• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Fin du masque obligatoire le 21 mars en Ontario

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Jonathan Bradley

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé qu’il abrogeait son obligation de porter un masque pour la plupart des établissements le 21 mars, juste au moment où les enfants de la province retournent à l’école après la semaine de relâche.

Cette décision intervient alors que l’Ontario continue de se débarrasser des restrictions liées à la pandémie, notamment en supprimant son système de passeport vaccinal le 1er mars.

“La majorité des mesures de santé publique et de sécurité au travail ont maintenant été levées, et les principaux indicateurs de santé publique continuent de s’améliorer ou restent stables”, a déclaré le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, dans un communiqué mercredi. “En poursuivant sur cette voie, nous sommes en mesure d’adopter une approche plus équilibrée et à long terme de la réponse de l’Ontario à la pandémie.”

Le Dr Moore a déclaré que les masques ne seraient pas nécessaires dans la plupart des endroits, sauf dans les transports en commun, les établissements de soins de santé, les foyers de soins de longue durée et les établissements de soins collectifs.

M. Moore a ajouté que les gens doivent s’attendre à ce que les cas de COVID-19 et les hospitalisations augmentent avec l’assouplissement du mandat relatif aux masques, mais que l’Ontario dispose des outils nécessaires pour gérer le COVID-19 à l’avenir.

Il a remercié les Ontariens pour ” leur résilience constante et leur engagement envers la communauté alors que nous naviguons ensemble dans cette pandémie mondiale “.

“Bien que cela ne signifie pas que le COVID-19 a disparu ou que la pandémie est terminée, cela signifie que nous sommes arrivés à un endroit où nous savons ce que nous devons faire pour gérer ce virus et nous garder les uns les autres en sécurité”, a-t-il déclaré.

L’annonce du gouvernement a été critiquée par les politiciens de l’opposition ainsi que par des organisations qui estiment que le mandat du masque devrait être maintenu.

La chef du NPD de l’Ontario, Andrea Horwath, a déclaré que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, cède aux pressions politiques en mettant fin au mandat relatif aux masques.

“La levée des mandats relatifs aux masques devrait être fondée sur la science, et non sur la politique”, a déclaré Mme Horwath dans un tweet. “Pour un peu plus longtemps, portons un masque pour la sécurité”.

La Coalition pour la santé des enfants a également demandé à Ford de continuer à exiger des masques dans les écoles pendant deux semaines après les vacances de mars.

“Les masques restent une couche importante de protection alors que la pandémie se poursuit et peuvent être nécessaires dans les communautés ayant un faible taux de vaccination et où il y a une recrudescence des cas”, a déclaré la Coalition pour la santé des enfants dans une lettre. “Les masques protègent également les personnes les plus vulnérables, notamment les enfants à haut risque, immunodéprimés et fragiles.”

Alors que l’Ontario abrogera son obligation de porter un masque dans deux semaines, l’Alberta a mis fin à la sienne le 1er mars, ne l’exigeant que dans des lieux tels que les transports en commun, les établissements de santé et les foyers de soins de longue durée.

La Saskatchewan a également mis fin à son obligation de porter un masque le 28 février, bien que les entreprises, les lieux de travail et les organisateurs d’événements puissent continuer à demander aux gens de le porter.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC