Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Cuisinières au gaz et asthme : analyse d’une intox officielle

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

S’étant répandu comme une traînée de poudre dans les dernières semaines – d’abord au sud de la frontière et maintenant ici – l’idée de bannir les cuisinières au gaz semble avoir récolté des adeptes d’une manière spontanée. Peut-être un peu trop vite d’ailleurs, puisqu’un examen un peu plus rigoureux des arguments avancés révèle des failles importantes qui les discréditent complètement.

Le journal de Montréal en a fait une première page cette semaine : l’Association Québécoise des médecins pour l’environnement, de concert avec l’association canadienne du même nom, demandait au gouvernement de bannir les cuisinières au gaz, arguant qu’elles seraient responsables de 12,7% des cas d’asthme chez les enfants. 

Comme aux États-Unis deux semaines plus tôt, on brandit une étude du Journal of Environmental Research and Public Health comme justification à cette mesure intrusive et radicale.

Or malheureusement pour les supporteurs de cette idée, il appert que cette étude et les chiffres qu’elle avance ne sont pas solides du tout. À un point tel que les auteurs de celle-ci ont dû se rétracter et clarifier que leurs recherches ne trouvaient aucun lien causal avéré entre les cuisinières au gaz et l’occurrence de l’asthme chez les enfants.

En effet, le Washington Examiner rapporte, après avoir communiqué avec l’organisation où travaille l’un des auteurs, que « Brady Seals, directeur du RMI, a déclaré au Washington Examiner dans un courriel mercredi que l’étude du groupe de réflexion « ne suppose ni n’estime une relation de cause à effet » entre l’asthme infantile et les poêles à gaz naturel. »

La rétractation est significative, considérant que Seals annonçait le contraire en grande pompe en décembre.

Apparemment, l’étude en question ne serait qu’une revue de littérature qui omettrait des études incontournables sur l’asthme. Par exemple, les chercheurs avaient choisi de mettre de côté l’étude la plus exhaustive sur le sujet, qui se base sur les données de 500 000 enfants asthmatiques et qui stipule clairement qu’il n’y a « aucune preuve d’une association entre l’utilisation du gaz comme combustible de cuisson et les symptômes de l’asthme ou le diagnostic de l’asthme ».

Dans ces circonstances, il est assez troublant qu’une association de médecins – censés se baser sur une science rigoureuse – soit tombée dans le panneau et ait trouvé un tel écho dans les médias, au point d’en faire la première page. Il semble que le militantisme environnemental ait pris le dessus sur la déontologie de leur profession… Et ça fait très mauvaise figure.

Pour ce qui est des médias, on frôle l’intox d’un cheveu en ayant pour défense de n’avoir rapporté que les propos de l’association militante. Reste qu’avant d’en faire une première page, il aurait été judicieux de vérifier les chiffres, surtout lorsqu’on prétend combattre la désinformation.

Maintenant, qu’est-ce qui explique cet intérêt spontané, partout en Amérique du Nord, pour le bannissement des cuisinières au gaz? Cette arrivée soudaine de l’enjeu au début de 2023 est si massive qu’il est tentant de suspecter une coordination dans les coulisses.

Apparemment, l’idée serait l’initiative d’un certain Richard Trumka Jr. siégeant sur la U.S Consumer Product Safety Commission, une commission s’occupant de la sécurité des produits de consommation aux États-Unis. Il aurait tenté d’introduire ce bannissement en octobre, mais aurait dû abandonner vu le manque de soutien tant des Républicains que des Démocrates.

Selon E&E News : « Le procès-verbal d’une réunion d’octobre de la commission portant sur le plan stratégique de la CPSC pour l’exercice 2023 montre que M. Trumka a proposé de demander au personnel de l’agence de lancer une réglementation des cuisinières à gaz. […] Cependant, indique le procès-verbal, le commissaire Trumka a reconnu le manque de soutien… et a retiré cet amendement. »

Suite à cela, la commission a simplement convenu de rechercher le sujet et de publier des résultats en mars prochain. Cependant, Trumka semblait réellement déterminé et est revenu à la charge en décembre, dans une réunion, où il aurait affirmé qu’une réglementation pourrait être mise en place.

Ainsi, se basant sur l’étude susmentionnée et un récent sondage qui révélait des lacunes dans les informations de sécurité à l’achat des cuisinières aux gaz, le commissionnaire aurait de nouveau tenté de faire adopter une position en faveur de l’interdiction à la commission.

Québec Nouvelles avait partagé un article de Slay News cette semaine, qui démontrait qu’une autre étude utilisée par Alexandra Ocasio-Cortez pour justifier ce banissement provenait d’un groupe d’étude militant pour la transition énergétique associé au Forum Économique Mondial. Tout porte à croire qu’au-delà des enjeux de santé utilisés pour justifier ce bannissement, en réalité, il s’agit tout simplement d’une volonté de bannir le gaz coûte que coûte et peu importe la raison.

Malgré toute cette pression, le gouvernement Biden a refusé d’interdire ce type de cuisinières, en tout cas pour le moment. Et malgré une position en faveur d’une transition vers l’électrique, la porte-parole de la Maison Blanche rappelait en 2021 qu’il relevait essentiellement des gouvernements locaux (ceux des États et des villes) d’appliquer ces bannissements s’ils le désiraient.

Dans tous les cas, l’élément officiel le plus crédible en ce qui a trait aux problèmes respiratoires dû aux cuisinières est le niveau d’aération. Que ce soit au gaz comme à l’électrique, il est essentiel d’avoir une bonne ventilation pour évacuer les émanations de la cuisson. C’est d’ailleurs ce que recommande Santé Canada.

Citant une étude du département de l’énergie américain, le consultant Steve Everly va même jusqu’à écrire sur Twitter que tout dépend de l’aliment cuisiné. Par exemple, la cuisson de l’huile d’olive produit 17 fois plus d’émission que les cuisinières au gaz en tant que telle.

Soyons honnête ; ce n’est pas demain la veille qu’on interdira l’un des ingrédients les plus utilisés en cuisine sur terre! Alors il n’y a aucune raison pour bannir les cuisinières au gaz.

Et puis n’importe quel cuisinier vous le dira : les cuisinières au gaz sont – et de loin – nettement supérieures aux cuisinières électriques.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Philippe Sauro-Cinq-Mars

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

La PDG d’Hydro-Québec sentait la crise venir

L’année 2022 a été définitivement traversée par les préoccupations énergétiques. Une bonne part de cela est dû à la guerre en Ukraine, évidemment, et de