• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

ANTIFA détruit les grandes villes américaines, la gauche qualifie les émeutes de « pacifiques »

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Depuis quelques mois, certaines grandes villes américaines sont victimes de pilleurs, de casseurs et d’incendiaires.

 Ces derniers sont des membres de la gauche haineuse qui veut renverser la civilisation occidentale.  Les mouvements Black Lives Matter et Antifa sont les groupes les plus connus de cette mouvance gauchiste violente. 

Hier, le sénateur républicain Ted Cruz a demandé que le Sénat se penche sur cette question.  Il y a des sénateurs démocrates, comme Mazzie Hirono, qui ont refusé de reconnaître et condamner les gestes de violence perpétrés par Antifa et la gauche haineuse.

De plus, Ron Wyden, un sénateur démocrate de l’Oregon, a dit que les émeutes, qui touchent la ville de Portland, étaient pacifistes. 

Vous avez bien lu.  Un sénateur fédéral de cet État progressiste défend la gauche haineuse qui est en train de tout casser dans la principale ville de son propre État.  Il faut le faire. 

C’est juste un autre exemple qui démontre bien que le misérable Parti démocrate est un sympathisant de la gauche haineuse.  Mais, les médias nationaux poubelles ne vont pas rapporter une telle nouvelle.

Ils détestent Donald Trump, comme Richard Hétu de La Presse et Richard Latendresse de TVA, et  ils admirent Barack Obama et le Parti démocrate.  Alors, leur couverture médiatique de la politique américaine est subjective et biaisée.  Cela va se poursuivre lors de la présidentielle du 3 novembre prochain.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc

Comment faire pour relancer le Parti libéral du Québec ?

Le 1er octobre 2018, le vénérable Parti libéral du Québec (PLQ) a subi sa pire dégelée de son histoire. Il a fait élire seulement 31 députés et obtenu 25 % des voix. Il faut souligner que c’est vraiment la majorité historique francophone qui a tourné le dos au PLQ. Comment expliquer cette affligeante défaite après quinze ans au pouvoir ? Allons voir cela de plus près.

La longue et pénible agonie du Parti Québécois — de 1995 à aujourd’hui

Une politique d’exploitation des ressources naturelles (tout en respectant l’environnement, serait rafraichissante pour le Parti Québéçois au lieu de s’opposer idéologiquement à tout projet en ce sens. Cela permettrait à la nation québécoise de devenir riche et prospère. Avec cet argent, le PQ pourrait prôner une baisse du fardeau fiscal des Québécois, qui sont les plus taxés en Amérique du Nord.