• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chronologie complète de l’affaire WE Charity, ce scandale qui tourmente le gouvernement Trudeau depuis plusieurs semaines

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

L’affaire WE Charity tourmente de gouvernement libéral de Justin Trudeau depuis l’annonce du contrat entre le gouvernement et cet organisme de charité, qui opère aussi sous le nom moins connu de « UNIS » en français, pour la mise en œuvre de la nouvelle Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant le 25 juin dernier.

Étant donné que plusieurs Québécois sont en vacances et suivent moins les nouvelles qu’à l’habitude nous avons décidé de rédiger cette liste chronologique des évènements majeurs de ce dossier.

Cet article sera mis à jour quotidiennement jusqu’au dénouement de ce scandale.

Chronologie des évènements

Avant la crise, l’organisation caritative avait reçu 120 000 dollars dans le cadre d’au moins cinq contrats du gouvernement fédéral et 5,2 millions de dollars en subventions et contributions sous le gouvernement Trudeau de 2017 à 2020.

Le 25 juin, le gouvernement Trudeau annonce que la nouvelle Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. Cette nouvelle bourse vise à encourager les jeunes à participer à des activités bénévoles qui aideront leurs communautés à répondre à la COVID-19. Dans son communiqué il annonce aussi que « L’organisme UNIS contribuera à gérer le programme de la BCBE en appuyant la sélection, l’intégration, la formation et le jumelage des candidats, en plus de verser les bourses aux participants admissibles. »

Cette décision a soulevé des questions sur les liens de l’organisme de bienfaisance avec la famille Trudeau et sur les raisons pour lesquelles la fonction publique fédérale ne pouvait pas administrer les fonds dans le cadre de son mandat habituel.

Le 28 juin, cofondateur de Democracy Watch, Duff Conacher s’est dit préoccupé par le financement relativement soudain et important d’une organisation pour laquelle l’épouse du premier ministre, Sophie Grégoire Trudeau, était une bénévole de haut rang. Volunteer Canada, un groupe national de bénévoles, a rejeté le financement, affirmant qu’il paierait les bénévoles moins que le salaire minimum et serait contraire à la loi.

Le 30 juin, le député conservateur Dan Albas a exprimé des inquiétudes déclarant que l’organisation caritative privée ne pouvait pas être contrôlée par le vérificateur général du Canada.

Le 30 juin, le gouvernement a choisi WE pour administrer un programme de paiement pour la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, un programme de bénévolat de 900 millions de dollars, pour un contrat d’une valeur de 19,5 millions de dollars.

Le 2 juillet premier ministre Trudeau a défendu la décision initiale du gouvernement de confier l’administration du programme à WE Charity, affirmant que les réseaux de l’organisation à travers le pays en faisaient le bon choix et que WE Charity elle-même ne tirerait aucun profit du contrat.

Le 3 juillet, la ministre libérale de la diversité et de l’inclusion et de la jeunesse, Bardish Chagger, a annoncé que WE Charity n’administrerait plus le programme de bourses de service aux étudiants, selon une « décision mutuellement convenue » entre l’organisation et le gouvernement fédéral, et que WE Charity rendrait tous les fonds reçus.

Dans une déclaration, les fondateurs de WE, Craig et Marc Kielburger, ont confirmé que la décision d’annuler le contrat était mutuelle entre leur organisation et le gouvernement fédéral, et ont déclaré que s’ils regrettaient la controverse qui menaçait d’occulter l’intention du programme, ils estimaient que le gouvernement avait conclu le contrat de bonne foi, et qu’ils « souhaitaient au programme tout le succès possible ».

Et le commissaire à l’éthique a annoncé une enquête sur Trudeau et la décision de confier à WE Charity la gestion du programme de bourses.

Le 9 juillet, il a été révélé que la mère de Trudeau, Margaret, et son frère Alexandre ont reçu respectivement 250 000 et 32 000 dollars pour avoir pris la parole lors d’évènements organisés par WE entre 2016 et 2020.

Le 10 juillet, il a été dévoilé que deux des filles du ministre des Finances Bill Morneau travaillent pour l’organisation caritative, l’une dans un poste contractuel rémunéré et l’autre comme bénévole non rémunérée alors Morneau ne s’était pas récusé de la décision du cabinet pour le contrat.

