• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’heure est venue de baisser les taux d’immigration

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Immigration Québec
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Qu’on se le tienne pour dit ; le Québec est une terre de tolérance où tout le monde a sa place. L’immigration a toujours été au cœur de notre histoire. Mais pour des raisons évidentes, l’immigration de masse n’a plus la pertinence économique qu’elle a pu avoir encore très récemment. Écoutez, nous étions en pénurie de main d’œuvre sévère. C’était donc pertinent de recevoir de hauts niveaux d’immigration pour combler ces besoins. Mais quand il est évident que nous sommes en train de traverser une crise économique grave et que nous entrons dans une période de chômage de masse, la pertinence d’accueillir de nouveaux arrivants n’est plus là.

Qu’on se comprenne bien ; je ne nie pas les contributions des immigrants dans des domaines vitaux comme la santé, l’éducation ou l’économie. Mais il faut reconnaitre qu’en période de chômage de masse, ce n’est peut-être pas le temps de faire venir massivement des travailleurs. Qui plus est, une immigration de masse en situation de chômage de masse pourrait nuire à la paix sociale. Puis, surtout, il se peut que si les niveaux d’immigration sont maintenus malgré le contexte économique, certains puissent se rendre compte que l’immigration n’est peut-être pas uniquement importante afin de contribuer à l’économie. Or, vu qu’on ne veut pas avoir ce débat-là, je fais confiance aux partisans de l’immigration pour faire preuve de jugement et pour comprendre que c’est la crise pour le tout le monde. Ainsi, selon moi, il est temps de baisser drastiquement les niveaux d’immigration. N’étant pas un expert, je ne m’avancerai pas sur les chiffres à atteindre, mais, selon moi, une baisse sérieuse d’au moins 20 000 nouveaux arrivants serait un bon début en attendant de voir si le chômage de masse est durable ou cessera rapidement après la pandémie.

Je comprends que ces débats sont difficiles et qu’il est facile de faire des théories du complot. Certains vont dire que ceux qui veulent une baisse de l’immigration la veulent uniquement en raison de l’allégeance politique libérale des immigrants. Je leur répondrais que ce sont eux qui voient de la politique où il n’y en a pas puisque les arguments qui poussent certains à vouloir une baisse de l’immigration sont purement économiques. Par contre, ceux qui veulent maintenir les seuils d’immigration à un niveau élevé ont peut-être des raisons politiques, aussi. Je comprends que, pour le PLQ et le PLC, ces débats soient particulièrement difficiles. En effet, leur intérêt électoral est en jeu et je les comprends d’avoir des réticences. Mais s’ils pensent réellement à l’intérêt de tous les Québécois, de tous les Canadiens, à l’économie et à la paix sociale, ils vont comprendre que c’est la seule solution. Dans tous les champs de notre vie, les choses changent pour ne pas revenir comme avant ; l’immigration ne peut malheureusement pas faire exception.

Vous comprendrez que vu l’aspect sensible du sujet, j’ai préféré mettre ce qu’on appelle des « gants blancs » sans pour autant renoncer à dire les vraies choses. J’espère que ce débat aura lieu et qu’il aura lieu dans le respect des opinions et des cultures. Au risque de me répéter, je comprends que ce sujet est difficile, mais nous devons l’aborder. Comme on dit ; ça va bien aller.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

CHSLD : De Charybde en Scylla ! Sortez les gens de là !

L’expression « De Charybde en Scylla » nous vient de la mythologie grecque (L’Odyssée, Ulysse). Il s’agissait de deux monstres et en naviguant dans un certain passage, tu évitais le premier pour te ramasser avec l’autre.

  • Nouvelles semblables

COVID-19 — Les dommages collatéraux du confinement…

La solitude pour certain, la vie de famille transformée pour d’autres, des couples à bout de nerfs, d’autres qui se redécouvrent enfin, des ainés seuls plus que jamais, des enfants négligés, des femmes battues, des gens agonisants à l’hôpital séparés des leurs, nos « anges gardiens au front » qui ont choisi de devenir utiles plus que jamais au détriment de leur famille… Certaines vies qui se brisent, des familles démunies, des milliers de gens qui ne savent pas s’ils retrouveront leur gagne-pain. Tellement de dommages collatéraux.

Sébastien Proulx ADQ

Le Québec a besoin d’une opposition constructive

Règle générale, une crise comporte quatre phases. La première, la phase héroïque, où les leaders prennent en charge la situation avec courage et bienveillance. On se retrousse les manches, on attaque bravement le problème pour y remédier. Ensuite, vient la phase de la lune de miel. C’est là que l’on voit l’efficacité de ses mesures. Les choses bougent, on a confiance et tout le monde coopère. Or, vient un temps où la patience de tout un chacun est mise à rude épreuve, la lune de miel est terminée, et c’est la désillusion. C’est la troisième phase. Les plaintes affluent, et les critiques des partis de l’opposition se font entendre. Ceux-ci ont un choix à faire, répliquer pour construire et aider, ou contester en opportunistes. Enfin, la quatrième phase, c’est la reconstruction.

Margerite blais François Legault

Marguerite Blais mérite le respect

D’entrée de jeu je le dis ; Marguerite Blais, tout comme le gouvernement de François Legault, a une part de responsabilité politique pour la situation que vivent les CHSLD. C’est la CAQ qui gouverne depuis près de deux ans. Ça ne nous permet pas pour autant d’ignorer la lourde responsabilité des gouvernements libéraux précédents, même si ce n’est pas non plus une excuse pour ne pas agir.

  • Autres articles de Benoit Khézami
PLQ

Les libéraux ont-ils des chances en 2022 ?

Ainsi, le Parti libéral du Québec a couronné une femme noire montréalaise, ex-présidente de la Coalition Avenir Québec et ancienne ministre de l’économie, pour le diriger. Dominique Anglade dirige désormais un parti qui a refusé d’utiliser l’opportunité qu’est une course au leadership pour se remettre en question. Si le Parti conservateur du Canada, notamment, a été capable d’avoir une course à la chefferie en 2016 — 2017, le PLQ se sera révélé incapable de faire un tel exercice démocratique. Est-ce qu’un tel parti dispose de chances pour la prochaine élection de 2022 ? Voyons ensemble les raisons qui me permettent d’en douter.

Le régime chinois devra répondre de ses actes

Si le régime chinois s’est longtemps présenté comme une puissance anti-impérialiste prônant la paix et la coexistence pacifique avec l’Occident. La crise du coronavirus a