les investisseurs, ils peuvent être refinancés par des obligations vertes une fois qu’ils sont opérationnels et génèrent des revenus.

Pour accélérer la mise en œuvre de cette combinaison de technologies, les centres de recherche sur l’énergie durable du monde entier pourraient collaborer à l’élaboration et à la mise en œuvre de projets de démonstration comprenant un système de production combinée d’électricité et de captage du carbone. Ils peuvent également s’associer à des développeurs de projets locaux pour élaborer un plan et un budget pour au moins une installation de production combinée d’électricité à grande échelle dans leurs régions respectives. Si elle était mise en œuvre, cette approche faciliterait une mise à l’échelle rapide de ces technologies, ce qui permettrait de réaliser des bénéfices substantiels tout en aidant les pays à respecter leurs engagements respectifs en matière de climat.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Lettres à l'éditeur