• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Des premiers ministres s’engagent à poursuivre la lutte malgré le jugement sur la taxe carbone

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Jeudi, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, et le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, ont tous deux exprimé leur déception face à la décision de la Cour suprême du Canada qui a confirmé la taxe sur le carbone du premier ministre Justin Trudeau.

Les deux provinces ont fait valoir que la taxe fédérale était inconstitutionnelle et qu’elle empiétait sur les droits des provinces.

Le premier ministre Kenney a annoncé son mécontentement à l’égard de la décision lors d’une conférence de presse jeudi matin et a promis de continuer à lutter contre le gouvernement fédéral sur cette question par d’autres moyens.

“Nous sommes évidemment déçus par cette décision. La Cour suprême a ignoré l’avertissement de la Cour d’appel de l’Alberta et a découvert un nouveau pouvoir fédéral qui érode les compétences provinciales et mine notre système fédéral constitutionnel”, a déclaré M. Kenney.

“Nous prendrons le temps d’étudier cette décision en détail… nous continuerons à nous battre pour défendre notre pouvoir provincial exclusif de réglementer notre industrie des ressources, qui est garanti par l’article 92A de la Constitution.”

Dans une décision de 6-3, le plus haut tribunal du Canada a estimé que la taxe était constitutionnelle et que le gouvernement fédéral avait le droit d’imposer des systèmes de tarification aux provinces en raison de la menace que le changement climatique représente pour la nation.

“Le changement climatique est réel. Il est causé par les émissions de gaz à effet de serre résultant des activités humaines, et il constitue une grave menace pour l’avenir de l’humanité”, a écrit le juge en chef Richard Wagner.

“Le fait de ne pas inclure une province dans le régime compromettrait son succès dans le reste du Canada. Qui plus est, le refus d’une province de mettre en œuvre un mécanisme de tarification des GES suffisamment rigoureux pourrait compromettre la tarification des GES partout au Canada. “

En réponse à la décision, le premier ministre Moe, dont le gouvernement était impliqué dans la contestation constitutionnelle, a déclaré que le résultat ne change pas sa position sur la taxe sur le carbone qui est “une mauvaise politique environnementale, une mauvaise politique économique et tout simplement mauvaise.”

“Bien que la Cour suprême ait déterminé que le premier ministre Trudeau a le droit légal d’imposer une taxe sur le carbone, cela ne signifie pas qu’il devrait le faire, et cela ne rend pas la taxe sur le carbone moins punitive pour les gens de la Saskatchewan”, a écrit Moe.

“La décision s’accompagne d’une forte opinion dissidente, qui prévient que cette décision a des répercussions importantes sur l’intrusion du gouvernement fédéral dans des domaines de compétence provinciale. La Saskatchewan restera vigilante et défendra sa compétence constitutionnelle contre toute nouvelle atteinte de la part du gouvernement fédéral.”

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC