• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Des questions font surface sur la relation entre Steven Guilbeault et Facebook

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Vendredi, le ministre libéral du Patrimoine canadien Steven Guilbeault et les hauts fonctionnaires de Facebook Canada ont été interrogés sur la nouvelle réglementation relative aux discours haineux en ligne et sur les liens de la société avec le gouvernement fédéral.

Au cours de la réunion de la commission du patrimoine canadien, des questions ont été soulevées sur la modération par Facebook des discours haineux et du contenu médiatique canadien sur sa plateforme. Kevin Chan, directeur de Facebook Canada, a déclaré que l’entreprise était favorable à toute réglementation claire du gouvernement et qu’elle s’efforcerait de s’y conformer une fois la législation mise en place.

“Il y a certaines choses que nous pouvons supprimer très rapidement – le contenu terroriste, la nudité des enfants, l’exploitation des enfants. Je peux vous dire que nos systèmes trouvent et suppriment de manière proactive plus de 99% des contenus que les gens essaient de mettre sur Facebook. Mais la deuxième porte, celle dont nous parlons ici, est celle où le contexte et la nuance sont importants”, a déclaré M. Chan.

“Nous ne voulons pas qu’un système automatisé supprime quelque chose et refuse le discours de quelqu’un simplement parce qu’il ne comprend pas le contexte. Là, nous nous appuyons sur les humains et là, je suis d’accord avec vous que cela prend un certain temps, mais nous sommes généralement assez rapides”.

Au début de ce mois, un document du ministère du Patrimoine canadien a révélé que le gouvernement prévoyait d’introduire de nouvelles règles pour nettoyer Facebook et Twitter des contenus qu’il jugeait offensants.

“Nous avons l’intention d’adopter une approche globale avec le dépôt d’un projet de loi au début de 2021 qui s’appliquera aux différentes plateformes”, a écrit le personnel dans une note d’information.

“Nous travaillons à l’introduction de réglementations visant à réduire la diffusion de contenus illégaux, y compris les discours haineux, afin de promouvoir un environnement en ligne plus sûr et plus inclusif. Nous voulons protéger les Canadiens en ligne”.

Les députés de l’opposition ont également mis Guilbeault sur le gril à propos d’une chaîne de courriels 2020 dans laquelle Chan a demandé à un haut fonctionnaire du ministère du Patrimoine de faire circuler une offre d’emploi parmi les employés.

En réponse aux questions de la députée néo-démocrate et membre du comité Heather McPherson, M. Guilbeault a nié que la chaîne de courriels ait violé un quelconque code d’éthique.

“Est-ce qu’elle viole un code d’éthique ou un code de conduite ? La réponse est non. Combien de fois cela s’est-il produit au cours de l’année dernière ? Une fois, dans ce cas particulier. Je m’insurge contre le fait que nous remettions en question la valeur éthique de notre fonction publique au Canada en nous basant sur quelque chose qui n’existe tout simplement pas”, a déclaré M. Guilbeault.

La sous-ministre Hélène Laurendeau et le sous-ministre adjoint principal Jean-Stéphen Piché ont témoigné aux côtés du ministre.

“J’ai examiné les faits associés à ce courriel dans un premier temps et je peux assurer le comité que nous sommes arrivés à la conclusion que le partage d’informations accessibles au public n’est pas un acte répréhensible”, a déclaré Mme Laurendeau.

“Cela n’a pas l’air bon si vous me permettez de le dire. Cela sent mauvais quand Facebook, qui sera mis en place dans les prochains mois, envoie des courriels personnels à votre personnel”, a déclaré le député conservateur Kevin Waugh.

Plus tard au cours de la réunion du comité, M. Chan, Marc Dinsdale, responsable des partenariats médias de Facebook Canada, et Rachel Curran, directrice de la politique de l’entreprise, ont également répondu à des questions concernant les offres d’emploi.

“Nous avons des relations d’affaires et professionnelles avec toutes les organisations qui sont présentes sur Facebook”, a déclaré M. Chan.

“Cette description de poste a été largement partagée avec de nombreuses organisations différentes dans les secteurs public, privé et non privé. Et il existe des programmes au sein du gouvernement lui-même, dans la fonction publique du Canada, qui facilitent cela”.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC