• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La femme de Pierre Poilièvre menacé de viol !

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

OTTAWA — Le chef conservateur Pierre Poilievre a renvoyé les menaces de viol concernant sa femme à la GRC pour déterminer si des accusations criminelles devraient être portées.

Poilievre a partagé une déclaration sur Twitter lundi matin après avoir été mis au courant des « commentaires dégoûtants » de Jeremy Mackenzie, le fondateur du groupe d’extrême droite Diagolon, et d’Alex Vriend, un autre militant senior de Diagolon, ciblant son épouse.

Un extrait de l’enregistrement a circulé sur les réseaux sociaux pendant le week-end et a incité le chef conservateur à réagir.

« Ce genre de déchets n’a pas sa place au Canada. Personne ne devrait faire face à ces abus », a écrit Poilievre dans sa déclaration.

«Les gens peuvent attaquer ma politique, ils peuvent m’insulter, ils peuvent protester contre mes idées et ce que je représente. Mais menacer ma femme et ma famille est épouvantable et je ne le tolérerai pas.

« Laissez ma famille tranquille. »

Au cours d’une diffusion en direct de deux heures vendredi soir, Mackenzie et Vriend ont fait des commentaires obscènes sur Anaida Poilievre sur la plateforme Telegram dans une chaîne dirigée par Vriend. Mackenzie a plaisanté sur son agression sexuelle pendant que Vriend riait.

Mackenzie: « Elle est sexy comme f—. »

Vriend : « Diriez-vous cela si Morgan (le partenaire de Mackenzie) était là ? »

Mackenzie : « Oui. Elle dirait « oui, elle est sexy ». Nous devrions tous les deux la baiser. Je serais comme… ‘nous devrions. Violons-la ». Comme, nous avons ces conversations… de personnes que nous pourrions violer à l’avenir. … ce n’est pas vraiment une histoire de sexe. C’est comme si nous voulions montrer aux gens que nous pouvions vous faire des choses si nous le voulions.

La GRC a confirmé lundi qu’elle avait reçu la plainte et qu’elle l’examinerait.

« Ce n’est que dans le cas où des accusations criminelles seraient portées que la GRC serait en mesure de confirmer la nature de la plainte ou toute personne présumée impliquée », indique le communiqué.

Mackenzie avait assisté à l’un des rassemblements de campagne à la direction de Poilievre le mois dernier et avait même pris une photo avec lui en lui serrant la main, ce qui a suscité des critiques publiques.

Poilievre a publié une déclaration à l’époque disant qu’il ne reconnaissait pas Mackenzie et a déclaré qu’il était « impossible » de faire une vérification des antécédents de tous ceux qui ont assisté à ses événements.

Lundi, le politicien a réitéré qu’il n’avait jamais entendu parler de Mackenzie ni de Vriend, qu’il qualifiait de « losers » et de « saletés », jusqu’à il y a un mois.

Mackenzie, qui utilise le pseudonyme « Raging Dissident » sur Telegram, a rejeté la réaction de Poilievre sur sa chaîne publique.

Il a dit qu’il est « malheureux en tant que chef de l’opposition qu’il ait choisi de concentrer son attention sur des questions aussi insignifiantes que les petits comédiens de podcast faisant des blagues » et a ensuite insulté Poilievre qui, selon lui, « cassera comme un œuf » sous « n’importe quel une vraie pression. »

Amarnath Amarasingam, professeur adjoint à l’École de religion de l’Université Queen’s et spécialiste des mouvements extrémistes, a déclaré que la foule de Diagolon s’en prend souvent aux femmes dans leurs diffusions en direct, qu’il s’agisse de journalistes, de chercheurs ou de « quiconque les critique ».

« Ce n’est certainement pas la première fois que ces tendances ont viré à la misogynie extrême, et ce ne sera pas la dernière », a-t-il déclaré.

« Ils se défendent souvent en prétendant qu’ils plaisantent, mais je pense que les gens commencent à voir qu’il s’agit d’une tendance de longue date dans le mouvement. »

C’est la première fois que Poilievre s’exprime avec autant de force contre Diagolon et ses dirigeants, mais Amarasingam doute que cela affaiblisse son soutien au sein de sa base plus populiste.

« L’extrême droite vraiment dure n’a jamais soutenu Poilievre de toute façon, parce qu’elle pense que toute politique est corrompue et devrait être supprimée », a déclaré le professeur adjoint.

Amarasingam a ajouté qu’il comprenait la nécessité de dénoncer Mackenzie et d’autres maintenant, « mais cela aurait été formidable d’entendre des mots énergiques lorsqu’ils harcelaient des femmes journalistes, chercheuses et politiciennes ».

« Vous ne pouvez pas simplement parler quand cela frappe près de chez vous. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,