• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Entrevue avec Éric Duhaime : La crise sanitaire, la censure et la chefferie du PCQ

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Éric Duhaime est candidat à la chefferie du Parti conservateur du Québec. Un retour en politique active n’était pas dans ses plans au début de 2020. Cependant, la gestion catastrophique de la crise sanitaire du gouvernement Legault et le silence de l’opposition ont fait changer d’avis à l’ex animateur. Il revient en politique afin de donner une voie à ceux qui ne se reconnaissent plus dans les partis politiques traditionnels et qui veulent un vrai changement. Québec Nouvelles s’est entretenu avec lui. 

Tout d’abord, il y a deux candidats qui veulent succéder à Adrien Pouliot : Daniel Brisson, un ancien candidat du PCQ en 2018, et Eric Duhaime. La campagne au leadership de ce dernier va très bien. L’ancien conseiller politique a réussi à attirer de nouveaux membres au sein du Parti conservateur du Québec. Celui-ci a vu ses adhésions exploser depuis le début de cette course. La candidature de M. Duhaime est très bien accueillie par les militants de ce petit parti politique. 

« Ma campagne au leadership est un grand succès. On a mis en place une bonne organisation et le financement est au rendez-vous. De plus, on a attiré des milliers de nouveaux membres au sein du PCQ. On a vendu 5000 cartes de membres. En conséquence, les membres du parti a explosé. Il y a de plus en plus de gens qui adhèrent au PCQ et c’est une bonne nouvelle ». 

Ensuite, depuis le début de la pandémie, l’ancien candidat de l’ADQ estime que le gouvernement de la CAQ n’aime pas la critique. Le premier ministre Legault qualifie de complotiste toute personne qui ose le critiquer. Ce dernier mentionne que le député libéral de Nelligan Monsef Derraji et le solidaire Gabriel Nadeau Dubois ont été les victimes de l’intransigeance de ce gouvernement. Le conservateur critique la stratégie sanitaire de M. Legault et celui-ci ne semble pas apprécier. Cette semaine, le candidat conservateur a été victime de censure de la part de la CAQ. 

« Cette semaine, je devais parler à des auditeurs d’une station de radio régionale que je ne nommerai pas pour ne pas la mettre dans l’eau chaude. En moins de 24 heures, quelques personnes, détenant des titres officiels à la CAQ, ont contacté la direction de la station pour dénoncer ma présence prochaine et même les menacer. Ces personnes incluent le député local », raconte-t-il. 

M. Dubaime mentionne aussi le fait que ces travailleurs de la CAQ ont menacé de couper les publicités du gouvernement du Québec (qui passent à la station) si la station le mettait en ondes pour commenter l’actualité. Le candidat à la chefferie trouve dangereux le fait que Québec veut censurer ceux qui le critiquent : lui-même, des médecins (comme le docteur Lacroix), etc. 

Subséquemment, depuis octobre, le gouvernement Legault impose une politique de confinement afin de combattre le virus. Ce dernier impose maintenant un couvre-feu jusqu’au 8 février en espérant que cela va faire chuter le nombre de cas de la COVID-19. Depuis une semaine, on peut constater une importante baisse dans le nombre d’infections. Est-ce que le gouvernement doit déconfiner le Québec ?

« Il ne fait aucun doute qu’on doit déconfiner et ouvrir l’économie du Québec et cela presse. Quand on regarde les données, on se rend compte que la majorité des éclosions ont lieu dans les hôpitaux et les CHSLD. Donc, dans des endroits qui sont mal gérés par le gouvernement. Il n’y a pas eu de propagation du virus dans les restaurants, les magasins et les gyms. Alors, il faut les rouvrir. Ce n’est pas de la science, mais bien de la politique. La preuve, la Santé publique avait recommandé de rouvrir les restaurants et M. Legault a pris la direction inverse. Pour le bien du Québec, le gouvernement Legault doit cesser sa stratégie de confinement, parce qu’elle ne fonctionne pas, point final », estime Éric Duhaime. 

En terminant, Éric Duhaime estime que le système de santé québécois est en déroute et en ruine. Selon lui, une grande réforme sera nécessaire afin de l’améliorer. 

« Il faut que le privé joue un rôle plus accru dans notre système de santé. Le monopole public en santé est un échec et un plus important apport du privé est primordial », conclut-il. 

Pour en apprendre plus sur le candiat, visitez : ericduhaime.quebec

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc