• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Sénateur Boisvenu: Un système de justice au bord de la faillite?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Par Pierre-Hugues Boisvenu, sénateur canadien depuis 2010 et fervent défenseur dans la cause des droits des victimes d’actes criminels.

La journaliste Kathleen Lévesque  de La Presse nous apprenait dans son article publié le 26 février dernier ‘’ Cour municipale: 26 000 dossiers suspendus’’, une nouvelle inquiétante mais non surprenante que la Cour municipale de Montréal avait mis à la poubelle plus de 26000 dossiers découlant d’accusations de toute sorte. C’est inquiétant pour plusieurs raisons.

La première raison est à l’effet que ces accusations ne portent pas uniquement sur des comportements d’incivilité tel le flânage par exemple.  Depuis des années, les gouvernements provinciaux comme ceux du Québec et l’Ontario, ont délégué aux Cours municipales la gestion de dossiers criminels mineurs tels grossière indécence, attentat à la pudeur et des dossiers de violence conjugale. Le hic, c’est lorsque ces délinquants se présenteront en Cour provinciale ou supérieure, leurs dossiers en Cour municipale ne les suivront pas. Le juge aura une page blanche devant lui, réduisant ainsi les chances pour la victime de faire la preuve du niveau de dangerosité de son agresseur, rendant sa sécurité encore plus à risque.

La deuxième raison, et elle m’apparaît tout aussi inquiétante, si l’agresseur est reconnu coupable dans une autre Cour, sa récidive ne sera pas comptabilisée dans les statistiques. Parce qu’au Québec comme ailleurs au Canada tout est géré en silos puisque le Tribunal de la Jeunesse, la Cour municipale et la Cour supérieure ne se parlent pas. Je dirais plutôt que les dossiers papier ne se croisent pas. Imaginez si le Québec gérerait ses dossiers médicaux de cette façon par exemple la récidive des patients cancéreux. Vous trouveriez cette gestion archaïque, voire dangereuse j’en suis convaincu. Eh bien c’est ainsi nous gérons la criminalité au Québec, comme en 1960.

Je passe sous silence la centaine de dossiers qui ont été abandonnés par les Cours provinciale et supérieure dont des dossiers de meurtres, violences conjugales, agressions sexuelles, fraudes, etc.

Donc quand vous avez 26000 dossiers suspendus, la question se pose : combien de ces dossiers étaient de nature criminelle? Combien de ces dossiers concernaient des individus qui ont eu des démêlées liées à des épisodes de violence conjugale et familiale? Déjà que les victimes reçoivent peu d’écoute et de compréhension dans notre système de justice, qu’on libère trop rapidement des agresseurs, que les victimes sont peu protégées, voilà qu’on met à la poubelle des milliers de dossiers sans pour autant garder des traces de ceux-ci afin de mieux protéger les victimes.

Le dossier du meurtrier de Océane Boyer en est un exemple. Le passé d’homme violent vient de nous être dévoilé.

François Sénécal a été trouvé coupable en 2014 de menaces de mort et méfait, à Hawkesbury, une petite ville ontarienne située tout juste de l’autre côté de la rivière des Outaouais, près de Lachute et de Saint-André-d’Argenteuil, où il habitait à l’époque. Il avait été condamné à une période de probation. Il a aussi des antécédents de vol et voie de fait remontant à la fin des années 1990 et début 2000, toujours dans la région de Lachute. Ces dossiers avaient été traités par la Cour municipale de Lachute et il avait écopé d’amendes.

On est sous le choc car pourquoi ces hommes violents ne sont pas connus? Pourquoi, si un homme à été condamné en Ontario de tentative de meurtre, de voies de fait, ces informations ne le suivent pas s’il déménage au Quebec?

Oui, il faut que les choses changent, mais il faut avant tout que notre système de justice ne soit plus simplement une gestion de dates de péremption de boites de carton empilées les unes sur les autres, sans visage, comme ce fut le cas à Montréal.

Je tiens à rappeler des statistiques inacceptables que nos ministres de la Justice et la Sécurité publique devraient lire à tous les matins en se levant :

– En 2017, une femme au Canada se faisait assassinée tous les 7 jours.

– En 2019, une femme était assassinée tous les 3 jours.

Quelles seront ces statistique en 2025?

Nous accusons beaucoup trop de retard dans notre gestion de notre système de justice en général et trop de vies sont brisées et arrachées alors qu’elles pourraient être sauvées.

Voilà pourquoi il faut que les choses changent.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

L’Italie entière mise en quarantaine

Après avoir tenté de limiter la contagion du COVID-19 en mettant en quarantaine le nord du pays, l’Italie annonce que c’est le pays en entier