• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Boucherie en Saskatchewan

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

C’est un peu avant 6 heures du matin dimanche que les appels au 911 ont commencé à affluer.

Deux hommes armés de couteaux donnaient des coups de pied dans les portes de la nation crie James Smith de la Saskatchewan, poignardaient quiconque se trouvait à l’intérieur, puis passaient à l’adresse suivante.

Des grands-parents ont été poignardés devant des êtres chers qui ont supplié les tueurs d’arrêter. Des enfants auraient été poignardés alors qu’ils tentaient de protéger leur mère. Un veuf de 77 ans, Wes Petterson, a été assassiné alors que son petit-fils adulte se cachait en bas.

Les assaillants présumés – identifiés comme Myles Sanderson et Damien Sanderson – frapperaient 13 endroits différents, tuant 11 personnes et en blessant au moins 19. Il s’agit du pire massacre de masse de l’histoire de la Saskatchewan moderne. Le corps de l’un des suspects, Damien Sanderson figure désormais parmi les morts, tandis que le fugitif Myles Sanderson a été ajouté au décompte des blessés.

“J’ai perdu beaucoup de membres de ma famille hier, des corps partout en rez-de-chaussée, certains décédés et beaucoup d’autres avec de graves blessures au couteau et des saignements. C’était une zone de guerre », lit-on sur Facebook par un membre de la communauté Michael Brett Burns, dont l’ancienne partenaire, Lana Head, faisait partie des victimes.

“J’ai vu de nombreux êtres chers allongés en paix alors que leur vie leur était enlevée”, a écrit un autre témoin.

Un survivant a posté une simple mise à jour sur son Facebook en lisant “merci de m’avoir sauvé, moi et mon cousin… vous brave vieil homme, on se souviendra toujours de vous”.

À 7 h 12, des milliers de Saskatchewanais qui vivaient dans la région entourant la nation crie de James Smith ont été réveillés par des alarmes provenant de leurs téléphones portables avec une vague alerte leur conseillant de « s’abriter sur place ».

«Une alerte de personne dangereuse est émise par la GRC de Melfort après plusieurs appels d’attaques au couteau contre la Nation crie de James Smith», lit-on dans la première déclaration publique de la GRC.

Les noms et les descriptions des suspects seraient rendus publics à 8 heures du matin, mais ce n’est qu’à 10 heures que la GRC avertirait d’abord que les victimes étaient « attaquées au hasard ».

Et ce n’est que lors d’une conférence de presse en fin d’après-midi que la police a révélé toute l’étendue du massacre révélé. «Nous avons localisé 10 personnes décédées et enquêtons sur 13 emplacements», a annoncé Rhonda Blackmore, commissaire adjointe de la GRC de la Saskatchewan, à 15 h 45, environ 10 heures après les premiers appels au 911.

Le Royal University Hospital de Saskatoon a appelé un code orange – le signal d’un incident faisant de nombreuses victimes et utilisé pour la tragédie du bus Humboldt – alors que trois hélicoptères d’évacuation médicale ont commencé à transporter les blessés de James Smith.

“Des pans d’héritage, de mémoire, de potentiel ont (été) éviscérés”, a écrit lundi matin sur Facebook le cinéaste de la Saskatchewan Olly King, qui a grandi dans les communautés touchées.

De nombreuses déclarations de membres de la communauté ont réservé un mépris particulier pour les drogues et l’alcool. Michael Brett Burns a déclaré à APTN “c’est fou comme la prison, la drogue et l’alcool peuvent détruire de nombreuses vies”.

“Je déteste la drogue et l’alcool”, a lu un tweet de Stephanie Tee annonçant que sa sœur et son neveu faisaient partie des victimes.

“C’est la destruction à laquelle nous sommes confrontés lorsque des drogues illégales nocives envahissent nos communautés”, lit-on dans une déclaration du chef de la Fédération des nations autochtones souveraines, Bobby Cameron.

