• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Trudeau a permis à un député de se présenter en 2019 alors qu’il était sous enquête pour harcèlement sexuel

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le député libéral Marwan Tabbara, maintenant accusé d’agression et de harcèlement criminel, avait été permis de se représenter en 2019 par le Parti Libéral du Canada, alors que le Parti savait que Tabbara était sous enquête pour harcèlement sexuel, selon CBC.

Malgré la politique « zéro tolérance » de Justin Trudeau en matière de harcèlement sexuel, Tabbara a été autorisé à se représenter alors que le Parti Libéral était entièrement au courant des allégations.

Cette négligence démontre à nouveau l’hypocrisie du gouvernement libéral sous Justin Trudeau, bon pour les grands discours mais dont les actions démontrent autrement.

Toujours selon CBC, « des allégations de comportement inapproprié impliquant Tabbara et une employée ont été signalées au Parti libéral à plusieurs reprises au cours des cinq dernières années, selon une source. Les hauts responsables du gouvernement Trudeau et du Parti libéral étaient au courant des revendications. L’une des personnes qui était au courant des allégations travaille maintenant au bureau du Premier ministre. »

« Mais le parti n’a pris au sérieux la faute présumée que récemment, a indiqué la source. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Un échec TOTAL du « gouvernemaman »

AVIS : Les disciples du « gouvernemaman » sont particulièrement invités à en faire la lecture, mais sont priés d’essayer de faire preuve de jugement pour une fois.

La nouvelle gauche est « haineuse et violente »

Depuis quelques années, une nouvelle gauche gagne de l’influence dans certain secteur comme : les médias, les syndicats, les universités et des partis politiques.  L’ennemi numéro

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles