• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Budget Girard : la CAQ n’a jamais été de droite, mais bien à l’extrême-centre

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Mardi dernier, le ministre des Finances du Québec Eric Girard a présenté son deuxième budget, qui était axé sur l’environnement, la culture et les investissements dans les transports, l’éducation et la santé. La hausse des dépenses s’élève à 5% et il n’y aucune baisse d’impôts. Donc, c’est un budget dans la continuité.
Christian Dubé, François Legault et Éric Girard
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Mardi dernier, le ministre des Finances du Québec Eric Girard a présenté son deuxième budget, qui était axé sur l’environnement, la culture et les investissements dans les transports, l’éducation et la santé.  La hausse des dépenses s’élève à 5% et il n’y aucune baisse d’impôts. Donc, c’est un budget dans la continuité. 

Plusieurs ténors de la droite économique sont en furie contre le gouvernement Legault.  Par exemple, à l’émission Maurais Live, sur les ondes de Choi Radio X Québec, Dominic Maurais a dénoncé le fait qu’il n’y a pas de baisse du fardeau fiscal des Québécois dans cet exercice financier.  De plus, ce dernier et les auditeurs de la station dénoncent le caractère dépensier de ce gouvernement dirigé par François Legault. 

Je comprends sa frustration mais c’était prévisible, car le Québec est gouverné par un parti de l’extrême centre et non de droite.  Il faut se rappeler que François Legault est un ancien péquiste et de ce fait, un disciple du modèle québécois. Le premier ministre croit en un État fort et interventionniste.   Ceux qui pensaient que la CAQ était de droite sont vraiment mal informés.  

Lors des élections d’octobre 2018, les gens de droite ont massivement voté pour la CAQ afin de se débarrasser des libéraux.  Ils ont fait cela au lieu d’appuyer le SEUL parti de droite au Québec, le Parti conservateur du Québec d’Adrien Pouliot. Aux prochain scrutin,  les conservateurs vont avoir la chance de ne pas voter stratégique et appuyer les troupes de M. Pouliot.  En terminant, je suis d’accord avec Richard Martineau.  Ce dernier affirme que le Québécois moyen est un centriste et un modéré qui ne veut rien savoir des grandes révolutions.  C’est pour cela que les Québécois adorent François Legault. C’est un homme politique modéré sur le plan économique et qui exprime un nationalisme décomplexé.  Au Québec, les élections se gagnent au centre et la CAQ l’a bien compris. Elle demeure très populaire, malgré une minorité de droite qui exprime un fort mécontentement. 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le Canada doit redevenir un leader du secteur de l’énergie

Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l’énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.

  • Nouvelles semblables
Sébastien Proulx ADQ

Le Québec a besoin d’une opposition constructive

Règle générale, une crise comporte quatre phases. La première, la phase héroïque, où les leaders prennent en charge la situation avec courage et bienveillance. On se retrousse les manches, on attaque bravement le problème pour y remédier. Ensuite, vient la phase de la lune de miel. C’est là que l’on voit l’efficacité de ses mesures. Les choses bougent, on a confiance et tout le monde coopère. Or, vient un temps où la patience de tout un chacun est mise à rude épreuve, la lune de miel est terminée, et c’est la désillusion. C’est la troisième phase. Les plaintes affluent, et les critiques des partis de l’opposition se font entendre. Ceux-ci ont un choix à faire, répliquer pour construire et aider, ou contester en opportunistes. Enfin, la quatrième phase, c’est la reconstruction.

Margerite blais François Legault

Marguerite Blais mérite le respect

D’entrée de jeu je le dis ; Marguerite Blais, tout comme le gouvernement de François Legault, a une part de responsabilité politique pour la situation que vivent les CHSLD. C’est la CAQ qui gouverne depuis près de deux ans. Ça ne nous permet pas pour autant d’ignorer la lourde responsabilité des gouvernements libéraux précédents, même si ce n’est pas non plus une excuse pour ne pas agir.

La politique de confinement du gouvernement est un succès total, vraiment ?

À la mi-mars, le gouvernement Legault annonçait une politique de confinement générale et la fermeture de toutes les entreprises non essentielles. Quel était le but premier du premier ministre ? Freiner la progression du virus chinois et ainsi protéger les personnes les plus vulnérables, les 70 ans et plus ayant des problèmes de santé.

  • Autres articles de Simon Leduc