Les partis d’opposition ont demandé diverses actions, y compris la divulgation de documents liés à l’organisation caritative et la comparution de libéraux de haut rang devant des commissions parlementaires ; les conservateurs ont demandé une enquête de la GRC.

Le 16 juillet, la ministre Chagger a déclaré à une commission parlementaire que le gouvernement Trudeau était prêt à verser à WE Charity plus de 19,5 millions de dollars si le programme de la Bourse canadienne du service étudiant avait été mis en place, jusqu’à concurrence de 43,5 millions de dollars.

Chagger a poursuivi en disant qu’elle n’avait pas reçu d’instructions du premier ministre ou de son personnel pour suggérer que WE Charity gère le programme, répétant qu’il s’agissait d’une recommandation de la fonction publique non partisane.

Dans un témoignage rendu le même jour, Rachel Wernick, sous-ministre adjointe à Emploi et Développement social Canada (ESDC), a corroboré cette affirmation en déclarant qu’elle avait recommandé à WE Charity d’administrer le programme, en citant ses liens profonds avec les jeunes ainsi que l’ampleur et la vitesse à laquelle le programme devait être mis en œuvre.

Le 21 juillet, le greffier du Conseil privé Ian Shugart a appuyé les déclarations de Wernick qui soutenaient les affirmations du premier ministre, ajoutant en outre qu’il n’y avait « aucune preuve » que Trudeau avait eu des contacts avec WE Charity avant l’attribution du contrat, et que la fonction publique et le cabinet n’avaient pas signalé de conflits d’intérêts potentiels avec le programme.

Le 22 juillet, le ministre des Finances Bill Morneau a témoigné devant le Comité permanent des finances qu’il avait récemment remboursé à l’organisme de bienfaisance WE 41 366 $ pour des dépenses engagées par WE pour des voyages que sa famille a effectués au Kenya et en Équateur en 2017.

Le 24 juillet, le chef par intérim du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, réclame la démission de Justin Trudeau en raison du scandale WE Charity. Mais il écarte la possibilité de faire tomber le gouvernement et de déclencher une élection à court terme.

Le 27 juillet, un sondage Angus Reid a montré que plus de la moitié des Canadiens ont déclaré que leur opinion sur Justin Trudeau s’était dégradée au cours du mois dernier en raison des nouveaux développements dans le scandale de l’Europe occidentale. Près de 40 % des Canadiens ont également déclaré qu’ils pensaient que les actions du gouvernement étaient peut-être illégales et qu’elles devraient justifier une “enquête criminelle”.

Le 28 juillet, le National Post a révélé que le gouvernement Trudeau avait déjà payé à l’organisation WE des frais d’administration de 30 millions de dollars pour le contrat dont WE n’aurait obtenu que 19 millions de dollars. “J’ai travaillé dans le secteur caritatif pendant de nombreuses années. Des frais administratifs initiaux de 30 millions de dollars ne sont pas la norme”, a écrit la journaliste Vivian Krause.

Lors de leur témoignage devant la commission parlementaire, les frères Kielburger ont révélé que l’épouse du Premier ministre, Sophie Grégoire, a reçu plus de 25 000 dollars de frais payés par l’organisation caritative WE, tandis que le frère de Trudeau a reçu 19 000 dollars et la mère de Trudeau plus de 160 000 dollars.

Il a également été révélé que la mère de Justin Trudeau n’a commencé à être rémunérée pour ses engagements de discours qu’en 2015, l’année où Justin Trudeau a été élu Premier ministre.

Dans son témoignage devant la commission parlementaire le 30 juillet, Justin Trudeau a nié sans surprise tout méfait mais a déclaré qu’il aurait dû être conscient des “perceptions” que ses liens familiaux avec l’organisation WE provoqueraient.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

La Chine condamne à mort un autre Canadien

La Chine a condamné à mort un troisième citoyen canadien pour des accusations liées au traffic de stupéfiants. Cette décision s’inscrit dans le cadre du

OPINION: Pourquoi Peter MacKay va gagner

Ce n’est pas seulement parce qu’il a reçu l’appui de 61 députés ou sénateurs qu’il va remporter la course au leadership du Parti conservateur. Ni

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

La Chine condamne à mort un autre Canadien

La Chine a condamné à mort un troisième citoyen canadien pour des accusations liées au traffic de stupéfiants. Cette décision s’inscrit dans le cadre du