Dimanche soir, la GRC avait déployé une présence massive dans la réserve de James Smith pour maintenir des patrouilles régulières jusqu’à ce que les suspects soient arrêtés.

Leona Lees, une résidente de la communauté voisine de Weldon, faisait partie des personnes réveillées par la première alerte. Peu de temps après, elle a rapporté avoir vu un SUV sombre et rapide s’arrêter devant sa maison. Un homme a alors émergé le visage couvert et a demandé de l’aide médicale. « J’ai besoin que quelqu’un m’emmène à l’hôpital. Ma bouche a été blessée – j’ai été poignardé », a déclaré l’homme.

Lorsque Lees et sa mère ont demandé à voir la blessure, l’homme s’est enfui. Ce n’est que plus tard que les Lees apprendraient qu’un homme âgé de Weldon faisait partie des personnes tuées dans le massacre.

Malgré des informations erronées selon lesquelles Damien et Myles Sanderson sont frères, la relation entre les hommes reste floue; le nom de famille du couple est partagé par de nombreux membres de la nation crie de James Smith.

Lundi, la GRC a confirmé que Myles était un fugitif depuis quatre mois. Il avait obtenu une libération d’office après une peine de cinq ans pour une série d’accusations violentes, notamment de vol qualifié et d’agression. Il devait terminer sa peine en liberté conditionnelle, mais a été déclaré en liberté en mai après avoir manqué un rendez-vous avec son agent de libération conditionnelle.

La police avait initialement supposé que les assaillants étaient à pied, et les premières alertes ont averti les habitants de ne pas quitter leur domicile ou de prendre des auto-stoppeurs.

Mais lorsque les enquêteurs ont appris que le couple avait volé une voiture, les alertes d’urgence avertissant d’une «personne dangereuse» ont été étendues aux téléphones portables de plus de sept millions de personnes vivant en Saskatchewan et dans les régions voisines de l’Alberta et du Manitoba.

Les hommes auraient conduit un Nissan Rogue noir volé lors de leur saccage du dimanche matin. “C’est le véhicule de mon frère qu’ils avaient pris lorsqu’ils sont entrés chez nous ce matin sur la Nation crie de James Smith”, a écrit un membre de la communauté dans un message largement diffusé portant une image du véhicule. “Nous pouvons nous soucier moins du véhicule mais laissons ces monstres se faire attraper.”

La Saskatchewan est un endroit particulièrement facile à faire disparaître pour les fugitifs. Si les suspects avaient fui par la Colombie-Britannique. ou en Ontario, la rareté des autoroutes est-ouest aurait fait en sorte qu’elles auraient dû traverser l’un des rares points d’étranglement potentiels.

Mais la Saskatchewan est sillonnée par un réseau dense de routes rurales où un Nissan Rogue à grande vitesse pourrait parcourir des centaines de kilomètres un dimanche matin sans être vu.

En moins de 90 minutes, les hommes auraient pu être à Saskatoon. En moins de trois heures, ils auraient pu être en Alberta. À midi dimanche, la GRC a signalé qu’elle vérifiait une observation potentielle à Regina, à environ 300 kilomètres au sud du site des meurtres.

Incroyablement, c’est la deuxième fois en autant d’années que la Nation crie de James Smith passe le week-end de la fête du Travail à faire face aux conséquences d’un massacre. À cette époque l’an dernier, Shawn Moostoos, 33 ans, a été arrêté après qu’une fusillade dans la réserve a fait deux morts et un blessé.

Lundi, les téléphones portables de la Saskatchewan ont sonné avec une autre alerte d’urgence indiquant que des coups de feu avaient été tirés sur la Première Nation de Witchekan Lake, à environ 200 km à l’ouest de James Smith. “Pour le moment, on ne pense pas qu’il soit lié à l’enquête de la nation crie de James Smith”, lit-on dans l’alerte, qui avertit également les Saskatchewanais de s’abriter sur place pour des raisons de sécurité.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