• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Entretien avec le député conservateur Pierre Paul-Hus sur la crise COVID-19

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Depuis quelques jours, une pandémie frappe de plein fouet le monde entier.  Certains pays d’Europe ont été rapidement submergés par cette crise d’une grande ampleur. 

Au Québec, le gouvernement Legault met en place des mesures afin de limiter la propagation du Coronavirus.  La gestion de crise impeccable de François Legault est saluée par tout le monde.  Il est un leader rassurant et autoritaire.  On voit très bien qu’il est en parfait contrôle de la situation.  On ne peut pas en dire autant de la gestion de crise chaotique du gouvernement Trudeau.  Je me suis entretenu à ce sujet avec le député conservateur de Charlesbourg Hautes-St-Charles. 

Tout d’abord, tous les observateurs de la scène politique canadienne dénoncent le manque de leadership de Justin Trudeau.  En point de presse cet après-midi, le premier ministre du Canada a finalement annoncé la fermeture des frontières canadiennes, excluant celle avec les États-Unis.  Cela veut dire que les non-canadiens ne pourront plus entrer au pays jusqu’à nouvel ordre. 

« C’est ce qu’on demandait depuis des jours.  La gestion de crise de Justin Trudeau est catastrophique.  Il agit seulement lorsqu’il n’a plus le choix », explique M. Paul-Hus en entrevue à Québec Nouvelles.  Le Parti conservateur du Canada demande maintenant un isolement obligatoire de quatorze jours à toute personne qui revient de l’étranger. 

« Nous croyons que c’est une mesure essentielle afin de limiter la progression du virus.  Le gouvernement Trudeau devrait mettre en place cette mesure afin de rassurer les Canadiens et Québécois », estime-il. 

Subséquemment, Québec Nouvelles a demandé ce que pensait l’élu québécois de la gestion de crise du premier ministre du Québec.

« J’estime que François Legault gère très bien la crise actuelle.  Il n’a pas hésité à agir afin de rassurer la population.  Il a pris des décisions difficiles mais nécessaires pour ralentir la propagation du COVID-19.  Il a agit en véritable leader et il faut le souligner », raconte-il. 

En terminant, la course à la chefferie du PCC va se poursuivre malgré la crise, mais M. Paul-Hus nous informe que les déplacements des candidats vont être très limités.

« Les candidats vont continuer de faire campagne, mais ils vont utiliser le téléphone pour joindre les militants », souligne l’ancien militaire.  La date d’élection du nouveau chef est toujours fixée au 27 juin prochain.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc
ainées

Crise du COVID-19 : restez chez vous !!!

Depuis le début de la pandémie, le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec Horacio Aruda ont clairement dit que les personnes âgées de 70 ans et plus étaient les plus à risque face à cette nouvelle maladie. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé à ces personnes de rester chez eux afin de ne pas contracter le virus et le propager aux autres.

Christian Dubé, François Legault et Éric Girard

Budget Girard : la CAQ n’a jamais été de droite, mais bien à l’extrême-centre

Mardi dernier, le ministre des Finances du Québec Eric Girard a présenté son deuxième budget, qui était axé sur l’environnement, la culture et les investissements dans les transports, l’éducation et la santé. La hausse des dépenses s’élève à 5% et il n’y aucune baisse d’impôts. Donc, c’est un budget dans la continuité.