• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Des éco-manifestants ont abattu 18 arbres pour empêcher l’exploitation d’un bassin versant

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Harrison Faulkner

Les manifestants écologistes de l’île de Vancouver sont tellement déterminés à empêcher l’exploitation des forêts anciennes dans le bassin hydrographique de Fairy Creek qu’ils en sont venus à abattre eux-mêmes des arbres pour l’empêcher.

La GRC de la Colombie-Britannique affirme que les manifestants ont abattu 18 arbres pour bloquer l’accès des véhicules à la zone, ce qui constitue une violation d’une injonction contre les blocages en place depuis des mois.

La GRC dit avoir constaté que des arbres avaient été coupés à la tronçonneuse et placés en travers d’une route pour empêcher les véhicules d’accéder à la zone. La GRC dit également avoir vu une personne fumer une cigarette au milieu d’une forêt sèche et d’amadou.

Le surintendant principal de la GRC, John Brewer, a déclaré dans le communiqué qu’il était “gravement préoccupé” par le fait que des personnes coupent des arbres et fument dans des zones où des feux de forêt pourraient se déclarer. Il affirme que ce type de comportement constitue un danger pour la sécurité des agents et des militants.

Depuis août 2020, les manifestants bloquent les routes forestières près du drainage de Fairy Creek, dans l’ouest de l’île de Vancouver. Bien que le gouvernement de la Colombie-Britannique ait approuvé la demande d’un groupe de Premières Nations de reporter l’exploitation forestière des vieux peuplements d’environ 2 000 hectares pour les deux prochaines années, les blocages se poursuivent.

Selon le communiqué de la GRC de samedi, 16 personnes ont été arrêtées – dont une qui aurait agressé un policier. Depuis le début des blocages, 494 personnes ont été arrêtées.

Teal Jones, la compagnie forestière au centre des protestations, détient des permis qui lui permettent d’exploiter la forêt dans la région. Teal-Jones a signé des accords avec les Premières nations Pacheedaht, et la nation a signé un accord de partage des revenus avec la province pour tout le bois coupé sur ses terres.

En avril, le chef Pacheedaht Jeff Jones et le chef héréditaire Frank Queesto Jones ont indiqué qu’ils étaient contre les blocages.

Les manifestants font partie d’un groupe appelé Rainforest Flying Squad.

Sur son site Web, la Rainforest Flying Squad déclare être “un mouvement d’action directe non violente, mené par des bénévoles” qui “s’engage à protéger les derniers peuplements de forêt pluviale tempérée ancienne d’importance mondiale sur l’île de Vancouver”.

Le groupe affirme que l’exploitation des forêts anciennes dans la zone du bassin versant de Fairy Creek est “la destruction écologique de cette terre en tant que violence coloniale et un sous-produit de la suprématie blanche et du capitalisme mondial”.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC