• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Yves-François Blanchet croit les accusations, mais seulement lorsqu’elles concernent quelqu’un d’autre

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le chef du Bloc Québécois tenait ce dimanche une conférence de presse afin de répondre directement aux allégations anonymes d’abus de nature sexuelle lancées contre lui cette semaine.

Lors de son allocution, Blanchet, accompagné de sa femme et de ses collègues bloquistes, clame son innocence et rappelle le principe de la justice que beaucoup semblent avoir oublié : la présomption d’innocence.

Il a d’ailleurs menacé de poursuite la page Facebook intitulée « Hyènes en jupons », qui avait fait circuler les allégations anonymes à son endroit.

Il n’en fallu pas beaucoup pour que des publications du compte Twitter de Blanchet, tout droit sorti de 2018, reviennent à la surface. À l’époque, Brett Kavanaugh, juge américain nominé à la Cour suprême par Donald J. Trump, était visé par une allégation d’agression sexuelle. Bien que l’unique témoignage se soit avéré complètement faux, Yves-François Blanchet persistait à l’époque pour dire qu’il s’agissait tout de même d’un présumé agresseur, sans tenir compte des preuves…et de la présomption d’innocence!

Les tweets en question :

Allégations d’abus de nature sexuelle sur la page Facebook de « Hyènes en jupons » :

TW: Agression sexuelleYves-François Blanchet, milieu artistique, milieu politique***"En 1999, je suis allée au…

Posted by Hyènes en jupons on Tuesday, July 14, 2020
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

La Chine condamne à mort un autre Canadien

La Chine a condamné à mort un troisième citoyen canadien pour des accusations liées au traffic de stupéfiants. Cette décision s’inscrit dans le cadre du