• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

BRASSARD: Les démocrates toujours obsédés par Trump alors que Biden détruit le pays

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Le parti démocrate, gangrené par un gauchisme délirant a enclenché un «derby de démolition» visant à anéantir non seulement l’oeuvre de M. Trump, mais aussi sa réputation.

C’est ainsi que Joseph Robinette Biden a multiplié les décrets présidentiels avec l’intention bien arrêtée de réduire à néant les accomplissements de Donald Trump. Un bel exemple est la décision d’annihiler l’oléoduc Keystone XL, ce qui va se traduire par des milliers de pertes d’emplois.

Les procureurs de 14 États vont mettre en branle une procédure d’annulation de ce décret dévastateur. Bonne chance!

Plutôt curieux que le gouvernement canadien soit muet face à cette destruction massive de l’économie des deux pays.

Ce décret irresponsable est accompagné d’une autre décision aussi nuisible : la mise en oeuvre, à coup de milliards de dollars, d’un décret visant à faire plaisir aux écolos délirants qui gangrènent le parti démocrate en multipliant les «vire-vent» et les panneaux solaires sur le territoire américain. Hussein Obama l’a déjà fait. Et il a englouti dans cette aventure complètement dingue plus de 150 milliards de dollars. Et ce fut un désastre : gaspillage et faillites sans vergogne.

Et il ne suffit pas aux démocrates d’avoir pris le pouvoir en recourant à des fraudes électorales massives, il leur faut en plus la peau et la tête de M. Trump.

Ils ont donc mis en branle une deuxième fois la procédure de destitution avec l’espoir d’anéantir le Vilain. Cette fois-ci, Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des Représentants, une démocrate hargneuse, espère bien en finir avec Donald Trump. Elle le hait à s’en confesser. Et M. Trump fut blanchi de l’accusation d’être à l’origine de l’invasion du Capitole par les émeutiers. Trump n’a pourtant jamais incité à la violence.

Mais les journalistes américains se font un plaisir de propager toutes les affabulations accusant Trump de toutes les infamies et ils les propagent avec une telle indignation que les pauvres citoyens finissent par ratatiner leur «gros bon sens».

À moins de carrément violer la Constitution américaine. Cette dernière comporte des dispositions incontournables. Premièrement, l’accusé doit être Président en exercice. Ce qui n’était plus le cas.

Deuxièmement, il faut les deux tiers des votes au sénat. Et ce ne fut pas le cas.

En fait, ce ne fut qu’une mascarade burlesque pour faire triper les médias. Évidemment, cette explosion de haine n’est pas à obtenir la destitution. Et ela n’ébranlera pas les 75 millions d’Américains qui ont voté pour Donald Trump. Et ce n’est pas en multipliant les décrets gauchistes hystériques (pour qui Joseph Biden n’est qu’une courroie de transmission) qu’ils vont envoyer Trump au tapis.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Brassard

La haine et le mépris

Dans le cheminement politique du président Trump, quels sont les éléments dominants qui le singularisent? La haine et le mépris dont il est abreuvé! Les

Les machins

ONU     Le Général De Gaules, qui avait son franc-parler, désignait les Nations Unis sous l’appellation de «MACHIN». Les Québécois diraient plutôt «grosse patente» embourbée dans