• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

ÉRIC DUHAIME : Le confinement n’est pas une solution, Legault doit libérer les Québécois

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Éric Duhaime
Candidat à la chefferie du Parti conservateur du Québec
 
À mesdames Dominique Anglade et Manon Massé
À messieurs Francois Legault et Paul Saint-Pierre Plamondon
 
Lundi prochain, le 11 janvier, le deuxième confinement imposé aux Québécois devrait normalement prendre fin.
 
Les quatre partis politiques que vous dirigez sont unanimes à approuver le confinement comme manière de contrer le coronavirus.
 
Pourtant, le Québec continue depuis neuf mois d’afficher le pire bilan au pays en terme de décès et de cas, malgré que nous subissons les mesures les plus abusives depuis le premier jour de l’état d’urgence sanitaire.
 
Le gouvernement, appuyé par les trois autres partis, poursuit sa stratégie et blâme des sous-groupes de la société ou des lieux de rassemblements pour justifier ses piètres résultats. Nous avons eu droit à un véritable défilé de boucs émissaires: des récalcitrants, aux gyms, à la semaine de relâche, aux covidiots, au karaoké, à une coiffeuse de Thetford Mines, aux manifestants, aux restos et aux bars, aux jeunes, aux complotistes, en passant par les centres d’achat et les derniers en date, les «touristatas»!
 
Le coupable de la dissémination du virus se trouve pourtant ailleurs. Les Québécois ont été parmi les plus «dociles et obéissants» depuis le tout début de la crise. Ils ne sont notamment pas responsables de l’hécatombe du printemps dernier dans les CHSLD. Curieusement, à ce sujet, le gouvernement ne veut plus aller de l’avant avec une commission d’enquête publique et indépendante en vue de comprendre les causes de cette véritable tragédie nationale.
 
La peur, la panique et coercition ne constituent pas une stratégie efficace en vue d’enrayer un virus.

Rappelons-nous que l’approche basée sur le confinement fut inspirée en mars dernier par les modèles épidémiologiques de l’Imperial College, sous la direction du professeur Neil Ferguson, selon lesquelles il y aurait plus de 60 000 décès au Québec. Or ces modèles épidémiologiques ont été fortement contredits par la réalité, tant au Québec que partout ailleurs dans le monde.
 
Avant de prolonger encore davantage, presque dix mois plus tard, le confinement qui tue le Quebec à petit feu, avant de chercher de nouveaux boucs-émissaires pour expliquer l’échec québécois, j’aimerais, par la présente, vous implorer de prendre connaissance de recherches empiriques sérieuses qui démontrent, de plus en plus, que ce n’est pas en fermant des commerces, des écoles, des patinoires ou des bureaux qu’on contrôle la transmission du virus.
 
Par exemple, l’American Institute for Economic Research (AIER) publiait récemment une recension de 26 études, de partout dans le monde, des plus grands cerveaux du globe, qui arrivent toutes à la conclusion qu’il n’y a pas de preuve scientifique que le confinement ralentit la propagation de la COVID-19.

Même l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rejette, depuis maintenant des mois, le confinement comme méthode de lutte à la COVID

​Là où il y a unanimité sur le confinement, c’est sur les multiples conséquences désastreuses qu’il a à mesure qu’il se prolonge: détresse psychologiques, problèmes de santé physique, suicides, décrochages scolaire, faillites, perte des droits et libertés individuels, explosion de la dette publique, et j’en passe.

En un mot, le confinement comporte des avantages hypothétiques et possiblement nuls, mais des désavantages certains et très graves. C’est indiscutablement la mauvaise approche à suivre.

D’autant plus que dans une démocratie comme la nôtre, quand on souhaite restreindre la liberté et les droits des citoyens, le fardeau de la preuve repose sur les épaules des confineurs, pas l’inverse.
 
Or, les données les plus à jour proposent qu’il n’y a pas de corrélation entre vos mesures liberticides et l’élimination du virus.
 
Plutôt que de demander aux gens de se confiner toujours davantage, fournissez-nous, d’abord et avant tout, les études scientifiques que vous utilisez pour soutenir ce nouveau confinement.
 
De nombreux Québécois, et j’en suis, ne croient plus le gouvernement lorsqu’il dit prendre des décisions basées sur la science. Le tristement célèbre épisode de la fermeture arbitraire des restaurants, il y a plus de trois mois, sans recommandation de la Santé publique, n’a fait qu’alimenter notre sain scepticisme.
 
Après plus de neuf mois de sacrifices extrêmes qui causent des ravages à tous les niveaux au sein de la société québécoise, le temps est venu de cesser de diviser les Québécois et de s’engager plutôt dans un dialogue constructif, en vue de trouver des mesures mieux ciblées, plus efficaces, respectueuses des individus et davantage basées sur les évidences scientifiques.
 
Je vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs, l’expression de mes salutations distinguées.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Lettres à l'éditeur

Opinion | Un monde parallèle

Par Olivier Jolicoeur Nous avons tous été choqués par les images des émeutiers qui ont pris d’assaut le Capitole. Ces événements ne sont pas dignes

Opinion | Une présidence distorsionnée

Olivier Jolicoeur est étudiant en géographie environnementale à l’Université de Montréal. À l’affut de l’actualité sociale et politique, il s’intéresse aux enjeux qui touchent l’identité,

Le Canada doit redevenir un leader du secteur de l’énergie

Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l’énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.