• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Québec Solidaire méprise les Saguenéens

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Comme si ce n’était pas assez de déplacer quelques dizaines de militants au Saguenay pour manifester contre GNL, Catherine Dorion, devant la montée du groupe « Pour GNL Québec à Saguenay », partage sur sa page Facebook un groupe anti-GNL et demande à ses supporters de s’y joindre.

Le groupe de Québec Solidaire intitulé « Contre GNL-Saguenay » est en grande partie constitué de membres en provenance de Montréal ou Québec.

« Qu’est ce qui pollue le plus? Une Pipeline avec des risque totalement MINIME de problème et super bien contrôlé ? Ou des milliers de camions routiers avec de gros moteurs diesel polluants, souvent modifiés, ayant des fuites, des accidents causant des déversements…. Entraînant l’ajout d’autres véhicules comme les contrôleurs routiers, avec leur moteur 6 cylindres et V8 polluants qui consomme du carburant, les unités de services de réparation pour les véhicules lourd qui polluent aussi… ELLE EST OÙ LA LOGIQUE? Le projet GNL c’est un projet VERT, » affirme justement Jean-Philippe Gagnon.

La députée solidaire affirmait aussi sur sa page Facebook que les seuls arguments pro-GNL se résumaient par le mot « écono-anxiété », comme s’il était absurde pour les habitants du Saguenay de vouloir une bonne économie dont ils puissent profiter.

Avec un salaire de près de 100,000$ et de nombreux avantages dont ne disposent pas le travailleur québécois moyen, Catherine Dorion ne se questionne pas quant à savoir si le saguenéen moyen est aussi privilégié qu’elle. Du haut de son emploi grassement rémunéré, elle fait la morale aux habitants de la région qui aimeraient, eux-aussi, profiter d’un bon salaire.

En s’opposant au développement, à la prospérité et aux bons emplois pour les habitants du Saguenay, Catherine Dorion appelle sa base montréalaise à hausser le ton sur un projet qui ne les concerne pas. Au final, la volonté populaire est claire : plus de 35,000 membres en à peine une semaine s’affirment en faveur de GNL. La majorité silencieuse commence ainsi à faire du bruit.

Si Québec Solidaire était vraiment un parti populaire, ils se rangeraient derrière le peuple et supporteraient GNL.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

L’Italie entière mise en quarantaine

Après avoir tenté de limiter la contagion du COVID-19 en mettant en quarantaine le nord du pays, l’Italie annonce que c’est le pays en entier