• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Démolition d’un musée “raciste” en Colombie Britannique

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

En acceptant un coût initial de 789 millions de dollars, le gouvernement britannico-colombien donne le coup d’envoi à l’un des projets de musée les plus coûteux au monde.

Quelques mois seulement après une décision controversée de démanteler une grande partie du Royal British Columbia Museum au service de la ”décolonisation”, le gouvernement de la Colombie-Britannique le premier ministre John Horgan vient d’annoncer son intention de démolir entièrement l’installation et de la remplacer par le musée le plus cher de l’histoire du Canada.

Vendredi, le bureau de Horgan a annoncé une subvention de 789 millions de dollars pour construire un musée provincial «plus sûr, plus inclusif et accessible».

La subvention ne représente que la contribution provinciale, et les coûts de construction finaux pourraient être encore augmentés par des subventions fédérales et privées. Mais même à 789 millions de dollars, le coût est déjà bien supérieur à toute autre construction ou agrandissement de musée dans l’histoire du Canada, d’autant plus que le RBCM possède déjà le terrain et les artefacts de la nouvelle installation.

Le musée est l’une des attractions les plus visitées de la province et l’un des musées les mieux classés du pays. Mais le bâtiment est partiellement fermé depuis janvier, lorsque la direction a brusquement décidé de démanteler ses galeries populaires d’histoire humaine au nom de la “décolonisation” d’une attraction qui, selon elle, était traversée par le “racisme systémique”.

Lors de la démolition, des reconstitutions grandeur nature d’une mine de charbon, d’une conserverie de saumon, d’une ferme de Peace River et d’un voilier du XVIIIe siècle ont été perdues, sans oublier Old Town, une simulation d’un bâtiment de la Colombie-Britannique. commune au tournant du siècle.

Désormais, l’ensemble de l’installation devrait fermer dans seulement quatre mois et le restera jusqu’à l’ouverture du nouveau bâtiment en 2030.

Le site actuel du musée est bien connu pour être sismiquement vulnérable. Dans le complexe du musée se trouvent le B.C. Archives provinciales, dont une grande partie se trouve dans des salles souterraines susceptibles d’être inondées en cas de tremblement de terre majeur. Et même les critiques féroces des récentes fermetures de galeries ont reconnu le besoin du musée de mettre à jour ses expositions autochtones, qui, entre autres problèmes, ne mentionnent que peu ou pas les pensionnats indiens.

Mais en acceptant un coût de départ de 789 millions de dollars, la B.C. gouvernement lance l’un des projets de musée les plus coûteux au monde.

Le Royal Alberta Museum d’Edmonton vient de terminer un projet presque identique à celui proposé en Colombie-Britannique, abandonnant son emplacement antérieur des années 1960 au profit d’un tout nouveau bâtiment de musée. Le Royal Alberta Museum rénové a ouvert ses portes en 2018 pour 375,5 millions de dollars.

En 2005, le Musée canadien de la guerre a élu domicile dans un nouvel emplacement emblématique d’Ottawa qui a remporté une série de prix d’architecture. Même après des dépassements de coûts très médiatisés, le nouvel emplacement a coûté moins de 130 millions de dollars, soit environ 182 millions de dollars en dollars de 2022.

Lorsque le Musée royal de l’Ontario de Toronto a estimé qu’il était temps de faire peau neuve, il s’est contenté de s’installer sur un 175 000 pieds carrés. expansion pour 250 millions de dollars, dont une grande partie a été financée par des dons privés.

Le Musée canadien des droits de la personne est devenu synonyme de gâchis après avoir connu des dépassements de coûts répétés lors de sa construction à Winnipeg. Même ainsi, lors de l’ouverture du musée en 2008, le coût final s’est élevé à 420 millions de dollars ajustés en fonction de l’inflation.

Belfast, en Irlande du Nord, a une taille de population comparable à celle de Victoria, et son attraction phare est le Titanic Belfast, une commémoration de 2012 du RMS Titanic, qui a été construit par les chantiers navals de Belfast au début du XXe siècle.

Avec 850 000 visiteurs par an, le Titanic Belfast a presque exactement le même niveau de trafic que le Royal B.C. Musée. Mais Belfast a ouvert son musée pour seulement 190 millions de dollars en dollars canadiens corrigés de l’inflation.

Combiné à un bâtiment d’archives et de collection de 224 millions de dollars, le Royal B.C. Le musée est déjà en construction dans la banlieue de Victoria, les coûts de la refonte du musée sont même proches de rivaliser avec le célèbre musée commémoratif du 11 septembre à New York.

La construction du musée du 11 septembre a été gonflée en partie par un environnement de construction beaucoup plus complexe qu’à Victoria – ainsi que par la précipitation pour que l’installation soit ouverte à temps pour le 10e anniversaire de la tragédie.

En fin de compte, il a ouvert ses portes en 2011 pour environ 700 millions de dollars américains, soit environ 1,1 milliard de dollars en dollars canadiens modernes.

Quant à savoir pourquoi le nouveau musée de la Colombie-Britannique devrait approcher les 1 milliard de dollars de coûts, une déclaration du premier ministre a noté qu’il aurait « des systèmes de CVC à haute efficacité » et « intégrerait une construction massive en bois ». En plus des 1 950 emplois dans la construction qui devraient être créés par le projet, le communiqué promet également « plus de 1 050 emplois associés ».

Lundi, le nouveau chef du B.C. Les libéraux, Kevin Falcon, ont promis de suspendre les plans du nouveau musée s’il était élu premier ministre, le qualifiant de “projet de vanité d’un milliard de dollars”.

Source : National Post

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Les pompiers pyromanes de Radio-Canada

Il y a quatre jours, on apprenait que le CRTC avait émis un blâme envers Radio-Canada pour une mention en 2020 du titre du livre

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de

Occident à risque : le piège ukrainien

Avec l’annonce d’une bonification de l’aide canadienne à l’Ukraine et du renforcement de la présence de l’OTAN en Europe de l’est ces derniers jours, notre

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Nègres blancs d’Amérique : abolissons le CRTC !

ÉDITORIAL/Québec Nouvelles s’oppose vivement à la position du CRTC d’exiger des excuses de Radio-Canada pour l’utilisation du mot ”nègre” en onde alors que l’invité prononçait

Grève chez Agropur, Vache alors !

Deux millions de litre de lait ont été jeté en quelques jours en raison d’un conflit de travail à la fromagerie d’Agropur. Les employés de